Beyond Redemption (2015)

Après plusieurs années à dormir dans les méandres de la post-production, Beyond Redemption est finalement arrivé au Québec…

Critique

Écrit par

Résumé : Un policier sous-couverture doit conserver sa fausse identité lorsqu’il tente de sauver la fille d’un puissant chef des Triades, victime collatérale d’une opération ne se déroulant pas comme prévu.

Critique :

À une certaine époque, le canadien Bruce Fontaine fut une vague icône dans le monde du cinéma d’action pour avoir participé à de nombreuses productions asiatiques à la fin des années 80, pour ensuite participer aux cascades sur de nombreuses productions américaines tournées dans notre belle contrée. Aujourd’hui, il tente de diversifier ses activités en réalisant Beyond Redemption, son premier fait d’armes derrière un long-métrage…

Après un temps passé dans les combats de rue, Billy parvient finalement à fait partie de l’équipe de Yuan, un membre des Triades. Néanmoins, sa loyauté envers Yuan sera mise à l’épreuve lorsqu’il apprendra qu’il sera bientôt père. Une nouvelle qui pousse chez Billy le désir de quitter Yuan et de terminer sa mission sous-couverture. Malheureusement, le plan du policier sera mis en péril lorsque Yuan organise le kidnapping d’une gamine.

Tout les québécois connaissent Bruce Fontaine. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais il est surtout célèbre au Québec pour sa participation dans Operation Condor (Armour of God 2: Operation Condor), l’un des films de Jackie Chan que la défunte chaîne télévisuelle TQS nous annonçait à la figure, mois après mois (En gage de nostalgie, nous vous avons glissé une vidéo à la fin de ce paragraphe. Fontaine est le moustachu avec une boucle d’oreille.). Néanmoins, peu importe les compétences de Fontaine dans le domaine des cascades, il est assez dur de passer du monde de l’action à celui de la réalisation. Tous les cascadeurs ne peuvent pondre des John Wick. Dans le pire des cas, nous avons un Vic Armstrong qui réalise Left Behind ou un Ric Bradley qui réalise un remake de Red Dawn.

Heureusement, Bruce Fontaine ne va pas dans ces extrêmes de médiocrité pour sa première réalisation. Non pas que Beyond Redemption soit un grand film, mais il parvient à offrir une certaine forme de divertissement, tout en étant assez oubliable. Beyond Redemption a plusieurs atouts dans sa manche, dont un scénario rappelant grandement celui de Sleeping Dogs. Son histoire d’un policier sous-couverture qui a des soucis de moralité est un sujet vu de maintes fois, mais l’angle « nord-amércaino-asiatique » permet au long-métrage d’apporter une certaine nuance bienvenue. Grâce à cela, Fontaine se permet de nous montrer les Triades, une organisation criminelle qui n’est pas vue ici comme des bandits sanguinaires, comme c’est habituellement le cas, mais comme un simple groupe mafieux.

Néanmoins, cette approche assez intéressante apporte un paradoxe assez intriguant puisque dans la seconde moitié, le scénario avance grâce aux scènes d’action. Cela contredit la première section, qui est assez intellectuelle, si l’on exclut les premières minutes. Et, c’est grâce à cette intellectualité que Beyond Redemption ne plonge pas dans la médiocrité dans ce deuxième tiers, car les revirements de situation qu’apportent les scénaristes Derek Lowe (Romeo Must Die), Tong Lung (Crying Freeman) et Anthony Patrick Wong ne fonctionnement que grâce à ces moments. Oui, car Beyond Redemption comporte quelques éléments assez surprenants qui déstabilisent le spectateur…

Mais, cela n’empêche pas les scénaristes d’offrir un texte assez faible. Les dialogues sont assez pauvres et manquent de finition, surtout dans la première moitié où ils sont plus présents et où ils peinent bien introduire les principaux protagonistes du film. De plus, certaines sous-intrigues restent inachevées. Comme un point tournant de la moralité de Billy, les scénaristes ont décidé d’inventer une ancienne copine qui débarque comme un cheveu sur de la soupe en allant voir notre héros sur un banc de parc pour lui dire « Hé chéri, je suis enceinte de plusieurs mois et je vais garder le bébé. ». Ce personnage ne revenant que pour l’ultime scène du long-métrage, où notre héros accepte d’être le père du bébé, dans une vaine tentative d’instaurer une possible suite.

Comme mentionné ci-haut, Bruce Fontaine obtient avec Beyond Redemption sa première réalisation. L’homme ne commet pas de fautes graves avec une mise en scène assez efficace et des cadrages professionnels. La manque de moyens de la production ampute également dans une certaine mesure le réalisateur, alors que certaines scènes semblent fauchées. Il nous suffit qu’à penser à une scène dans un salon de massage où les acteurs semblent se trouver dans un garde-robe. Mais dans cette tâche, il est aussi aidé par son casting qui est essentiellement composé de cascadeurs. Un casting qui permet à Fontaine d’avoir beaucoup de liberté dans les combats et qui ne l’oblige pas à sur-utiliser le montage.

Cependant, Fontaine a une tendance à trop réaliser certaines scènes, ajoutant de nombreux effets visuels superflus qui donnent un peu la nausée. Qui sait, peut-être était-ce une façon pour le réalisateur pour camoufler certaines tares visuelles en post-production. Nous sommes obligés de faire un constat semblable avec la trame sonore très perfectible dont la tonalité est assez banale et énervante et avec la direction photographique qui semble être absente, par moments.

Comme mentionné ci-haut, le casting de Beyond Redemption est essentiellement composé de cascadeurs. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, même si les dialogues sonnent parfois faux lorsque ces interprètes ouvrent la bouche. Ils n’ont simplement pas les muscles artistiques des acteurs d’expérience. Cela n’empêche pas Don Lew (300) et Brian Ho (Watchmen) de se démarquer dans les rôles principaux cette pellicule. Et les plus chanceux d’entre-nous noteront les présences de Patrick Sabongui (The Flash) et d’Eddy Ko (Lethal Weapon 4) dans des rôles mineurs mais marquants.

Pour un premier essai, Brian Fontaine parvient à ne pas se casser la figure. Beyond Redemption n’est pas le film du siècle, mais il permet d’obtenir un certain divertissement et de visionner de bonnes scènes d’action. Ce qui est une véritable surprise, surtout lorsque l’on prend en considération qu’il fut réalisé en 2014, qu’il eut quelques expériences en festival en 2015, pour ensuite disparaître dans les méandres de la distribution pendant deux années; un parcours qui signifie habituelle qu’il a quelque chose qui cloche avec le film… Heureusement, ce n’est pas le cas et Beyond Redemption remplit son mandat, tout en nous faisant miroiter une potentielle suite bienvenue.


Réalisation : Bruce Fontaine

Scénario : Derek Lowe, Tong Lung, Anthony Patrick Wong

Avec : Brian Ho, Don Lew, Paul Wu, Anthony Towe, Darren E. Scott, Josette Jorge, Eddy Ko, Patrick Sabongui

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.