Boone: The Bounty Hunter (2017)

Nous prenons le temps de revenir sur Boone: The Bounty Hunter, l’un des meilleurs films de 2017.

Critique

Écrit par

Résumé : Boone, vedette d’une télé-réalité en quête de popularité, tente de démanteler un puissant criminel et son empire, mais il découvrira que la justice vaut mieux que des cotes d’écoutes.

Critique :

Boone: The Bounty Hunter était un projet coup de cœur pour le lutteur John Hennigan (Hercules Reborn) qui a transporté le projet sur ses épaules pendant cinq années et qui a même cofinancé le film en, selon la rumeur, liquidant certains de ses biens personnels. Dans certains cas, ces projets personnels se révèlent être des films assez mauvais (Mute). Heureusement ici, Hennigan trouve le meilleur film de sa carrière.

Le long-métrage se veut être un hommage au cinéma des années 90; une époque où n’importe quel homme musclé pouvait être la vedette d’une couverture de VHS. Cette fois-ci, cet homme se nomme Boone et il est un chasseur de primes coincé dans un cas qui va au-delà de ses compétences. Nous le suivons alors qu’il fait quelque chose absolument nécessaire pour la survie de sa télé-réalité, même s’il doit mettre à feu et à sang tout le Mexique.

Le tout nous est servi avec son lot de lignes cultes et de moments clichés, comme c’était le cas dans cette belle époque du cinéma. Néanmoins, Boone: The Bounty Hunter est un film d’action intelligent qui sait comment utiliser ces clichés pour créer une histoire unique et intéressante. En ne se reposant pas exclusivement sur la nostalgie, Boone: The Bounty Hunter parvient à créer un film actuel en incorporant plusieurs caméos de célébrités et un style alternant entre le meilleur du cinéma et de la télévision. Le long-métrage pêche lors de quelques scènes. Lorsqu’il tente de forcer un peu trop en note en sombrant dans le mauvais goût en étant trop « cool », cela peut nous donner des moments étranges qui viennent un peu gâcher notre plaisir.

Heureusement, Boone: The Bounty Hunter ne commet pas de réelles fautes sur le plan technique. Robert Kirbyson (Red Line) réalise Boone: The Bounty Hunter comme s’il avait un jeune Jackie Chan entre les mains. Les cascades et les combats sont de haute qualité notamment grâce à un Hennigan qui est prêt à risquer sa peau pour nous divertir. Et puisque Kirbyson planifie à la lettre ses plans de caméra et son montage, le tout est parfaitement visible et très spectaculaire.

Dans le rôle-titre, John Hennigan livre le rôle de sa vie. Il est excellent dans toutes ses scènes et nous propose quelques bonnes bagarres, notamment avec Lateef Crowder (Undisputed III: Redemption) et T.J. Storm (Kickboxer: Vengeance), les deux seconds couteaux du trafiquant de drogues que doit affronter Boone. Richard Tyson (Kindergarten Cop) est excellent comme l’antagoniste du récit. Notons que Jonathan Lipnicki (Jerry Maguire), Quinton ‘Rampage’ Jackson (The A-Team), Lorenzo Lamas (Renegade) et Kevin Sorbo (Hercules: The Legendary Journeys) ont tous des petits rôles dans Boone: The Bounty Hunter et que le film comprend également plusieurs caméos de célébrités diverses.

Boone: The Bounty Hunter est un projet parfait pour John Hennigan qui supporte le film sur ses épaules et qui le transporte jusqu’au firmament. Toutes les personnes derrière ce long-métrage ont priorisé le divertissement, la comédie et la science du cinéma d’action. Cela a forcément fonctionné puisque Boone: The Bounty Hunter offre un excellent moment de cinéma, du début jusqu’à la fin…


Réalisation : Robert Kirbyson

Scénario : Josh Burnell, John Hennigan, Stephen Kogon, Franco Movsesian, Jonathan Perkins

Avec :  John Hennigan, Osric Chau, Spencer Grammer, Jonathan Lipnicki, Richard Tyson, Jane Park Smith, Lesley Fera, Quinton ‘Rampage’ Jackson, Lorenzo Lamas, Kevin Sorbo, Juan Gabriel Pareja, Stephanie Arellano, Lateef Crowder, T.J. Storm, Dominique Swain

Laisser un commentaire