Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Dragonheart 3 : The Sorcerer's Curse (2015)

Résumé : Lorsqu’un aspirant chevalier nommé Gareth (Julian Morris, Cry Wolf) part à la recherche d’une comète qui, selon les rumeurs, pourrait contenir de l’or,  il est choqué de trouver à la place un dragon nommé Drago (Ben Kingsley). Après que Drago sauve la vie de Gareth, les deux êtres se lient d’amitié et doivent travailler ensemble pour défaire un sorcier maléfique et mettre fin à son règne de terreur.

Critique : 

La franchise Dragonheart a toujours eu une place spéciale dans mon cœur. Le premier volet de cette trilogie est un classique de mon enfance, qui m’a fait verser plusieurs larmes et est un incontournable à chaque fois que ce long-métrage fut diffusé à la télévision. Dragonheart a connu un deuxième volet qui a littéralement passé hors de mon radar à l’époque de sa sortie et, à ce jour, mes griffes de cinéphiles n’ont pu mettre la main sur une copie de ce film. Mais, l’année 2015 a vu naître un nouvel opus, un prequel/antépisode, de la saga, Dragonheart 3 : The Sorcerer’s Curse, un opus dont voici la critique…

Dragonheart 3 est un film pensé et conçu pour être un divertissement sortant directement en DVD/Blu-ray/VOD. Ce genre de long-métrage est souvent maladroit et mauvais et il nous faut admettre que dès les premières minutes du film, nous pouvons ressentir ce malaise et cette«incompétence» digne du plus traditionnel des «direct-to-Video» (DTV). Le scénario en lui même parvient à transporter ce boulet pendant une grande partie du long-métrage. Les personnages sont des stéréotypes caricaturés et sont si prévisible que le cinéphile aguerri que je suis, a été capable de deviner tout le développement de l’intrigue en quelques secondes. Les gentils sont gentils, les méchants sont méchants et ceux qui vont tenter de trahir les gentils, vont tenter de trahir les gentils, etc. Les personnages atteignent même un niveau de stupidité qu’il est rarement possible de voir dans un long-métrage.

Par-exemple, un des personnages a pour but de défaire un nœud et il n’est pas capable de défaire son nœud. Le corde reste nouée. Et puisque c’est une sous-intrigue, nous sommes appelés à penser que ce personnage pourrait avoir abusé de champignons magiques, tant que le scénario tente à nous montrer l’importance de ce nœud. Le pire dans ce moment «nanar» : C’est qu’il finit par dénouer sa corde et que c’était un élément «important» de l’intrigue… Des moments étranges de ce genre, Dragonheart 3 les collectionne, apportant ainsi un des «grands moments» de divertissement de ce long-métrage, enfin si vous êtes fans de mauvais films…

Ensuite, il y a la réalisation de Colin Teague, un réalisateur qui a un sérieux problème de gestion du Soleil. Sans faire de blagues, durant un bon tiers de Dragonheart 3, nous avons des faux-raccords horribles. Sur un plan de caméra, la température est ensoleillée, sur l’autre plan de caméra, la température est nuageuse. Et lorsque le monteur ne parvient pas à cacher cet aspect, cela nous donne un beau bordel météorologique. Et il y a aussi la séquence où le réalisateur tente, en vain, de cacher une machine servant à produire de la fumée sous un acteur… De plus il y a la trame musicale de Mark McKenzie (Spider-Man) qui, malgré des airs servant le propos du film, est assez atroce et oubliable.

Également, il y a le casting qui dans son ensemble est relativement mauvais. Les acteurs sont talentueux et parviennent à avoir quelques bons moments, mais il y a tant de petits instants qui sonnent faux, qu’il est impossible de ne pas le remarquer. Après-tout, ce phénomène risque d’arriver lorsque l’on lance dans la mêlée un groupe d’acteurs relativement jeunes (Merci Twilight) et inexpérimentés. Le casting principal de Dragonheart 3 : The Sorcerer’s Curse est composé de Julian Morris, de Tamzin Merchant (Salem), de Jassa Ahluwalia (Qui est un sosie de Dane DeHaan (Chronicle)) et de Jake Curran (Stardust). Les antagonistes du long-métrage dont joués par un Jonjo O’Neill (Defiance), qui interprète un vilain assez caricatural, et Dominic Mafham, qui a un antagoniste qui ne sert qu’à meubler le début et la fin du long-métrage.

Après avoir lu ces quelques centaines de mots, vous pourriez croire que j’ai détesté Dragonheart 3. En vérité, mon sentiment est grandement mitigé, puisqu’il reste un énorme aspect du long-métrage, un aspect que cette critique n’a point traité : le dragon!!

Et il me faut avouer que pour un long-métrage conçu, et distribué, pour un marché de location et de ventes du détail en DVD/Blu-ray,  Dragonheart 3 : The Sorcerer’s Curse est épique. Les effets spéciaux sont grandioses et parviennent même à égaler, par certains moments, les effets par-ordinateur que les grosses productions hollywoodiennes nous crachent à la figure. De plus, le réalisateur et le scénariste ont eu l’intelligence de limiter les présences du dragon à un minimum de scènes, afin de ne pas diluer les fonds alloués aux effets spéciaux pour meubler plusieurs scènes inutilement, même si pour y arriver, on doit transformer le dragon en «fantôme».

Les scènes d’action avec ce dit dragon sont majestueuses, injectant du divertissement dans un aspect du long-métrage assez fade. Les artisans de ce film ont travaillé pour bien intégrer le dragon dans l’environnement du film, et cela a paru dans chaque plan du long-métrage. Dans le rôle de la créature ailée, nous avons Ben Kingsley (Schindler’s List) qui offre une performance écrasant l’entièreté du casting, par sa grandeur et sa profondeur. Cependant, Sean Connery (La voix de Drago dans Dragonheart.) sera toujours mon interprète dragonnier préféré… Toutes ces raisons font que ce dragon est la seule divertissant de ce long-métrage, élevant le reste de la production à un autre niveau de qualité.

Dragonheart 3 : The Sorcerer’s Curse est un long-métrage assez surprenant et décevant. Si vous cherchez un grand film d’action, vous serez déçus. Si vous cherchez un bon divertissement, vous risquez d’être également déçus. Dragonheart 3 est un long-métrage à recommander aux amateurs de dragons et de Dragonheart. L’idéal pour visionner ce film et pour en sortir satisfait, ce serait de sauter toutes les scènes n’incluant pas Ben Kingsley et de ne regarder que ces dernières. Là vous serez capable de visionner quelque chose de formidable…

3/5


Réalisation : Colin Teague

Scénario : Matthew Feitshans

Avec : Julian Morris, Ben Kingsley, Jassa Ahluwalia, Jonjo O’Neill, Jake Curran, Tamzin Merchant, Dominic Mafham, Christopher Fairbank, Ozama Oancea

Dragonheart 3 : The Sorcerer's Curse (2015)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.3

En conclusion

Recommander Dragonheart 3 serait un cadeau que ce long-métrage ne mérite que partiellement. Seulement à conseiller pour Ben Kingsley et son dragon…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :