Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Contre-Enquête (2007)

Résumé : Richard Malinowski (Jean Dujardin, The Artist), un policier à la criminelle, voit sa vie changer lorsque sa fille de 10 ans se fait violer et tuer dans un boisé près de chez lui. Quelques temps plus tard, le coupable, Daniel Eckmann, (Laurent Lucas, Haut les Cœurs!) écrit à Richard pour clamer son innocence. Le doute s’installe dans l’esprit du père et il décide de mener sa propre enquête, en solitaire…

Critique : 

Partant sur un thème grandement exploité, un parent cherchant le coupable du meurtre et/ ou du viol de son enfant, le long-métrage de Franck Mancuso (36 Quai des Orfèvres) amène une originalité, le fait qu’il y ait déjà quelqu’un d’incarcéré pour le crime, et que ce dernier n’est peut-être pas le véritable coupable. Malheureusement, bien que suffisamment exploitée, cette thématique vient, à quelque part, bousiller le rythme de l’œuvre.

En plus de ralentir incroyablement le tout, cette intrigue du coupable qui n’est peut-être pas coupable est prévisible. Dès le premier tiers du film, qui est heureusement court (Le film dure 1H25 environ.), nous connaissons l’issue de cette dernière et là, tout s’effondre. Le climat de lenteur servant à augmenter la tension, la détresse du personnage principal et celle du présumé coupable se retourne contre eux-mêmes et ramènent le niveau du long-métrage à celui d’un mauvais téléfilm, comme ceux qui passe l’après-midi, et dont on connait déjà la fin. Surtout que, ce qui vient, en plus, rajouter une couche de lenteur dans ce spectacle, c’est le fait qu’on est obligé de voir le point de vue d’Eckmann. Cette manœuvre crée un 2e long-métrage, en scindant en deux Contre-enquête, puisque les deux ont un temps à l’écran comparable, bien que l’arc scénaristique de Dujardin occupe un peu de place que celle de Lucas.

Et les scènes «d’action» de ce thriller, servant à rehausser sa cadence, au nombre de quatre, sont à la fois courtes et malmenées. Prenons le cas de l’affrontement final entre Dujardin et le véritable coupable. Elle ne dure que cinq ou dix secondes, où Dujardin nous sert un monologue avant de «s’occuper» du méchant, je mets le verbe en guillemet, car tout n’est suggéré, si bien qu’il faut attendre un reportage télévisuel regardé par le reste du casting pour être sûr du dénouement. Dommage, pour des moments qui auraient gagnés en longueur et en profondeur.

Surtout, qu’il y a deux grands acteurs au générique. Dujardin qui nous offre une des meilleures performances de sa carrière, lui qui est dans un contre rôle, étant habituellement habitué dans des productions comiques. Il colle parfaitement au rôle du père au bord du gouffre, cherchant justice. Son avis-à-avis, Laurent Lucas, offre une performance autant sinon plus remarquable, lui qui a malheureusement, les scènes les plus décevantes du long-métrage comme son viol en prison, qui est à l’image du reste, décevant…

3.25/5


Directeur : Frank Mancuso

Scénariste : Frank Mancuso

Acteur : Jean Dujardin, Laurent Lucas, Agnès Blanchot, Aurélien Recoing

Contre-Enquête (2007)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.2

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :