Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Bad Country (2014)

Résumé : Un policier de la Louisiane (Willem Dafoe, Spider-Man) convainc un tueur à gages (Matt Dillon, There’s something Mary) de devenir informateur afin de coffrer son patron (Tom Berenger, Major League).

Critique : 

Seule et unique réalisation de Chris Brinker (The Boondock Saints), Bad Country aurait pu être le «The Departed» de 2014, avec un meilleur budget, et un réalisateur qui n’est pas mort durant la post-production. C’est détail aurait pu être anodin, enfin en ce qui concerne le long-métrage… Cependant, en visionnant le long-métrage, je pouvais dire, à l’oeil, que les producteurs/distributeurs/monteurs/personnes X ont décidé de sortir le film, tel quel, sans finir le travail de Brinker

Parce que, techniquement, chaque scène (ou presque) est bien tournée. Mais, les transitions entre les scènes sont étranges. Nous sommes à un endroit et «pouf», nous sommes rendus à un autre endroit. Puis «pouf», le spectateur est dans un autre endroit dans une autre situation. En gros, le film saute du coq à l’âne, si je puis me permettre l’expression. Et, même en tenant compte de cet aspect, le film a un problème de «gestion» du scénario.

Car, malgré un texte solide, sans être parfait bien sur, Bad Country réussit l’exploit, déshonorable, d’être trop long et trop court en même temps. Certaines scènes sont littéralement inutiles (Comme celles avec Dafoe et l’intrigue entourant son père), mais, nous avons l’impression qu’il manque des parties au film, parce que certains éléments importants de l’histoire filent à la vitesse de l’éclair ou doivent être devinés par le spectateur. Cependant, même avec les défauts que je viens de mentionné, et un duel final au couteau mou du genou, Chris Brinker fait un travail honnête, surtout avec le budget d’un direct-to-dvd…

Au niveau du casting, Dafoe est parfait dans l’un des rôles principaux et il se fait donner la réplique par un Matt Dillon en forme. Il faut dire qu’il est, pour ma part, un des acteurs les plus sous-estimés d’Hollywood. Sinon, nous avons un caméo de Bill Duke (Commando), un passage éclair, mais sympathique, d’Amy Smart (Crank), un Berenger qui donne à l’antagoniste un aspect «Colonel Sanders» Nazi très comique et un Chris Marquette (Freddy vs Jason) énervant en agent du FBI, tant avec sa performance et son personnage. Avant de finir, je tiens à souligner le soin apporté aux moustaches des personnages, car certaines m’ont intrigué pendant tout le film, pour diverses raisons que je ne dirais pas.

En conclusion, Bad Country est est un cas de post-production. Il a des bons acteurs, un bon scénario, un réalisation honnête. Bref, tout les ingrédients sont dans l’assiette pour faire un bon plat, à l’exception de la présentation/finition, ce qui l’empêche de s’élever au rang des grands films de 2014…

3.25/5


Directeur : Chris Brinker

Scénariste : Jonathan Hirschbein

Acteur : Willem Dafoe, Matt Dillon, Tom Berenger, Neal McDonough, Amy Smart, Bill Duke

Bad Country (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.6
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :