Arrow – Saison 3 (2014-2015)

Résumé : Maintenant devenu le héros qu’il souhaitait être, Oliver Queen voit sa vie chambardée par le meurtre d’un de ses proches et par l’intérêt de Ra’s al Ghul à découvrir l’identité du coupable.

Critique : 

Attention, avant de lire cette critique, vous devez savoir que les paragraphes qui suivent vont dévoiler plusieurs détails de l’intrigue de la deuxième saison de cette série télévisée en plus de dévoiler quelques éléments de la troisième saison d’Arrow, des éléments couvrant en majeure partie la première moitié de cette saison. Maintenant que vous êtes avertis, parlons de la saison trois d’Arrow

Maintenant aidé par la police et admiré par la ville de Starling City, Oliver Queen défend la justice comme jamais auparavant. ‘Mais le meurtre d’un proche attire l’attention de Ra’s al Ghul, chef de la ligue des assassins. Ce dernier est prêt à tout afin de découvrir l’identité du coupable, même si cela met en danger Oliver, ses proches et sa ville…

Dc Comics a une malédiction. En effet, chacun de ses troisièmes volets cinématographiques ont représenté une baisse énorme en qualité cinématographique. Superman III, Batman Forever, The Dark Knight Rises, ils n’y ont pas échappé. L’univers télévisuel de DC Comics a été relativement épargné de cette malédiction, malgré quelques échecs comme les troisièmes saisons de Batman, Swamp Thing, Superboy ou Wonder Woman. Cette année, Arrow devait faire face à cette malédiction et, avec un certain regret dans mes mots, il nous faut admettre que cette série a malheureusement échoué ce test.

Sans être un désastre monumental, cette saison ne livre tout simplement pas les attentes. Elle débute en lion avec un attentat au lance-roquette sur deux personnages principaux avant finir brusquement le premier épisode avec le meurtre d’un autre personnage principal. Nous allons être gentils et nous allons omettre l’identité de ce personnage… Après ce moment choc, la troisième saison d’Arrow continue en jouant à «meurtre et mystère» où l’on tente de découvrir l’identité du meurtrier. Et puis, il y a le crossover entre Arrow et The Flash (Où les deux affrontent le Capitain Boomerang.), ainsi que l’épisode de mi-saison débarquent et c’est là que tout part en vrille…

D’abord, l’antagoniste de la saison, Ra’s al Ghul, est un échec sur toute la ligne. D’entrée de jeu, les scénaristes de la saison ont tenté de s’éloigner le plus possible de Batman Begins, dans la conception de Ra’s al Ghul. Mais rapidement, ils changent de cap pour piocher abondamment dans les bandes dessinées de la célèbre chauve-souris, avant de calquer l’histoire de Batman Begins pour son grand final. L’effort était louable, il faut l’admettre, mais l’exécution était fort bâclée. Ceci est d’autant plus vrai, lorsque nous prenons en compte que Ra’s al Ghul est un adversaire peu impressionnant et qu’il n’est pas un bon combattant au corps-à-corps (Il est doué, mais, sans spoiler, il a quelques difficultés à bien poignarder les gens avec une lame.).

Ensuite, une fois que Queen ait affronté Ra’s al Ghul dans le final de mi-saison, la série nous offre cinq épisodes de remplissage, un à la suite de l’autre (C’était également le cas dans la première moitié de saison, mais puisqu’il fallait introduire les enjeux de la saison et le crossover entre The Flash et Arrow, nous étions prêts à pardonner…). Pour justifier le tout, on nous offre une «trilogie» d’épisodes mettant en scène Vinnie Jones (Snatch.), une trilogie accumulant les incohérences et les moments lourds. Et lorsque Ra’s al Ghul refait (enfin…) surface, Arrow utilise plusieurs pages d’un certain affrontement entre Batman & Ra’s al Ghul pour justifier son intrigue, avant de nous décevoir à nouveau, histoire de reprendre le scénario de Batman Begins

Techniquement parlant, la série a l’air plus fauchée qu’à l’habitude. Bien qu’Arrow n’ait jamais eu les plus grands budgets de l’histoire de la télévision, elle a toujours su se démarquer grâce aux nombreux efforts des artisans travaillant sur chacun des épisodes. Mais, avec l’arrivée de The Flash, il semblerait que ces artisans, ou les moyens techniques mis à leur disposition, aient quitté Arrow pour travailler sur leur série-sœur. En général, la pilule passe bien, l’œil d’un spectateur du dimanche n’y verra que du feu, mais l’œil d’un spectateur averti remarquera tous ces défauts et osera en rire (Par-exemple : Pour représenter un personnage volant dans les airs, une photo de ce personnage a été utilisée et a traversé l’écran très rapidement…).

Néanmoins, si qui permet à cette série de ne pas voir son niveau technique diminuer, ce fut le recrutement de plusieurs réalisateurs établis (Comme Thor Freudenthal (Percy Jackson : Sea of Monsters)Antonio Negret (Transit)Douglas Aarniokoski (Highlander : Endgame) ou Dwight H. Little (Halloween 4 : The Return of Michael Myers).). Chaque d’entre-eux enchérissent apportent leurs expériences Hollywoodiennes au petit-écran, permettant à cette série de diversifier sa mise en scène, compensant la faiblesse de la production lors de nombreux épisodes.

Pour ce qui est des membres vétérans de ce casting, disons que les scénaristes d’Arrow sont parvenus à rendre Felicity Smokes (Emily Bett Rickards) détestables, mais en contre-partie, les personnages de Laurel Lance (Katie Cassidy) et de Thea Queen (Willa Holland) qui sont enfin utiles à l’histoire et elles connaissent une évolution de leurs personnages qui pourrait surprendre et/ou rassurer les fans de la bande-dessinée. On voit également le retour de Malcolm Merlyn à plein temps, une addition agréable même si cette série ne sait pas comment utiliser son personnage, spécialement dans le deuxième tiers.

Bien sur, une saison d’Arrow ne serait pas complète avec de nombreuses additions. Matt Nable (Riddick) offre un Ra’s al Ghul assez convainquant, il est néanmoins dommage que sa doublure soit assez visible lors des scènes d’action. The Atom/Ray Palmer, un nouveau héros introduit pour le spin-off Legends of Tomorrow est également pour l’entièreté de la saison. Copie assez faible d’Iron Man/Tony Stark, Ray Palmer est interprété par Brandon Routh, un vétéran de l’univers DC Comics (Avec Superman Returns). Routh fait un travail assez remarquable, malgré un personnage servant qu’à étirer les intrigues de chacun des épisodes où il est présent (16 épisodes sur 23…). Heureusement dans sa série déviée, il sera autre chose qu’un simple agent de remplissage…

Et, Arrow ne serait pas Arrow sans les flashbacks. Ces derniers mettent en vedette Karl Yune (Memoirs of a Geisha) et Rila Fukushima (The Wolverine). Les deux acteurs nous offrent également de bonnes performances. Par-contre, leurs scènes manquent cruellement d’intérêt, le passé d’Oliver Queen devenant d’un ennui mortel. D’ailleurs, il faut noter les soucis de la production qui a utilisé un marché local en long et en large, un marché qu’il a utilisé pour une grande proportion des séquences afin de représenter Hong Kong en vain.

La troisième saison d’Arrow n’est pas un échec total, mais un pas dans la mauvaise direction. Visiblement affaiblie par l’arrivée de The Flash, la troisième saison d’Arrow souffre du manque de moyens que la chaîne CW met à sa disposition et du manque de volonté de la part des scénaristes qui se contentent de copier les meilleures histoires de Batman. Visiblement, Arrow aura succombé à la malédiction touchant les troisièmes volets des adaptations télévisuelles ou cinématographiques de DC Comics. Espérons que la quatrième saison ne sera pas à l’image de Batman & Robin ou de Superman IV : A Quest for Peace

Note : 3 / 5


Créateur : Greg Berlanti, Marc Guggenheim, Andrew Kreisberg

Diffusée sur : CW

Avec : Stephen Amell, Katie Cassidy, David Ramsey, Willa Holland, Paul Blackthorne, Emily Bett Rickards, Colton Haynes, John Barrowman, Karl Yune, Brandon Routh, Rila Fukushima, Matt Nable, Audrey Marie Anderson

Arrow – Saison 3 (2014-2015)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.1

En conclusion

Arrow quitte sa lancée pour s’éparpiller sur de nombreuses directions qui laisseront le spectateur dans la confusion totale…

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire