Dawn of the Planet of the Apes (2014)

Résumé : Dix années après Rise of the Planet of the Apes, alors que le virus a décimé la quasi-totalité de la population, les singes menés par Caesar (Andy Serkis, The Lord of the Rings: The Return of the King ) vivent paisible dans la forêt, à l’écart des humains…

Critique : 

Sérieusement, l’Académie des Oscars doit donner un prix à Andy Serkis. Il parvient à interpréter Caesar avec une telle finesse que dans Dawn of the Planet of the Apes, ce n’est pas les effets par ordinateurs que nous voyons lorsque nous regardons le singe, nous voyons l’homme derrière le «masque»!!! Et je dis que s’il n’obtient pas un trophée, tous les cinéphiles de la Terre devraient contribuer à la fabrication d’un Oscar pour l’acteur…

Maintenant, après tant d’éloges, parlons du film qui est un véritable succès du début à la fin. Aidé par un scénario bien conçu, Matt Reeves (Cloverfield) parvient à nous offrir un long-métrage envoûtant. Après-tout la véritable force du texte est de parvenir à générer un film d’action, qui dans ces racines profondes est tout ce qu’il y a de plus commun et basique, mais grâce à ces personnages travaillés, à des détours scénaristiques rafraîchissants, est riche, bouleversant, passionnant et parfois même, émouvant.

Les fans de scènes d’action, seront comblés puisque Reeves comprend comment filmer des batailles, comme l’a démontré un magnifique plan où la caméra est posée sur la tête rotative d’un tank pendant que Koba (Toby Kebbell, Wrath of the Titans) attaque les occupants de l’engin. Néanmoins, je dois admettre que mon moment préféré fut lorsque Jason Clarke (Zero Dark Thirty) est au beau milieu de l’affrontement, dans un immeuble, mais qu’au lieu de voir les combats, Reeves centre la scène sur le personnage qui cache dans les couloirs, alors que l’enfer se déchaîne autour de lui…

Aussi, il me faut souligner la magnifique trame sonore de Michael Giacchino, qui par-moments, m’a rappelé celle de Jurassic Park (Fait cocasse, l’homme fera en effet la trame sonore du futur Jurassic World). Mais bon, je pourrais continuer à énumérer les qualités pendant plusieurs paragraphes, mais je préfère vous laissez découvrir le film vous-mêmes, mais il me faut mentionner qu’il y a aussi quelques défauts à ce film comme des personnages qui disparaissent ou qui sont peu utiles ou le final qui force un peu trop la note en voulant établir les propos du prochain opus. Le précédent fait aussi la même chose, mais de façon beaucoup plus subtile.

Mais peu importe ces défauts, Dawn of the Planet of the Apes est un excellent divertissement, le meilleur de l’été à ce jour. Et si vous n’êtes pas d’accord, blâmez Koba, après-tout c’est (en partie) de sa faute que la quasi-totalité de la totalité de la population entre les deux opus…


Directeur : Matt Reeves

Scénariste : Mark Bomback, Rick Jaffa, Amanda Silver

Acteur : Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, Keri Russell, Toby Kebbell, Kodi Smit-McPhee

Dawn of the Planet of the Apes (2014)
4.5

Résumé

Pour l’instant, Dawn of the Planet of the Apes est le plus grand chef d’oeuvre de l’été. Donc, inutile de dire qu’il est à consommer sans modérations…

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire