Alien Warfare (2019)

Résumé : Une équipe de Navy Seals explore un mystérieux avant-poste scientifique, sans se douter qu’ils devront lutter contre une escouade de formidables soldats extraterrestres.

Critique : 

Il y a près d’une décennie de cela, les chaînes de télévision américaines étaient capables de faire des longs-métrages à petit budget de qualité. Rien de spectaculaire, mais rien d’offensant. Mais depuis l’arrivée de Sharknado et de chaînes supplémentaires pour le public féminin, la majorité de ces téléfilms sont des romans à l’eau de rose ou des navets qui tentent de toucher un certain genre de spectateurs. Alien Warfare n’est pas un téléfilm, mais il nous ramène le temps de 90 minutes à une belle époque…

Après une mission bâclée, Mike est expulsé de son unité de Navy Seals. Mais lorsque la CIA doit résoudre une crise dans un laboratoire ultra-secret, elle fait appel à l’ancienne unité de Mike, aujourd’hui dirigée par son frère Chris. À contrecœur, Chris est obligé de réintégrer son frangin afin d’infiltrer un laboratoire dont toute trace de vie a disparu dans l’espace d’un claquement de doigts. Rapidement, les deux hommes découvriront une menace provenant du ciel…

Alien Warfare semble tenter de reproduire cette idée où des chaînes de télévision étaient capables de faire des films comme Atomic Train, The Day After ou même le fameux Duel de Steven Spielberg. Sans le vouloir, Jeremiah Jones, dont c’est le premier long-métrage, parvient à recréer cette forme de noblesse où des cinéastes prenaient des risques avec des histoires parfois osées, sans pour autant avoir le budget d’un blockbuster ou l’opportunisme d’un film sortant directement sur vidéo.

Pour réussir cet exploit, Alien Warfare mise essentiellement sur son scénario qui prend sa prémisse de base très au sérieux. Et puisque Jones démontre une certaine maîtrise technique et qu’il s’est entouré d’une équipe assez compétente, Alien Warfare ne tombe jamais dans le ridicule. L’histoire garde les choses simples et se déroule à un rythme agréable. On a du plaisir à suivre les quatre soldats explorer ce laboratoire top-secret; tout en observant les deux principaux membres de l’unité travailler sur leurs problèmes familiaux.

Et lorsque les extraterrestres débarquent enfin, le tout se fait dans une transition agréable. Le commando spatial n’a pas nécessairement l’impact que l’on pourrait souhaiter. Alien Warfare nous permet d’assister à quelques bons moments de tensions avec ces créatures fortement inspirées du film Predator. Par contre, le scénario est un peu brouillon à l’occasion. Dès que ces créatures arrivent, on peut sentir que les incohérences commencent à s’accumuler et que le plaisir à visionner Alien Warfare commence à diminuer. L’humour de certains personnages aurait également besoin d’une certaine réécriture. Malgré son ton sérieux, le divertissement compte sur un membre du groupe pour délivrer tout l’humour. Certaines blagues fonctionnent. Cependant dans l’ensemble, ces dernières irritent au plus haut point et nuisent à ce que tente d’accomplir Alien Warfare.

Sinon, sur un plan plus technique, Alien Warfare n’est pas si mauvais que ça. On sent que l’oeuvre a joui d’un budget assez minime. Mais puisque le tout est bien filmé et que le tout se passe dans un seul endroit ou presque, le long-métrage s’en sort plutôt bien. Du moins, c’est jusqu’au moment où des effets spéciaux entrent en scène. Certains, comme ceux utilisés pour la séquence d’ouverture, font littéralement saigner des yeux. Ils sont simplement laids et dépassés d’une décennie au moins. Sinon, la distribution d’Alien Warfare n’est pas mauvaise en soi. Elle n’est pas foncièrement bonne non plus. Pour un film d’action doté d’un budget minime, on aura facilement vu pire. Dans le petit groupe, Clayton Snyder (Lizzie McGuire) est celui qui se démarque le plus. Il ne faudrait pas s’étonner de le retrouver dans des projets plus hollywoodiens d’ici plusieurs années.

Si Alien Warfare était un téléfilm durant les années 80, j’achèterais son VHS et je m’assoirais devant mon téléviseur à chacune de ses diffusions. Hélas, sur Netflix, Alien Warfare est déjà surpassé par le reste du catalogue. Il ne fait rien de terriblement mauvais, mais il n’a pas les reins assez solides pour plaire à un public large. Néanmoins, Alien Warfare est un effort solide de la part d’un cinéaste « débutant » et d’un groupe d’acteurs peu expérimenté.


Réalisation : Jeremiah Jones

Scénario : Ben Bailey, Dave Baker, Nathan Zoebl

Avec : Clayton Snyder, David Meadows, Daniel Washington, Scott C. Roe, Larissa Andrade

P.S. : Au moment d’écrire ces lignes, aucune bande-annonce d’Alien Warfare n’était disponible sur le net.

Alien Warfare
3.2

Résumé

Le divertissement est parfait pour se divertir pendant 90 minutes, même si le tout sera facilement oubliable.

Envoi
Note des visiteurs
5 (1 vote)

Écrit par Michaël Michaud

Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

View all posts by Michaël Michaud →

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.