Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Bad Ass (2012)

Résumé : Un vétéran de la guerre du Vietnam (Danny Trejo, Machete) devenu populaire à la suite d’une vidéo virale, enquête sur les assaillants qui ont attaqué son meilleur ami dans une ruelle de Los Angeles.

Critique : 

Bad Ass est le premier film d’une franchise mettant en vedette Danny Trejo. Pour cet opus, Craig Moss (Breaking Wind) se contente de s’inspirer d’un fait divers (Une personne âgée combattant une personne plus jeune dans un autobus.) pour générer une oeuvre de 90 minutes ou presque. Personnellement, je n’ai aucun problème avec cette technique, puisque Bad Ass n’est pas un mauvais film. Mais attention, ce n’est pas un bon film non plus…

Bad Ass est un film maladroit. C’est un long-métrage qui parvient maintenir l’intérêt du spectateur en étant terriblement efficace sur certains points et qui fait foncer des sourcils tellement qu’il se plante à certains endroits. Un exemple? Lorsque le meilleur ami (Harrison Page, Lionheart) se fait attaquer par des truands, nous avons ici une scène terriblement bien réalisée, jusqu’à ce que le réalisateur utilise une balle de peinture (Paintball) pour simuler un impact de balle… D’autres exemples?? Le méchant du deuxième James Bond, Goldfinger (Oddjob), débarque sans aucune raison avant de disparaître 30 secondes plus tard. Le final de Bad Ass est composé, et ce de façon littérale, du final de Red Heat. Ils ont juste modifié par-ordinateur, quelques éléments pour tenter de camoufler la chose…

Néanmoins, on sort diverti par Bad Ass. C’est en partie dû à la bonne performance de Danny Trejo. Certes, il reste dans sa zone de confort, en étant comme toujours un homme macho, mais il parvient à nous émouvoir grâce à quelques moments très inspirés. Le reste du casting est correct, sans plus. Ils sont le genre d’acteurs que l’on peut observer dans ce genre de production, même si nous avons le droit à des caméos sympathiques de Ron Perlman (Sons of Anarchy) et Danny Woodburn (Ninja Turtles), et il ne faut pas oublier la présence de Patrick Fabian (Better Call Saul et The Last Exorcism) et de Charles S. Dutton (Alien 3) au casting…

À la réalisation, Craig Moss offre une caméra très classique, voire ordinaire. Le seul élément de son travail qui m’a frappé, en excluant son caméos digne d’un Alfred Hitchcock, c’est qu’il tente de reproduire la réalisation de Guy Ritchie dans le combat final (Ralentis et tout…). Inutile de dire que c’est un échec. Également, la trame musicale de Bad Ass est horrible, je me devais d’en glisser un commentaire. Au-moins, le film semble avoir une chanson à son effigie, inutile de dire qu’elle est manquée…

Comme mentionné dans l’introduction, Bad Ass n’est pas un mauvais film, c’est juste un film maladroit dans ses fautes. Sans vous le recommander, je dirais que Bad Ass est un excellent choix pour un dimanche pluvieux…

3/5


Réalisation : Craig Moss

Scénario : Craig Moss, Elliot Tishman

Acteurs : Danny Trejo, Charles S. Dutton, Patrick Fabian, Joyful Drake, John Duffy, Harrison Page, Richard Riehle, Winter Ave Zoli, Tonita Castro, Danny Woodburn, Ron Perlman

Bad Ass (2012)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.7

En conclusion

Premier volet d’une franchise d’action, Bad Ass est un film divertissant, malgré qu’il soit facilement oubliable, fautes de faiblesses trop notoires…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :