Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Divergent (2014)

Résumé : Dans un Chicago futuriste, le peuple est divisé selon ses aptitudes en différentes catégories. Au lieu de cette ville, une jeune femme (Shailene Woodley, The Descendants), ne faisant partie à aucun groupe, devra trouver une façon de survivre dans ce monde hostile…

Critique : 

Hollywood, en-dehors des suites et remakes, vit en général par vagues. Westerns, post-apocalyptiques (Surtout après Mad Max), found-footages, super-héros, etc. Actuellement,  la nouvelle tendance forte est l’adaptation de roman de science-fiction pour adolescentes. Divergent fait partie de cette vague amorcée il y a quelques années par Twilight. Heureusement pour nous, Divergent n’est pas de la même trempe que Twilight.

On pourrait dire qu’il offre, en termes de contenus, une qualité supérieure. Ce n’est pas le film parfait, ni même le meilleur dans le genre, mais il offre de bons moments. Dans les rôles titres, Woodley et James (Underworld : Awakening) sont parfaits dans leurs rôles et ont une belle chimie à l’écran, malgré qu’il y a un petit quelque chose qui me fait hésiter sur la crédibilité de l’actrice en tant que Tris Prior. Sinon, le reste du casting se débrouillent bien, mis à part Kate Winslet, qui n’est pas géniale dans son rôle…

Aussi, il faut dire qu’il y a certains éléments dans le scénario qui sont plutôt étranges. L’exemple le plus visible réside dans le fait que l’un des personnages principaux porte un tatouage expliquant sa différence face aux autres, sa divergence. Si l’idée pourrait sembler bonne, elle ne l’est pas dans la réalité puis qu’il est énorme. Il est si gros, qu’il peut dépasser de ses vêtements. Cette idée de génie équivaut à celle d’un juif qui aurait marqué «Je suis Juif.» sur son corps durant la Deuxième Guerre Mondiale. Cela aurait probablement apporté la mort, ou au moins, d’horribles souffrances, à son porteur.

Aussi, une des grandes qualités du long-métrage, c’est qu’il se permet de prendre son temps. Trop de films tentent de boucler leur histoire en 90 minutes. Divergent a une durée dépassant les deux heures, et pour moi, c’est une bonne nouvelle. Par-contre, le spectateur subit l’entrainement du personnage de Woodley, ce qui vient gâcher le tout.

Niveau réalisation, Neil Burger (Limitless) est un bon choix. Il a une caméra nerveuse, sans pour autant sombrer dans l’extrême. De plus, le musicien qu’il a choisi pour faire la bande sonore, Junkie XL, un disciple de Hans Zimmer, a fait un excellent travail pour ce long-métrage. Néanmoins, malgré un budget qui a littéralement doublé lors de la pré-production, ils n’ont pu camoufler certains éléments générés par ordinateur, ce qu’a piqué les yeux par-moments…

Pour conclure, je dirais que dans le rayon des romans pour adolescents, Divergent se situe en dessous d’Hunger Games, malgré qu’on ne peut pas vraiment comparer les deux oeuvres, ce qui fait que je lui donne…

3.5/5


Directeur : Neil Burger

Scénariste : Evan Daugherty, Vanessa Taylor

Acteur : Shailene Woodley, Theo James, Ashley Judd, Jai Courtney, Ray Stevenson, Zoë Kravitz, Miles Teller, Tony Goldwyn, Maggie Q, Kate Winslet, Mekhi Phifer

Divergent (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.7
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :