Big Brother (2018)

Résumé : Un ancien soldat recruté pour sa mission la plus difficile à ce jour: enseigner à une classe de délinquants adolescents. Alors qu’il se fraye un chemin dans leur école et leur vie familiale, il devient clair que son style d’enseignement non conventionnel pourrait bien être ce dont ils ont besoin.
Critique : 
Durant mon enfance, j’ai souvent visionné Sister’s Act et sa suite avec Whoopi Goldberg. Et bien, Big Brother se veut être une version « arts martiaux chinois » de Sister Act 2, où le chant est remplacé par une classe plus générale et où une fausse sœur religieuse est métamorphosée en un ancien soldat américain. Un risque pour Donnie Yen, qui tente ici d’étendre son registre en sortant de sa zone de confort.
Après une carrière dans l’armée américaine, Henry Chen revient dans son pays d’origine qu’il a quitté durant son enfance. Il rentre au bercail pour devenir enseignant, mais sa première expérience de travail sera d’éduquer auprès d’un groupe d’étudiants difficiles d’un quartier défavorisé. Tandis qu’il explore la vie de certains de ses élèves, Chen sera loin de se douter que la survie de l’établissement sera mise en danger.
Tous les acteurs dans le monde du cinéma d’action ont tenté, à un moment de leur carrière, de plaire à un public plus jeune. Donnie Yen fait un peu la même chose ici avec Big Brother. Axé sur un public adolescent, le divertissement tente d’être un drame très sérieux sur les faiblesses du système d’éducation chinois et d’être un film inspirant qui réchauffe nos coeurs. L’amateur de la filmographie de Yen sera mis de côté, puisque Big Brother n’offre que deux scènes d’action.
Cependant, l’acteur interprète ici le professeur que l’on aurait tous aimé avoir durant notre jeunesse. Dès les premières minutes, on est ébloui par le charisme du personnage qui sera la bouée de sauvetage de ses étudiants. Le divertissement vit principalement cinq d’entre eux, les plus abandonnés par un système scolaire cherchant à promouvoir l’élite. Si Big Brother commet un crime majeur, c’est d’ailleurs par ce message qui tente un peu trop fort de promouvoir. Et il le fait durant quelques monologues teintés d’images d’archives. Ce qui n’est pas la façon la plus subtile pour passer un message et pour informer un public sans les braquer contre soi.
Pour revenir aux enfants, les cinq Goonies, Big Brother prend suffisamment de temps pour les développer. Leurs problèmes sont crédibles et universels, avec un père alcoolique ou une crise de genre sexuel, pour ne nommer que quelques cas. Le film aurait cependant pu mieux développer la résolution de ces problèmes par Henry Chen. En retenant le père alcoolique, il n’a suffi qu’une conversation avec ce dernier pour qu’Henry le guérisse de l’alcoolisme. Heureusement, la relation entre ces gamins et leur enseignant est assez puissante surtout que toute la distribution du film est remarquable. Cela aide beaucoup le long-métrage sur le plan humain et émotif. Ne soyez pas surpris si vous poussez quelques larmes en visionnant le film.
Sinon, toute la distribution de Big Brother est excellente. Donnie Yen (Ip Man) est solide dans le rôle principal. On pourrait même dire qu’il s’agit de la meilleure performance de l’acteur depuis des lustres. Tous les enfants sont également excellents, ce qui n’est parfois pas le cas avec ce genre de production. Sinon, Kang Yu (Ip Man 3) est aussi une force cachée de Big Brother, lui qui interprète un truand local qui souhaite que l’établissement scolaire ferme.
Pour conclure sur l’action, le long-métrage n’a que deux séquences d’action. L’une entre le professeur et des combattants de MMA et l’autre entre le professeur et KangYu, ainsi que son armée de brutes. Le cinéaste Ka-Wai Kam (Color of the Game) a travaillé sur la saga Ip Man avec Donnie Yen. Il sait comment exploiter l’acteur à fond et cela se ressent durant ces deux séquences spectaculaires. Et dans l’ensemble, soulignons en terminant que Ka-Wai Kam a créé une œuvre amusante et très jolie, mélangeant à perfection une vision moderne et pauvre de la Chine. Seul bémol, son utilisation de grands succès musicaux qui laisse parfois à désirer. Surtout quand il utilise la même chanson à quelques minutes d’intervalle, sans aucune raison apparente…
Malgré une vision un peu trop optimiste de la vie, Big Brother est un divertissement idéal pour toute la famille ou presque. Même avec deux séquences d’action brutales et violentes, le film parvient à séduire un jeune public et à remplir de nostalgie ceux qui ont vécu un parcours académique plus difficile.


Réalisation : Ka-Wai Kam
Scénario : Tai-lee Chan
Avec :  Donnie Yen, Joe Chen, Kang Yu

Big Brother (2018)
4

Résumé

Big Brother ne changera pas la vie de ses spectateurs mais il saura divertir de jeunes esprits à coup sûr.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire