Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Baki – Saison 1 (2018)

Résumé : Baki Hanma s’entraîne avec une concentration intense pour devenir suffisamment fort pour surpasser son père, Yujiro Hanma, le plus puissant combattant du monde.
Critique : 
L’année dernière, Netflix a proposé la première saison de Baki. Sauf que la première saison de Baki est en réalité la première partie de la troisième saison d’une série des années 2000. Une série que Netflix ne propose pas. Ce qui fait que le spectateur moyen qui découvre Baki par Netflix, n’aura aucune idée de ce qui s’y passe. Et puisque la seconde saison (la troisième saison – partie 2) débarquera ce mois-ci, je me suis permis de visiter la première saison et de ne rien y comprendre…
Baki est un adolescent délassé de la vie. Un jour, il apprend que cinq condamnés à mort s’évadent de leur prison afin de retrouver le jeune homme et de gouter à la défaite. Sauf que Baki n’a pas l’intention de se battre. Laissant à une panoplie de combattants de se battre dans un tournoi improvisé où n’importe qui peut attaquer qui il le souhaite, sans avertir son adversaire. Cependant, bien rapidement, les ennuis rattraperont Baki…
C’est là le plus grand crime de Baki. Netflix ne fait rien pour accompagner les nouveaux adeptes qui tentent de déchiffrer cette mythologie. Pour ces spectateurs, Baki n’est qu’une perte de temps. On y suit une multitude de combats entrecoupés par des longues explications par les personnages impliqués durant ces batailles. La série débute par deux épisodes où Baki discute avec un vieil homme qui lui annonce que cinq condamnés à mort arrivent. Cinq brutes qui cherchent à gouter à la défaite.
Cinq brutes dont on ne connait pas les motivations et dont on ne connait pas les raisons qui les poussent à quitter leurs pays respectifs pour débarquer en même temps au Japon. Sauf que Baki ne cherche pas nécessairement à les affronter. Il est un adolescent imbécile occupé à draguer une fille avec qui il habite. Une sous-intrigue qui lui permet de le garder comme un « personnage principal ». Car en réalité, c’est une bonne dizaine de personnages secondaires qui transportent la série. Entre les condamnés et les véritables héros de la série, il n’y a rien de très intéressant à suivre.
L’histoire de la série est assez mince. Le tout se résume à une série de bruits et de cris permettant de sauter à la prochaine scène d’action et ainsi de suite. Des moments mélodramatiques ne servent qu’à enchaîner des combats sans conséquences réelles. Baki se sert de ses poings pour communiquer son intrigue; au lieu de se servir de son intrigue pour créer de l’action. Une erreur puisque l’on ne comprend rien ou presque. À titre de comparaison, des jeux vidéos axés sur le combat et uniquement sur le combat, comme Street Fighter ou SoulCalibur, ont des histoires plus intéressantes et plus développées. Et pourtant, ce ne sont que des divertissements où on ne fait que brutaliser une manette pour mettre à terre son adversaire.
Et pourtant, l’action de Baki n’est pas si spectaculaire que cela. Baki n’est pas une série incompétente sur ce niveau, mais elle manque le panache que de nombreuses séries animées de combats ont. L’animation est un facteur important dans ce manque de grandiose. Il est normal de constater des variations dans les dessins des personnages, mais Baki est de qualité nettement inférieure, avec plusieurs changements au niveau des personnages. Surtout dans les scènes d’action. Et, la chorégraphie de ces affrontements laisse parfois à désirer puisqu’on se perd rapidement dans le flot de ces hommes musclés et dénudés qui se font saigner le nez à répétition.
Vous l’avez probablement compris, Baki fut une série dont j’ai détesté le visionnement. À un point tel qu’il est fort possible que la critique des derniers épisodes qui seront disponibles ce mois-ci ne figure pas sur le site. Il n’empêche que certains d’entre vous, pus familiers dans l’univers de Baki, peut trouver un certain amusement dans cette série de Netflix.


Créée par : Toshiki Hirano
Diffusée sur : Netflix
Avec : Troy Baker, Kirk Thornton, Steve Blum, Vic Mignogna, Kaiji Tang, Greg Chun

Baki - Saison 1 (2018)
0.5

Résumé

Baki fut une perte de temps pour ma part.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :