Valerian and the City of a Thousand Planets (2017)

Nous revenons sur Valerian and the City of a Thousand Planets, le dernier bébé de Luc Besson.

Critique

Écrit par

Résumé : Une force sombre menace une citée spatiale composée d’un millier de planètes, forçant deux agents à identifier la menace et à sauver l’univers.

Critique :

Peu importe si l’on aime ou l’on déteste le réalisateur, un long-métrage de Luc Besson est un événement en soi. Tout ce qui le réalisateur touche parvient à divertir, même si la patte du cinéaste n’est pas un gage de grande qualité. Avec Valerian and the City of a Thousand Planets, Besson nous offre un projet qui nous montre une passion chez le Français, une passion qui a déjà inspiré plusieurs sagas cinématographiques, dont Star Wars.

Et c’est là que repose le problème d’adapter une vieille bande dessinée qui a servi de muse à plusieurs cinéastes. Besson est clairement conscient du problème et il tente par tous les moyens de contourner ce pépin en créant un rythme endiablé. L’idée est géniale sur le papier, car nous avons entre les mains un long-métrage offrant un contenu totalement inédit. Et Valerian and the City of a Thousand Planets aura beaucoup d’amour de la part du public et qui devrait avoir une légion d’admirateurs aux pieds de Besson pour lui réclamer une suite.

Néanmoins, Valerian and the City of a Thousand Planets est incapable d’avoir une structure narrative digne d’un long-métrage. Nous avons l’impression de visionner une histoire classique, d’une durée d’une heure et quelques minutes; une histoire qui fut remplie par plusieurs sous-intrigues plus ou moins inutiles. Ce qui crée un bordel assez étrange alors que nous avons l’impression d’assister à un vide cinématographique. L’autre gros problème de Valerian and the City of a Thousand Planets réside dans sa distribution alors que nous avons un duo d’acteurs assez fade , qui sont incapable de générer une véritable chimie ou de porter le long-métrage sur leurs épaules.

Comme mentionné plus haut, le film de Luc Besson offre un divertissement totalement inédit. Et c’est ce qui sauve Valerian and the City of a Thousand Planets, car le réalisateur nous livre le plus beau long-métrage de sa carrière. Ce long-métrage repousse les limites du septième art avec plusieurs séquences mémorables dont une en particulier qui se déroule dans un marché se situant dans une autre dimension, offrant un moment épique. Sérieusement, Besson a créé un monde si riche, qu’il est possible de visiter son long-métrage des dizaines et d’être encore surpris et émerveillé par l’univers qu’il a brillamment conçu.

Il est juste dommage que le scénario de Valerian and the City of a Thousand Planets se soit pas à la hauteur des visuels de Luc Besson, car nous aurions eu ici l’un des meilleurs films de 2017…


Réalisation : Luc Besson

Scénario : Luc Besson

Avec :  Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen, Rihanna, Ethan Hawke, Herbie Hancock, Kris Wu, Sam Spruell, Alain Chabat, Rutger Hauer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.