Batman : Mask of the Phantasm (1993)

Résumé : Lorsqu’un nouveau vengeur tue les plus dangereux mafieux de Gotham et fait passer le tout sur le dos de Batman, ce dernier, traqué par les autorités et à la merci d’un plan machiavélique du Joker, doit se dépêcher de trouver le coupable tandis que son alter-ego, Bruce Wayne, assiste au retour de son premier amour de jeunesse dans la célèbre ville…

Critique : 

Voilà un film qui traine depuis ma plus tendre enfance dans ma collection personnelle, et mon avant-dernier visionnement, précédant celui qui génère ce texte et votre lecture de celui-ci, remontait à plusieurs années. À cette époque (12/13 ans), je me souviens d’avoir rien compris de l’intrigue. Pourtant, c’est un dessin animé et qui dit «dessins animés», dit en général «public cible jeune et intrigue facile». J’étais peut-être stupide pour ne rien y comprendre, mais je l’ai revu dans les derniers jours, et je me suis rassuré, je n’étais pas stupide à cette époque… (Je le suis pas encore, en-passant…)

Mon incompréhension provenait de deux sources : Je mélangeais «Batman Returns» et ce film. (Ce qui est normal à cet âge.), mais surtout, nous ne sommes pas en face d’un divertissement pour les petits. En théorie oui, mais en pratique non. Car, sous ses airs de cartoons américain se cache un divertissement profond et plus adulte qu’on le croit, surtout en comparaison avec un Pokémon (Choix arbitraire) où méchants que Pikachu «abat» perdent connaissance. Ici, le Phantasme (Ou le «Fantôme Masqué» si vous êtes en Zone 2.) abat ses victimes de façon brutale et violente, comme quand il tue un gangster avec une pierre tombale.

Sinon, le scénario permet de nous montrer les origines de Batman, dans des thèmes proches à «Batman Begins». L’esprit vengeur de Bruce y est sous-entendu, il semble avoir certains liens avec l’art ninja (Dans sa phase Pré-Batman, il utilise des shurikens, un dérivé du fléau d’armes et un marteau (?!?!?) pour combattre les criminels), la découverte de la Batcave, l’aspect industrialisé de la Batmobile, etc. De plus, on peut faire quelques comparaisons dans la psychologie des personnages (La folie du Joker, les sentiments de Bruce, les relations amoureuses de ce dernier, et celle qu’il aime) avec les Batman de Burton et de Nolan.

Aussi, la durée du métrage, qui tourne aux alentours d’une heure quinze minutes, permet de ne livrer aucun temps morts. Et c’est sans compter du travail des réalisateurs qui nous offrent des plans animés tous plus beaux les uns que les autres, en excluant le costume de Batman bien sûr (J’ai toujours détesté le costume gris et bleu clair…). Je doute même que certains des plans ont servis d’inspiration, un film britannique «Hot Fuzz» (La scène de combat dans la maquette miniature.) et de façon assez évidente, l’adaptation récente de Daredevil (Dont les dernières minutes de chacun se ressemblent énormément…).

Par-contre, ayant qu’une copie en version française du film (VHS oblige), je n’ai pu entendre les voix de Kevin Conroy et de Mark Hamill, les deux acteurs «officiels» de Batman et du Joker dans tout ce qui est dessin animé et dans quelques jeux vidéos. J’ai pu de consoler avec Richard Darbois et Pierre Hatet, même si les voix de ces derniers résonnaient dans mon esprit l’idée qu’Indiana Jones et Emmett « Doc » Brown surgissent dans le film, ce qui n’est jamais arrivé. Au moins, Alfred a gardé comme doubleur Jacques Ciron, lui qui bénéficie des répliques les plus drôles. En conclusion, ce film est considéré par plusieurs comme la meilleure adaptation de Batman (en dessin animé), ce que je ne peux vérifier, car je ne les ai pas tout vu. Par-contre, c’est un classique instantané et un «must» à voir, pour tout fan de la chauve-souris!!!


Directeur : Eric Radomski, Bruce W. Timm, Kevin Altieri, Boyd Kirkland, Frank Paur, Dan Riba

Scénariste : Alan Burnett, Paul Dini, Martin Pasko,Michael Reaves

Acteur : Kevin Conroy, Dana Delany, Mark Hamil, Stacy Keach

A propos de Michaël Michaud 369 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.