Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Captain Marvel (2019)

Résumé : Carol Danvers devient l’un des héros les plus puissants de l’univers lorsque la Terre est prise au milieu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres.
Critique : 
Tandis que nos héros de Marvel sont encore sur le choc de leur confrontation contre Thanos, Captain Marvel fait son entrée dans nos salles de cinéma. Une héroïne à la sauce Marvel qui tentera de conquérir nos cœurs en transportant son intrigue dans le passé du MCU. Plus spécialement dans les années 90, alors que Samuel L. Jackson avait encore ses deux yeux et que la couche d’ozone était encore un mythe.
Vers est une soldate Kree amnésique. Elle s’entraîne constamment pour maitriser ses pouvoirs, tout en tentant de résoudre son mystère. Au cours d’une mission, elle fait partie d’une équipe devant sauver un espion Kree d’une mort certaine aux mains des Skrulls; une race d’extraterrestres pouvant se métamorphoser à volonté. Kidnappée par ces derniers, elle parvient à s’enfuir et à atterrir d’urgence sur un fragment de son passé : la Terre…
Il sera assez difficile pour moi de juger Captain Marvel. Beaucoup de choses ont été dites au cours des dernières semaines sur le net. De nombreux scandales entourant des corniauds incapables d’accepter la présence d’une femme au sein du MCU ont miné le divertissement. À un point tel qu’aujourd’hui l’œuvre bénéficie d’une sortie d’aura lui permettant d’absorber les plus vilaines critiques. Si bien qu’il est presque impossible de parler négativement de Captain Marvel, sans se faire associer à cette horde de zombies informatiques. Même si le long-métrage n’est pas aussi génial que cela.
Attention, Captain Marvel reste une belle expérience cinématographique en soi. Mais dans mon classement du studio Marvel, le film se retrouve presque à l’arrière. Il est, sur de nombreux plans, supérieur à ses confrères. Sauf que le 21e opus de cette saga est possiblement le plus ennuyeux. Le duo composé d’Anna Boden et de Ryan Fleck réalise Captain Marvel en plus d’avoir participé au scénario. Un choix risqué qui ne paie pas réellement. On sent l’inexpérience relative de ces artisans.
Ils font des choix scénaristiques dans la première moitié qui vident le peu de vie que transmet son personnage-titre. Entre des dialogues d’une autre époque et un message que l’on nous tape à la figure à de multiples reprises, il nous faut attendre un changement brusque dans le statu quo des personnages pour que l’on apprécie réellement Captain Marvel. Les personnages entreprennent débutent leur aventure et la termine sans vivre de réelle évolution et ils ont des personnalités vides et inintéressantes. Cela démontre un problème important dans le scénario lorsqu’un chat et que le Skrull principal sont les personnages les plus intéressants à suivre.
Et ce n’est pas la faute des acteurs, puisque la réalisation démontre aussi des faiblesses majeures. En étant un cinéphile visionnant des films d’action sur une base quotidienne, il est presque trop facile de démolir Captain Marvel. L’héroïne est trop forte pour créer une séquence d’action logique et plausible. Un peu comme Superman qui fut forcé de combattre ses semblables ou des êtres pixelisés dans sa dernière décennie cinématographique… Et la conception des combats ne parvient pas à éliminer ce pépin alors que le tout se résume à regarder une femme battre des adversaires comme si ce n’était que des petits chatons inoffensifs.
Il n’y a aucune excitation ou sentiment de danger à suivre cette femme tandis qu’elle traverse des murs et des vaisseaux spatiaux pendant deux heures. Le niveau de compétence des têtes dirigeants ce projet n’aide en rien. Boden et Fleck sont talentueux et ils sont incapables de créer une bataille bien cadrée, bien éditée et bien chorégraphiée. Mon moment favori est, étrangement, un combat entre Samuel L. Jackson et Ben Mendelsohn au milieu d’un complexe militaire; un combat qui est d’ailleurs disponible sur YouTube (mis en ligne par Marvel lui-même…)… Dès que les gros canons de Captain Marvel entrent en place, on perd rapidement la géographie de l’action parce qu’il est impossible de suivre ce qu’il se passe…
La distribution du long-métrage sauve Captain Marvel du désastre. Brie Larson (Kong: Skull Island) est parfaite dans le rôle-titre. Elle est convaincante et charmante, malgré un personnage peu développé. Samuel L. Jackson (Pulp Fiction) et Ben Mendelsohn (Robin Hood) sont tous aussi géniaux et ils sont plus présents que prévus. Ce qui est ma foi génial… Seul regret, Clark Gregg (Agents of S.H.I.E.L.D.) n’est à l’écran que pour quelques minutes seulement…
Captain Marvel est un mauvais film qui parvient à maintenir sa tête hors de l’eau grâce au talent de ses interprètes et grâce à un changement drastique de registre dans sa deuxième moitié. Il sera intéressant de voir ce que les frères Russo feront avec ce personnage dans le prochain volet d’Avengers, prévu pour le mois prochain.


Réalisation : Anna Boden, Ryan Fleck
Scénario : Anna Boden, Ryan Fleck, Geneva Robertson-Dworet, Nicole Perlman, Meg LeFauve
Avec : Brie Larson, Samuel L. Jackson, Ben Mendelsohn, Jude Law, Annette Bening, Lashana Lynch, Clark Gregg, Rune Temte, Gemma Chan, Algenis Perez Soto, Djimon Hounsou, Lee Pace

Captain Marvel (2019)
1.8

Résumé

Captain Marvel est un spectacle bruyant qui mérite d’être vu en salles, malgré son manque de substance…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :