Actionerd

Paradis du cinéma d'action

14 Blades (2010)

Résumé : Un soldat d’élite (Donnie Yen, Ip Man) est trahi par des personnes à la solde de son empereur et il doit parvenir à terminer sa mission tout en sauvant la Dynastie Ming.

Critique : 

Avec de fermes intentions d’aimer 14 Blades, j’ai visionné ce long-métrage avec quelques attentes, qui sont principalement causées par le fait que le réalisateur de ce film, Daniel Lee, est aussi le réalisateur de la méga-production Dragon Blade (Film en post-production), avec Jackie Chan. Avec un certain étonnement, et malgré une bande-annonce prometteuse, 14 Blades a été une certaine déception.

Le film est une sorte d’avion qui a des problèmes au décollage, métaphoriquement parlant. Après 1 minute ou deux de narration, on nous introduit au prince Qing, joué par Sammo Hung Kam-Bo. (Un des plus grands acteurs asiatiques, en termes d’arts martiaux.) Malheureusement, ce n’était qu’un moment agace de la part de 14 Blades.

Ensuite, le film se focalise sur Donnie Yen, pour le meilleur et pour le pire. 14 Blades est un film d’arts martiaux avec des bons combats (Avec un peu trop de ralentis à mon goût). La principale difficulté, c’est que le film se contente de suivre Yen, lorsqu’il achète des vêtements, urine ou prend un bain. À chaque le long-métrage semble acquérir son rythme de croisière, une scène arrive pour retourner le spectateur à un point mort. Pourtant, avec son lot d’action, son histoire accessible à tous, même à ceux qui ne sont pas des fans des films d’arts martiaux et de fils (Wire Fu), et une réalisation relativement compétente, 14 Blades n’avait pas besoin de 20 minutes de remplissage pour avoir suffisamment de contenu. Sans spoiler, les dernières minutes du long-métrage nous offrent une autre narration, imagée avec quelques flashbacks du film que nous venons regarder, juste pour étirer la sauce une dernière fois.

Aussi, il faut admettre que l’antagoniste principal est plutôt ridicule. C’est une princesse (ou fille d’un prince) experte en arts martiaux, qui a des pouvoirs mystiques, le seul élément mystique du long-métrage. Le hic, c’est que son pouvoir surnaturel consiste à sauter dans les airs à et se dévêtir en slow-motion, sans être nue bien sur. C’est un effet sympathique, mais ridicule.

Surtout que le budget, utilisé à créer cet effet par-ordinateur, aurait pu servir à améliorer le reste du CGI, qui sert principalement à faire des plans de villes fictives, ou à mieux camoufler les doublures. La visibilité de ses dernières frôlent parfois l’amateurisme, comme l’antagoniste, un femme mince, doublée par un homme corpulent et moustachu (?) lors des scènes à cheval… Cet argent aurait même pu servir à montrer les scènes d’action qui n’ont pas été filmés et en disant cela, je fais référence à une scène intérieure où tout les méchants sont battus par un coup de vent, sans aucune raison, juste parce que le récit le demande.

Au beau milieu de ce sympathique merdier, Donnie Yen fait de son milieu pour interpréter avec classe son personnage, même si le réalisateur ne semble pas l’aider par-moments. Cependant, nous retrouvons Wei Zhao (Shaolin Soccer) qui est adorable, même si son personnage se limite à la femme en détresse, malgré un potentiel de faire mieux.

Malgré des scènes d’action appréciables, 14 Blades n’est pas le genre de film que je recommandais à tout le monde. Un fan de Wire Fu serait apprécier ce long-métrage, mais le commun des mortels aurait quelques difficultés à surpasser les faiblesses de la réalisation, et surtout, les innombrables longueurs. Louez-le avant de l’acheter.

2.5/5


Directeur : Daniel Lee

Scénariste : Daniel Lee, Abe Kwong, Tin Shu Mak, Ho Leung Lau

Acteur : Donnie Yen, Wei Zhao, Chun Wu, Kate Tsui, Yuwu Qi, Ma Wu, Sammo Hung Kam-Bo

14 Blades (2010)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.8

Summary

Petite déception ce 14 Blades… À consommer avec modération!!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :