Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Black Cobra 2 (1989)

Résumé : Un policier, Robert Malone (Fred Williamson, From Dust Till Dawn), se voit forcé de coopérer à un programme d’échange de policiers et doit aller aux Philippines. Avec son chaperon et agent d’Interpol (Nicholas Hammond, The Sound of Music), Malone doit résoudre le vol de son porte-feuille, qui permettra aux deux hommes de découvrir, de façon accidentelle, une activité criminelle d’une grandeur insoupçonnée…

Critique : 

Suite étonnante à Black Cobra, ce nouvel opus amène la franchise dans une nouvelle direction. Black Cobra 2 fait partie de la catégorie de films des années 80 qui était un véhicule pour une vedette virile comme Chuck Norris, Charles Bronson ou Fred Williamson. Du pur divertissement, pop-corn, «cheesy», avec de l’action, des one-liners, des explosions, du combat à mains nues et de la cervelle qui gicle dans tout le sens.

Tout dans ce long-métrage est plus grandiose, en comparaison à son prédécesseur. Le nouveau réalisateur fait un bon travail. Sa réalisation est sans fautes majeures (Tout y est regardable, même si ce n’est pas toujours palpitant.), en excluant la direction des acteurs, qui laisse parfois à désirer. Quoique c’est aussi possible que ce soit juste les acteurs qui sont mauvais… Edoardo Margheriti/Dan Edwards se permet même d’offrir une course poursuite qui est regardable, ce que son prédécesseur n’a pas jamais été capable de faire. De plus, le changement de décor a permis au réalisateur d’offrir un véritable avant-goût de l’environnement où se situe l’intrigue. Si Black Cobra avait comme décor la majorité des endroits déserts et abandonnés de Chicago, Black Cobra 2 nous fait vivre l’ambiance de Manila, capitale des Philippines. Le film se permet même de mettre Williamson au milieu d’un spectacle de danse locale, afin de nous faire goûter à la culture des lieux, donnant ainsi une des scènes les plus cocasses du film.

Le scénario est relativement simple. Le film débute par une opération policière ratée, ce qui permet au chef de police d’avoir un prétexte pour envoyer le détective Malone aux Philippines, afin de permettre aux producteurs de sauver de l’argent sur les coups de production… Il suffit de regarder l’état du bureau du chef de police de Chicago pour se rendre compte de la minceur du budget. Une fois à Manila, Black Cobra 2 se transforme en buddy-cop avec un budget assez confortable pour se permet des décors et des lieux forts sympathiques (Même si j’ai remarqué qu’un des hommes de main des méchants avait un trou dans son pantalon au niveau du rectum, ce qui est assez cocasse…). L’intrigue en elle-même est tout ce qu’il y a de plus classique, mais avec quelques twists surprenants et tirés par les cheveux, histoire d’étonner le spectateur que je suis. Sans spolier pour les quelques fous qui décideraient de regarder ce film, sachez que la finale du long-métrage est sympa, puisque Black Cobra 2 se transforme en Die Hard, le temps de quelques minutes. (Note : Les décors extérieurs du lieu où se déroule l’action… Prendre un gratte-ciel dans une rue bondée et tenter de tenir un siège policier dans la dite rue, ce n’était pas la meilleure idée du siècle.)

Dans le rôle titre, Williamson est assez bon, après-tout, il est une version afro-américaine d’Arnold Schwarzenegger. Par-contre, la réalisation ne rend aucunement justice à ses habiletés de ceinture noire dans quelques arts martiaux, puisque nous avons le droit à beaucoup de plans de dos et de plans serrés, qui sont assez inutiles, sur le visage de Williamson. Nicholas Hammond est plutôt bon en donnant la réplique à Williamson. Les deux acteurs ont une belle chimie ensemble et  la séquence où les deux hommes prennent d’assaut un port rempli de méchants avec leurs pistolet et leurs poings est leur moment fort du film. À titre informationnel, Hammond est le premier acteur à interpréter Spider-Man dans une adaptation «live» de la célèbre bande-dessinée américaine. Le reste des acteurs sont plutôt mauvais. Soyons honnêtes, lorsque ton actrice principale a seulement joué Black Cobra 2 et que tu la fais disparaître aux deux tiers du long-métrage, il ne faut pas regarder plus loin pour constater la médiocrité des acteurs secondaires.

Également, il faut mentionner la trame musicale qui lance des mélodies de plusieurs genres sans aucune cohésion et sans aucun plaisir pour mes oreilles. Certaines musiques semblaient être recyclées du précédent volet, et le restant semble provenir de plusieurs longs-métrages de seconde zone, voir même des dessins animés pour enfants. Néanmoins, Black Cobra 2 reste un bon petit film qui est la preuve que même les Italiens étaient capable de faire des bons longs-métrages d’action dans les années 80.

3.5/5


Directeur :Edoardo Margheriti

Scénariste : Étrangement, aucun scénariste n’a été crédité au générique.

Acteurs : Fred Williamson, Nicholas Hammond, Emma Hoagland, Najid Jadali, Ned Hourani, Edward Santana, Kristine Erlandson, Oscar Daniels

Black Cobra 2
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.7

En conclusion

Malgré quelques grands défauts, Black Cobra 2 reste un film recommandable qui sera rallier tout les fans des films d’action des années 80.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :