Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Doctor Who – Saison 1 (2005)

Résumé : Les nouvelles aventures dans le temps et l’espace de l’aventurier extraterrestre connu sous le nom de Docteur et de leurs compagnons de la planète Terre.

Critique : 

Nous revenons en arrière avec la première saison de Doctor Who. À l’époque, c’était une proposition assez audacieuse que de relancer la populaire série britannique après des années d’absence. Est-ce que le public aurait envie de suivre les aventures de ce héros mythique ? Aujourd’hui nous connaissons la réponse à cette question. La marque Doctor Who est plus forte que jamais. Mais avec un regard neuf, cette première saison ne s’avère pas si intéressante que cela.

Rose Tyler mène une vie ennuyeuse avec sa mère Jackie et son copain Mickey. Lorsque les mannequins de son magasin commencent à prendre vie et qu’un inconnu nommé le Docteur lui sauve la vie, l’existence de Rose change à jamais. Les deux êtres partent alors dans des aventures à travers le temps et l’espace. Néanmoins, des erreurs du passé du Docteur vont rapidement les rattraper et menacer toute l’humanité.

Cette saison de Doctor Who est assez frustrante. Il y a les graines d’un bon programme télévisuel, avec du spectaculaire, de l’action, de l’humour… Mais deux problèmes surgissent à l’horizon. Ceux-ci sont essentiellement causés par la mauvaise écriture de ces premiers épisodes. Nous sommes après tout devant une émission où un simple baiser peut sauver la vie d’un être cher.

Avec Doctor Who, nous devons voyager vers les mystères de l’univers. Faute de moyens ou d’ambition, cette saison a beaucoup de difficultés à réussir cette simple prémisse. Sur treize épisodes, six sont partiellement centrés sur l’entourage de Rose. Sur treize épisodes, sept se déroulent à Londres, ou dans les environs de cette métropole. Sur treize épisodes, la majorité d’entre eux tournent autour d’humains qui souffrent d’incompétence ou d’innocence. Sur treize épisodes, trois tournent autour d’extraterrestres qui ont des gaz.

Cela est déchirant, car sur le plan visuel, on peut sentir l’ambition de la série. Par contre, les histoires que nous propose Doctor Who sont tout ce qu’il y a de plus commun. D’autres séries ont connu le même problème à leur démarrage, mais les personnages ont assez de bonnes qualités pour nous garder investis. La première moitié de la saison est incapable d’avoir cette simple qualité. Le Docteur est un fou qui passe son temps à sourire bêtement et Rose est la blonde de service. Et la série nous demande d’être émotionnellement attachés à des personnages qui ne se connaissent que de puis quelques jours. Cet attachement est incapable de fonctionner au départ puisque Doctor Who nous répète que les deux êtres ont vécu des aventures surprenantes alors qu’ils sont sur le point de mourir face à des extraterrestres ayant des gaz.

Au fil des épisodes, Christopher Eccleston (Thor: The Dark World) et Billie Piper (Penny Dreadful) gagnent en aisance et parvient à adoucir les traits de leurs personnages. Noel Clarke (Mute) et Camille Coduri (A Prayer for the Dying) sont atroces dans des rôles parfois inutiles. Cette saison met beaucoup trop d’efforts à faire du copain de Rose et de sa mère des piliers de cette saison durant des moments cruciaux. Parfois, on a presque le goût de vomir… L’atout de John Barrowman (Arrow) pour les derniers épisodes aide beaucoup la dynamique entre les deux interprètes. Barrowman est superbe dans ce rôle et le simple fait que le Docteur et Rose aient une autre personne avec qui interagir élève grandement Doctor Who. C’est d’ailleurs durant l’introduction du Captain Jack que cette saison de Doctor Who connait son moment de gloire.

The Empty Child et The Doctor Dances est un duo d’épisodes qui fonctionne parfaitement comme une oeuvre horrifique. Un enfant étrange sème terreur sur Londres au cours de la Seconde Guerre mondiale. Londres se fait attaquer par les nazis. Et ce bon vieux Jack regarde le tout avec détachement. Cela laisse, au départ, le Docteur qui enquête sur cette créature tuant tout sur son passage. Les maquillages sont doublement exemplaires dans une aventure terrifiante. C’est à partir ce de moment que cette saison de Doctor Who mérite pleinement votre attention; avec ce qui est un film d’horreur inattendu et émouvant.

La relance de Doctor Who a connu quelques pépins. Les premiers épisodes sont parfois franchement mauvais et il n’y a pas suffisamment de points positifs pour sauver cette saison du désastre. Heureusement, une seconde partie de haute voltige vient presque sauver la mise…


Créée par : Sydney Newman

Duffusée sur  : BBC

Avec : Christopher Eccleston, Billie Piper, John Barrowan, Noel Clarke, Camile Coduri

Doctor Who – Saison 1 (2005)
2.2

Résumé

Doctor Who connaît avec un départ peu impressionnant, mais rempli de promesses…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :