Precious Cargo (2016)

Precious Cargo est un autre clou dans le cercueil cinématographique que représente la carrière de Bruce Willis…

Critique

Écrit par

Résumé : Après un cambriolage raté, Eddie, un puissant criminel, traque Karen, une voleuse séduisante qui est responsable de cet échec. Afin de regagner la confiance d’Eddie, Karen recrute son ancien amoureux, Jack, pour voler une cargaison remplie de pierres précieuses. Mais lorsque ce travail n’est pas une réussite, les allégeances sont brisées et des lignes sont franchies alors que Jack, Karen et Eddie s’affronteront dans un combat final.

Critique : 

Aujourd’hui, nous devons souhaiter nos condoléances à tous les fans de Bruce Willis (Die Hard). Tous ceux qui comme moi avaient encore de l’espoir envers l’acteur réputé pour ses films d’action et pour quelques comédies, recevront une douche bien froide en visionnant Precious Cargo. L’acteur, qui était l’idole de plusieurs fans, est aujourd’hui enfermé dans le monde des films d’action miteux. Et pour la première fois, depuis de nombreuses années, il n’y a rien de bon à tirer de son dernier projet cinématographique. Pour la première fois de l’histoire du site, nous regrettons notre visionnement d’un film «mettant en vedette» Bruce Willis

Après un coup réussi, Jack profite d’un temps libre pour se payer du bon temps avec une vétérinaire (Ou employée dans un établissement animalier…). Malheureusement, il aura la surprise de sa vie lorsque Karen, son ex-copine, débarque chez lui avec un bébé dans son ventre et un puissant criminel aux trousses. En effet, car Karen a tenté, en vain, de voler les diamants que ce criminel planifiait de voler, ce qui force Karen à demander l’aide de Jack pour voler d’autres diamants afin de payer le criminel qui demande un remboursement pour le vol perpétré par Karen, bien que cette dernière n’ait pas ces diamants entre les mains…

Dans toute l’histoire d’Avis Mortel, il nous est arrivé de critiquer des mauvais films. Et bien, Precious Cargo nous a apporté l’expérience cinématographique la plus pénible de notre courte histoire, à cause d’un scénario qui nous donne l’impression d’entrer dans un sable mouvant et d’y mourir. Nous nous sentons oppressés et étouffés par une histoire qui ne fait que creuser le trou de la médiocrité avec des dialogues si mauvais que nous avons l’impression que les personnages parlent dans une autre langue. Et le plus décevant dans cette histoire, c’est que sur le plan théorique, les situations du long-métrage pouvaient offrir une histoire cohérente et un divertissement convenable.

Et pourtant, Precious Cargo nous force à constater que ses scénaristes ont tenté l’impossible : créer le pire scénario du siècle. Et merde, ils y arrivent presque!! Nous avons même déjà vu des nanars vietnamiens avec des dialogues mille fois supérieurs à Precious Cargo. Tous les personnages, sans exceptions, ne font que jurer et dire des dialogues sans queue ni tête (Du genre «Tu veux jouer à des jeux? Je joue à des jeux, mais je dois te dire, je déteste les jeux. En fait, j’ai quitté l’école primaire à cause des putains de récréations.» ou «Maintenant, si j’avais un vagin, tes fesses, tes putains de tétons, je serais une putain de millionnaire. À la place, Dieu n’a béni avec un gros pénis et une flexibilité morale.»). Pour sa part, la construction des personnages n’est pas plus reluisante puisqu’ils ne méritent aucunement notre attention ou le temps d’écran qui leurs sont consacrés.

Et le pire dans tout cela, c’est que Precious Cargo se croit «cool» en adoptant un ton décontracté à la Mr. & Mme Smith et tente d’être drôle, comme une comédie, avec des phrases d’attardés qui ne font qu’insulter ses auditeurs, pour la simple et bonne raison que nous avons l’impression d’assister aux mauvaises blagues racontées par un oncle intoxiqué lors du réveillon de Noël… Aussi, en plus de rater totalement ses dialogues, Precious Cargo s’enfonce encore plus profondément dans sa tombe avec une intrigue qui me fait que compliquer la prémisse de base à un point tel que cela en devient presque ridicule. Comme si nous étions devant un mauvais roman savon américain, le film nous force à assister à des multiples cambriolages où chacun souhaite voler l’autre, mais dans un ordre tellement chaotique, qu’à la longue, nous devenons confus dans l’exécution des cambriolages ou du «Qui vole quoi et pour qui volent-ils?». Et lorsqu’arrive le moment où un homme partiellement nu chantant «Old MacDonald Had A Farm» attaque la CIA avec un camion de crème glacée, nous voulons tout simplement arrêter de visionner Precious Cargo pour mettre fin à ce calvaire scénaristique…

Heureusement, Max Adams est là, qui vit ici la première réalisation d’un long-métrage. Adams réussit contre toutes attentes à offrir une réalisation compétente avec quelques moments bien sentis, surtout lors du cambriolage impliquant un camion blindé. Malheureusement, puisque les personnages sont détestables, les scènes d’action de Precious Cargo manque cruellement de punch, surtout que le réalisateur n’est pas aidé par les faibles moyens de la pellicule qui ne permettent pas à l’homme de créer des moments géniaux. Il faut dire que le monteur du film n’aide pas la cause d’Adams avec un montage assez paresseux qui retire toute l’énergie créée par Adams, rendant ainsi toute l’expérience du film insoutenable.

Mais étrangement, en dehors de la sur-utilisation de drones pour filmer ses scènes, Max Adams se plante royalement dans un domaine seulement. Toutes les scènes mettant en vedette Bruce Willis sont horribles, tant au niveau du rythme que des plans de caméras, un peu comme si ces scènes étaient réalisées par un pur amateur. Il faut dire que le personnage de Bruce Willis n’est à l’écran que pour une bonne dizaine de minutes. Willis, pour sa part, passe moins de temps dans Precious Cargo, avec une doublure lors des moments où nous ne voyons pas le visage de l’acteur. Et le long-métrage ne tente même pas de gâcher ce fait. Si l’acteur faisait le moindre effort pour donner une performance honnête, cela serait un moindre problème, mais ici Willis réussit l’exploit à être plus mauvais que dans Vice, la pire performance de sa carrière où il ne faisait que lire ses répliques sur un carton…

Pourtant, Bruce Willis est l’un des meilleurs acteurs du casting de Precious Cargo. D’un côté, nous avons Mark-Paul Gosselaar (Saved by the Bell) qui est assez compétent dans le rôle tire et nous avons Daniel Bernhardt (La franchise Bloodsport) qui est tout simplement génial dans le rôle du bras droit de Bruce Willis. En fait, si l’entièreté du film reposait sur ces deux hommes, nous serions aux anges, puisque le reste des acteurs sont tout simplement nuls. À la tête de lot de pommes pourries, nous avons Claire Forlani (Hooligans) qui effectue ici un retour dans ce métier après un congé maternité de quelques années  Pour rester poli, nous dirons simplement qu’elle est horrible avec un jeu d’actrice qui semble forcé et aucunement naturel. Le reste de la distribution est composé d’amateurs et de mannequins qui ne font qu’abrutir le scénario déjà stupide de Precious Cargo avec des performances horribles et médiocres…

Malgré une certaine compétence sur le plan technique, Precious Cargo ennuie dès les premières minutes grâce au pire scénario que l’on ai vu depuis des années. Le scénario du film est si médiocre, que nous aurions aimé une note négative, bien que techniquement, cela soit impossible. Peu importe, car nous avons entre les mains un produit indigeste qui n »est aucunement divertissant, malgré un ou deux scènes d’action sympathiques et un générique d’ouverture qui tente d’imiter ceux présents dans la franchise James Bond (Il y a aussi des gaffes / bloopers durant le générique de fin, mais je doute que vous restez éveillés jusqu’à ce moment-là…)


Réalisation : Max Adams

Scénario : Max Adams, Paul V. Seetachitt

Avec : Mark-Paul Gosselaar, Claire Forlani, Bruce Willis, John Brotherton, Lydia Hull, Daniel Bernhardt, Ashley Kirk, Nick Loeb, Tyler Jon Olson, Jean Claude Leuyer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.