All About the Money (2017)

Résumé : Convaincu par un ami commun, deux hommes décident de partir en vacances. Une fois à destination, ils réaliseront qu’il sont au beau milieu d’une tentative de capturer l’ennemi numéro un des États-Unis.

Critique :

Il me faut admettre que l’unique raison de mon visionnement de All About the Money était la présence d’Eddie Griffin au générique. Cela faisait longtemps que l’acteur n’avait pas apparu dans mon radar. Souffrant de nostalgie envers ses anciens projets comme la franchise Deuce Bigalow ou The Walking Dead, j’ai donc regardé All About the Money dès sa sortie en VOD au Québec, en pensant tomber sur un autre navet sortant directement en DVD. À la place, j’y ai trouvé le digne successeur de The Hangover…

Trois amis d’enfance, qui rêvaient d’une vie de luxure, sont coincés dans des réalités bien minables. L’un est un vendeur itinérant, l’autre est un mécanicien sur le point de divorcer et le troisième est un employé de bureau travaillant pour le père de sa femme possessive. Mais lorsque ce dernier fait une dépression nerveuse au beau milieu d’une présentation face à d’importants clients, le beau petit groupe part en Colombie afin de prendre des vacances et de devenir riche en capturant un puissant baron de la drogue.

Dès les premières minutes, All About the Money nous livre produit cinématographique plus que douteux, avec des dialogues ennuyeux et un léger souci technique qui trahit les faibles moyens de sa production. L’introduction du long-métrage ne faisait que confirmer les nombreuses perceptions que le spectateur a en pensant à ce film. Et à sa décharge, nous pouvons facilement dire que All About the Money sera détesté par de nombreux spectateurs qui décrocheront totalement des propos du film et qui seront incapables d’apprécier correctement le reste du divertissement que propose Blake Freeman.

À partir de leur arrivée à l’aéroport, All About the Money devient une comédie étonnamment drôle alors que nous suivons ces trois joyeux lurons prendre d’assaut un village de Colombie. Leur périple sera ponctué de plusieurs blagues récurrentes assez intéressantes comme celle entourant un célèbre joueur de soccer avec un nom assez connu. Comme mentionné durant la bande-annonce, quelque part à mi-chemin entre le générique de départ et celui de la fin, le long-métrage prend une tournure moins originale en devenant une copie de The Hangover lorsque l’un des complices est kidnappé. Heureusement, les blagues continuent à faire mouche ce qui aide grandement à faire passer la pilule.

Néanmoins, nous pouvons reprocher à All About the Money sa faible durée qui dépasse à peine la marque des 90 minutes. À cause de cela, et à cause de l’ambition trop grande de Freeman, le film tente de couvrir beaucoup dans ce court laps de temps. Hélas, en multipliant les gags et les revirements de situation, Freeman parvient à causer un problème à la longue puisque nous sommes constamment sous un feu roulant. Il est alors impossible de prendre son souffle et le réalisateur / scénariste / acteur est incapable de développer ses personnages ou même ses blagues. All About the Money est l’un de ces rares films qui auraient gagné à obtenir des scènes supplémentaires pour mieux étoffer ses propos.

Sur le plan technique, Freeman se révèle être un réalisateur compétent. Bien que le cinéaste ne risque pas de devenir un grand réalisateur, il reste que pour son troisième projet cinématographique, l’homme a déjà un bon sens timing avec une gestion impeccable du rythme et de ses moyens. Si l’on exclut quelques scènes où le montage audio était douteux et les effets spéciaux de seconde zone, le réalisateur parvient à camoufler la petitesse de sa production tout en mettant la gomme pour divertir son spectateur. Et même s’il est avare en scènes d’action, Freeman démontre une certaine maîtrise dans celles-ci, ce qui est tout à son honneur. Notons également que le long-métrage comprend quelques chansons populaires pour pimenter le tous.

Malheureusement, l’acting est le maillon faible des capacités de Freeman. Non pas qu’il est un mauvais acteur, mais l’homme n’a pas le talent nécessaire pour porter un projet cinématographique sur ses épaules, surtout lorsqu’il est entouré par des professionnels plus doués. Et ces professionnels sont Eddie Griffin (Undercover Brother) et Casper Van Dien (Starship Troopers) qui sont de bons partenaires de jeu, nous rappelant même les raisons qui ont fait de ces hommes, des acteurs cultes durant les années 90. Hélas, peut-être par un manque de moyens, le reste de la distribution est assez médiocre avec des acteurs relativement inconnus, à l’exception de Jose Yenque (Traffic), qui joue le méchant de l’histoire, et de Jon Gries (Taken), qui a un rôle secondaire mémorable. Et finalement, soulignons que Stephen Stanton (Rogue One: A Star Wars Story) narre avec humour le long-métrage…

Bien qu’il y ait peu de chances que vous visionnez All About the Money, nous ne pourrons que vous recommander ce long-métrage. Certes, il y a de meilleurs films disponibles en VOD, mais il ne faut pas sous-estimer le long-métrage de Freeman, même si ce dernier est avare en scènes d’action. Il pourrait vous réserver quelques rires ainsi qu’un divertissement au rythme effréné…


Réalisation : Blake Freeman

Scénario : Blake Freeman, Danny West, Lester Korman , Jamie Star

Avec : Blake Freeman, Eddie Griffin, Casper Van Dien, Danny Trejo, Jon Gries, Jose Yenque, Stephen Stanton

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.