Savage Dog (2017)

Résumé : Un prisonnier acquiert sa liberté après un combat clandestin tente de mener une vie paisible jusqu’au jour où il décide de retourner dans ce monde sans se douter des conséquences…

Critique :

Scott Adkins vient de débuter une longue association avec le réalisateur Jesse V. Johnson, alors les deux hommes ont fait équipe sur plus de quatre projets en moins d’une année. Le premier de ces films, débarque par la grande porte, alors que Savage Dog est présenté au festival Fantasia de 2017, de façon simultanée avec sa sortie en DVD / Blu-ray en sol québécois.

Savage Dog mérite cette attention puisque nous avons ici l’un des bons films d’action de 2017. L’histoire centrée sur des expatriés en Indochine durant les années 50 a le mérite d’être originale en abordant une période de l’humanité peu utilisée par le cinéma. Certes, le tout n’est réduit qu’à un décor et à un choix esthétique, mais l’attention était louable; et elle est appréciée. Il faut également noter l’attention particulière aux personnages qui donnent tous l’impression d’assister à quelque chose de véritablement vrai…

Par contre, dans son ensemble, l’histoire de Savage Dog n’est pas si extraordinaire que cela. Tiraillé entre son désir d’être un film d’action des années 80 (style Commando / Rambo 2) et un tournoi d’arts martiaux cinématographique, le long-métrage vogue constamment entre les deux genres, sans pour autant les maîtriser. Cela peut être dérangeant à l’occasion, surtout lorsque la pellicule de Johnson tente d’explorer l’aspect amoureuse de la vie de son héros. Il y a également quelques choix scénaristiques qui peuvent être problématiques, comme un fameux moment «cannibale» arrivant de nulle part…

Jesse V. Johnson (The Beautiful Ones) peut mériter des éloges pour Savage Dog. Tourné avec un budget que l’on assume être minime, le cinéaste a su apporter l’illusion de la grandeur et de la démesure du cinéma des années 80 et 90. Savage Dog a un rythme impeccable, avec des plans de caméra travaillés et intelligents, ainsi que des combats qui n’ont rien à envier à la compétition. Le réalisateur a un passé de cascadeur et cela se ressent à chaque minute de Savage Dog. Il est juste dommage que le montage soit parfois juste et que la trame sonore du film soit tout simplement irritante, à l’exception d’un ou deux morceaux.

Évidemment, Savage Dog ne serait pas une réussite sans ses acteurs. Scott Adkins (La saga Undisputed) est exemplaire comme toujours et il retrouve sa co-vedette d’Undisputed III: Redemption, Marko Zaror. Ce dernier offre une bonne performance comme antagoniste, mais nous sommes juste incapables de le prendre au sérieux avec ses habits d’époque. Juju Chan (Crouching Tiger, Hidden Dragon: Sword of Destiny), Cung Le (Pandorum), Vladimir Kulich (The 13th Warrior), Keith David (Platoon), Matthew Madsen (Rambo) et Aki Aleong (Pound of Flesh) complètent Savage Dog dans des rôles secondaires.

Savage Dog est un bon divertissement et un excellent amuse-gueule en attendant la sortie prochaine de Undisputed 4 en sol canadien. À la vue de ce long-métrage, il reste à espérer que Scott Adkins et Jesse V. Johnson puissent poursuivre longtemps leur collaboration cinématographique…


Réalisation : Jesse V. Johnson

Scénario : Jesse V. Johnson

Avec : Scott Adkins, Marko Zaror, Juju Chan, Cung Le, Vladimir Kulich, Keith David, Charles Fathy, Matthew Marsden, Sheena Chou, Luke Massy, Aki Aleong

A propos de Michaël Michaud 510 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

1 Trackback / Pingback

  1. Triple Threat – Aperçu du Comic-Con – Actionerd

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.