Rumble (2017)

Résumé : Un combattant de la MMA sur le déclin est forcé de participer à un réseau clandestin de combats au Mexique afin de sauver sa copine kidnappée. Traqué par des criminels et par la police mexicaine, il devra redevenir le champion qu’il a jadis été afin de se sauver et de libérer son amoureuse.

Critique :

Après une expérience fructueuse avec Misfire, R. Ellis Frazier (Larceny) et Gary Daniels (The Expendables) font à nouveau équipe pour un film d’action lorgnant vers les contrées déjà conquises par les Kickboxer, Bloodsport et Undisputed de ce monde. Si le cinéaste a prouvé à de maintes reprises qu’il était capable de faire un bon thriller d’action, Rumble nous monstre les limites de Frazier alors qu’il est incapable de tirer profit du scénario qu’il a entre les mains.

Malgré une conclusion qui contient trop de conclusions, à l’image de The Return of the King, l’histoire de Rumble nous plonge directement dans l’action en ne perdant pas de temps et en nous montrant David Goran, le personnage principal, dès la sortie d’un combat de la MMA, pour ensuite se focaliser sur sa décente en enfer.

Et sur ce point, il nous faut donner du mérite à Rumble pour créer un contexte valable à un tournoi d’arts martiaux. Par contre, le long-métrage tourne les coins ronds en ne nous montrant pas l’étendue de ce tournoi, qui se résume grossièrement à quelques combats dans un entrepôt mal éclairé devant une caméra de surveillance. Le reste du film est consacré à plusieurs truands, et à un policier, qui poursuivent notre héros, alors que ce dernier parvient à les repousser avec une certaine aisance. Cela vient d’ailleurs contredire un peu le postulat de base qui veut le personnage de Gary Daniels soit un combattant fini, au bord de l’épuisement physique.

Après tout, il ne faut pas chercher à comprendre puisque tous ces combats ne permettent pas à Rumble de développer grand-chose. Les attitudes des personnages changent entre chaque scène et l’histoire est rapidement reléguée à l’arrière-plan, à un point tel que le scénario est totalement secondaire. L’action ne parvient pas à compenser alors que, pour des raisons obscures, R. Ellis Frazier tourne tous les combats avec plusieurs ralentis. Les combats sont certes bien chorégraphiés avec un Gary Daniels au sommet de son art, mais ils ont si peu d’énergie que ces derniers peinent même à se démarquer, les uns des autres. La distribution est également un sérieux problème, puisqu’à l’exception de Gary Daniels, qui livre l’une des meilleures performances de sa carrière, et du sympathique Luis Gatica (Misfire), tout le casting de Rumble offrent de mauvaises interprétations qui rivalisent celles des théâtres amateurs situés près de chez vous.

Rumble permet néanmoins de ne pas trop s’ennuyer pendant 90 minutes. Et même si l’on ne ressort pas nécessairement diverti par le film, même pour un admirateur de Gary Daniels, nous ne pouvons qu’apprécier le spectacle qui nous est offert, en attendant de visionner quelque chose de plus excitant sur le câble ou au cinéma.


Réalisation : R. Ellis Frazier

Scénario : Benjamin Budd

Avec : Gary Daniels, Sissi Fleitas, Luis Gatica, Fabian Lopez, Justin Nesbitt, Eddie J. Fernandez

Rumble (2017)
3
Envoi
Note des visiteurs
0 (0 votes)

Écrit par Michaël Michaud

Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

View all posts by Michaël Michaud →

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.