Actionerd

Paradis du cinéma d'action

13 Assassins (2011)

Résumé : Un groupe d’assassins se réunit pour une mission suicide pour tuer un seigneur maléfique.

Critique : 

C’est sans le moindre doute que nous pouvons regarder la carrière de Takashi Miike (Ichi the Killer) et éprouver une profonde admiration. Le cinéaste est possiblement l’un des artisans les plus prolifiques du monde avec pas plus de 100 réalisations à son actif en près de 30 ans de carrière à ce poste. Ayant touché à presque tous les genres, le cinéma de Miike a le rare mérite de pouvoir toucher tout type de cinéphile, peu importe leur origine. Aujourd’hui, nous redécouvrons 13 Assassins, l’un de ses projets les plus connus.

En 1844, la paix au Japon est menacée par le cruel Naritsugu Matsudaira, qui se soulève politiquement et se rapproche de son demi-frère, le Shogun. Le conseiller du Shogun fait appeler un samouraï afin de lui parler de cette situation. Après de terrifiants récits, ce dernier accepte d’assassiner le dangereux criminel. Il rassemble 11 samouraïs et un chasseur local pour mener à bien cette mission. Cependant, ces hommes sont loin de se douter du carnage qui les attend.

C’est sans le moindre doute que Takashi Miike propose un long-métrage très mature. Malgré le fait qu’il soit un cinéaste aux visuels assez surprenant, Miike a décidé de faire de 13 Assassins une oeuvre tranquille et réfléchie pour la première moitié, avant de sombrer dans un carnage réaliste. Pendant soixante minutes, nous explorons un Japon authentique. Un endroit où nous nous sentons démunis tandis que cette civilisation pourrait échouer entre les mains d’un tyran.

Et pourtant, nous ne sommes pas encore dans du cinéma d’action. Le cinéaste a choisi de débuter 13 Assassins avec une moitié très bavarde. Il prend le temps d’explorer les enjeux de ce conflit ainsi que ses personnages – histoire que l’on soit émotivement attachés à eux. Dans l’ensemble, la violence se limite dans des images horrifiques, comme cette jeune femme sont les membres ont été coupés.

Cependant la dernière heure nous propose un retour assez intense du balancier alors que survient la fameuse bataille dans un pauvre village. Nous assistons presque à un changement de genre. Le drame historique se transformant alors en film d’action pur et dur. En effet, 13 Assassins se conclut par une confrontation entre ses personnages principaux et une armée de plusieurs centaines d’hommes. Cette bataille sera épique, surtout pour un projet dont le budget n’aurait été que de quelques millions de dollars. 13 Assassins nous propose des affrontements brutaux et sanglants qui transpirent l’humour et l’originalité. On se sert de la violence comme d’une forme de poésie remplie de noirceur.

Et pourtant, 13 Assassins est en réalité le remake d’une oeuvre des années 60 qui s’inspire de légendes historiques. Nous avons ici l’un des rares cas où une nouvelle interprétation est capable de dépasser le matériel d’origine. N’ayant jamais vu le matériel d’origine, il est clair que je parle un peu dans le vide. Cependant, cela n’empêche pas 13 Assassins d’être un vibrant hommage et une réinterprétation à un genre cinématographique disparu. Comme les westerns en Occident, le cinéma de samouraïs a connu son heure de gloire durant les années 60 et 70. Miike nous le rappelle avec ce vibrant hommage à cette belle époque.

Ici nous avons tout simplement le meilleur film du genre depuis le tournant des années 2000. 13 Assassins est tout ce que l’on peut espérer d’un film de samouraïs. Une note parfaite pour un film plus que parfait.


Réalisation : Takashi Miike

Scénario : Shoichirou Ikemiya, Daisuke Tengan

Avec : Kôji Yakusho, Takayuki Yamada, Yûsuke Iseya, Ikki Sawamura, Arata Furuta, Sôsuke Takaoka

13 Assassins (2010)
5

Résumé

13 Assassins est un classique du cinéma oriental que tous se doivent de visionner.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :