Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Agents of S.H.I.E.L.D. – Saison 2 (2014-2015)

Résumé : Maintenant en fuite et visiblement traumatisés après les événements qui ont amené la chute du Shield, Phil Coulson et son équipe plus décousue que jamais doivent combattre l’influence grandissante de l’Hydra tout en résolvant un mystère pouvant changer la face du monde à jamais.

Critique : 

Attention, avant de lire cette critique, vous devez savoir que les paragraphes qui suivent vont dévoiler plusieurs détails de l’intrigue de la première saison de cette série télévisée en plus de dévoiler quelques éléments de la deuxième saison d’Agents of S.H.I.E.L.D. (Nommé ainsi pour éviter une poursuite de la chaîne Fox à cause de la série Shield…), des éléments couvrant en majeure partie la première moitié de cette saison. Maintenant que vous êtes avertis, parlons de la saison deux d’Agents of S.H.I.E.L.D.!!

Maintenant que le SHIELD est classé comme étant une organisation terroriste, Coulson doit redoubler d’efforts dans sa lutte contre Hydra. Sauf que très rapidement il découvrira que la vie ne se déroule pas toujours comme prévue: certains membres du SHIELD travaillent maintenant pour Hydra, il ne peut faire confiance aux nouveaux membres de son équipe et le gouvernement des États-Unis est à leur poursuite… Et, comme si ce pauvre Coulson n’avait pas suffisamment de problèmes, des êtres aux pouvoirs mystiques commencent à faire leur apparition aux quatre coins de la planète…

Agents of S.H.I.E.L.D. (Qu’on va appeler AoS pour faciliter notre tâche…) fut une série très frustrante lors de sa première saison. Sans vouloir critiquer cette dernière, disons qu’elle avait connu un départ assez nébuleux avant connaître un second souffle lors de la rentrée d’hiver 2014 et un troisième souffle lors de la sortie de Captain America : The Winter Soldier, lorsque ce film a profondément modifié AoS jusqu’au plus profond de ses entrailles. Cette fois-ci, AoS ne pouvait compter sur un tel tremplin, elle ne pouvait compter que sur elle-même.

Alors cette série a foncé à travers la mythologie de Marvel, telle une hyène, en tentant d’ajouter le plus de personnages de l’Univers Marvel, même si cela ne paraissait pas toujours à l’écran. L’objectif était clairement de prendre les qualités des la premières saison et de les amener à un autre niveau. Avec l’Hydra d’un côté, le général Talbot de l’autre et un autre peuple au milieu (Indice subtile : Marvel en fera un long-métrage pour l’année 2019…), AoS avait beaucoup de sujets à traiter en plus d’introduire les événements d’Avengers : Age of Ultron (Puisque cette série a le culot d’être la «cause» des événements de ce long-métrage…). Dans l’ensemble, la série s’est bien débrouillée avec une première moitié moins palpitante mais dont les épisodes avaient une qualité scénaristique plus égale et une seconde moitié très excitante, mais dont avec des épisodes d’un scénario parfois douteux.

Parce que oui, certains rebondissements sont tirés par les cheveux, certains sont prévisibles des semaines à l’avance et certains sont mauvais et dignes d’un romain savon. Néanmoins, AoS parvient à faire une chose que peu de séries télévisées parviennent : Offrir un cliffhanger (Au sens propre ou figuré du terme) épique à chaque épisode ou presque. Peu importe si l’on a détesté l’épisode, cette série parvient à vous accrocher avec un revirement de situation spectaculaire, vous forçant à revenir devant votre téléviseur pour un nouvel épisode.

Ceci est grandement du aux nombreux antagonistes qui représentent la force de cette série, chacun étant unique et apportant une nouvelle facette à AoS. Pour un Daniel Whitehall (Dirigeant de l’Hydra) représentant un méchant méticuleux digne d’Hitler, nous avons un Mister Hyde apportant un brin de folie et de gigantisme digne d’une mauvaise parodie de James Bond. Et que dire des méchants secondaires, comme Grant Ward, qui voient leurs présences devenir secondaires et qui, en contre-partie, pimentent la série avec leurs apparitions épiques. Si AoS a échoué dans sa gestion des protagonistes (Soyons francs : La psyché des personnages changent entre chaque épisode…), elle est parvenue à créer une gamme d’antagonistes formidables, nous forçant à prendre pour ces derniers, à encourager ces derniers et à satisfaire notre léger côté anarchique.

Techniquement, AoS est à l’image de ses scénarios. Certains épisodes sont réalisés tels une peinture à numéros, sans moments de folie de la par du réalisateur, alors que d’autres épisodes sont magnifiquement réalisés. Kevin Tancharoen (Créateur et réalisateur de Mortal Kombat : Legacy) est celui qui se démarque le plus. Ce dernier est parvenu à créer quelques moments d’action fort admirables dans le cadre assez limité de cette série télévisée. Pensons notamment au combat entre May et l’Agent 33 ou au plan-séquence montrant Skye affrontant une salle remplie d’agents de l’Hydra à la manière de John Wick. Tancharoen n’a peut-être réalisé que trois épisodes de la deuxième saison, mais nous espérons grandement qu’il sera de retour pour la troisième saison d’AoS (Logiquement, cela ne devrait d’être une formalité puisque ce dernier est le frère de la co-créatrice d’AoS…). Les effets spéciaux de cette série sont également bipolaires. Dans le même épisode nous pouvons avoir des effets dignes du grand-écran et des effets par-ordinateur conçus par un gamin avec son ordinateur portable. En toute sincérité, cette série a plusieurs moments forts et autant de moments faibles. La chaîne ABC a réellement des difficultés à maintenir un niveau de qualité uniforme durant les vingt-deux épisodes qui constituent cette saison. Les défauts de cette série sont si aberrants qu’aimer AoS demande un effort continuel auprès du spectateur.

Au niveau du casting, nous pouvons dire que cette série a connu plusieurs chambardements. Si les acteurs interprétant Coulson et son équipe font un travail honnête au niveau de leurs interprétations respectives, ce sont les acteurs jouant des antagonistes qui se débarque, au même titre que leurs personnages, tant les anciens (Brett Dalton jouant l’agent Ward, un personnage voyant ses présences réduites au profit de scènes mémorables.) que les nouveaux (Reed Diamond dont la courte apparition fait écho à Biofeld de la franchise James Bond.). Mais pourtant, l’acteur offrant la prestation la plus mémorable demeure Kyle MacLachlan (Twin Peaks) en jouant Mr. Hyde (Un personnage apparu pour la première fois dans l’univers Marvel dans les années 1960, affrontant alors Thor, ainsi que Daredevil et Spider-Man par la suite.). Durant la quinzaine d’épisodes le mettant en vedette, MacLachlan est parvenu à interpréter le désaxé le plus fascinant et le plus émouvant de la télévision américaine en 2014/2015. Sa présence à l’écran apportait une vraie bouffée d’air frais à cette série, en surjouant à fond pour le meilleur et pour le pire. Il n’est peut-être pas le meilleur acteur de cette série, mais il fut le plus intéressant à suivre. De plus, cette saison a eu plusieurs acteurs de qualité de passage pour un épisode, voir plus. Citons notamment Blair Underwood (Gattaca), Lucy Lawless (Xena : Warrior Princess) et Patton Oswalt (The King of Queens).

Après une première saison dont le visionnement demandait des efforts parfois surhumains (Ou «Inhumains»…), AoS est parvenu élever le niveau de qualité de son écriture pour une deuxième saison assez impressionnante. Certes, lorsque cette série ne parvient pas à divertir son spectateur (Ce qui arriva plusieurs fois durant cette saison.), elle échoue royalement devenant l’un des pires divertissements de la télévision américaine. Mais, lorsque toutes les étoiles du petit écran s’enlignent en sa faveur, AoS devient par la même occasion «un putain de bon show>…

Pour cette raison, mais également parce que son épisode final de deux heures fut plus divertissant qu’Avengers : Age of Ultron et la majorité des longs-métrages de la phase 2 de Marvel et parce que la troisième saison a le potentiel d’amener la série à un autre niveau (Grâce aux nombreux cliffhangers positifs ou négatifs de cet épisode.), je me permets de surévaluer légèrement cette série qui s’est méritée le droit d’être mon petit plaisir coupable du mardi soir (Diffusion simultanée au Canada et aux États-Unis). Sérieusement, osez jeter un coup d’œil à cette série largement sous-estimée par le public occidental…


4.5 /5

Créateur : Maurissa Tancharoen, Jed Whedon, Joss Whedon

Diffusée sur : ABC

Avec : Clark Gregg, Ming-Na Wen, Chloe Bennet, Iain De Caestecker, Elizabeth Henstridge, Nick Blood, Henry Simmons, Adrianne Palicki, Brett Dalton, B.J. Britt, Kyle MacLachlan, Dichen Lachman, Reed Diamond

Agents of S.H.I.E.L.D. - Saison 2 (2014-2015)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.9

En conclusion

En une saison, Agents of S.H.I.E.L.D. est parvenu à faire un virage à 180 degrés en faveur du spectateur. AoS est largement la série la plus sous-estimée de la télévision américaine. Un coup d’œil de votre part est plus que nécessaire…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :