Escape Plan 2: Hades (2018)

Résumé : Des années après sa sortie d’une prison incontournable, Ray Breslin a organisé une nouvelle force de sécurité de premier ordre. Mais quand l’un des membres de son équipe disparaît, Breslin doit retourner à l’enfer dont il s’est échappé.

Critique : 

Bien que le premier Escape Plan fut un échec relatif au box-office, le long-métrage a acquis, lors de sa sortie, une popularité énorme en Chine. Si bien que des années plus tard, ce bon vieux Sylvester Stallone (Rocky) est obligé de reprendre du service en devenant un passager de sa propre franchise. Pour l’occasion, il laisse la place à une vedette montante du cinéma chinois pour tenter de nous éblouir en vain…

Quelque temps après les événements du premier Escape Plan, Ray Breslin continue à développer son entreprise spécialisée en sécurité. Lorsque Shu Ren, un de ses nouveaux collaborateurs, se fait kidnapper durant une mission en Thaïlande, Breslin sera forcé de faire appel à une vieille connaissance pour tenter de retrouver son protégé. Pendant ce temps, Shu Ren se réveille dans une prison hautement technologique surnommée le Zoo; une prison où règne la violence et le chaos…

Au début des années 2000, Chuck Norris (Delta Force) fut la vedette de deux téléfilms de la franchise morte et enterrée The President’s Man. Dans ces deux films, Norris faisait équipe avec un jeune loup pour combattre une menace terroriste quelconque. Deux œuvres avec un budget serré, un Norris dans un rôle de soutien et un jeune acteur à chaque fois pour combler l’écran avec un personnage principal facilement remplaçable. C’est un peu le chemin que la franchise Escape Plan a décidé d’emprunter avec ses deux derniers chapitres, dont Escape Plan 2: Hades qui a récemment débarqué au Canada.

Le scénario du divertissement reprend essentiellement les idées de base du premier volet de cette franchise et tente d’y instaurer un univers, à la John Wick, avec une organisation globale gérant les établissements pénitenciers. Mais quelque part en chemin, Escape Plan 2: Hades ne parvient pas à recréer le peu de magie de ce concept. Comme si ne n’était pas assez évidant, nous assistons à un simple téléfilm où le personnage le plus intéressant n’est présent que lorsque cela c’est nécessaire. Un téléfilm où le personnage principal est malheureusement assez fade et ennuyeux.

Le concept de la prison amène définitivement la franchise vers d’autres sommets. Le long-métrage gagne des airs de Fortress avec sa prémisse de science-fiction, avec un établissement pénitencier qui devient un véritable casse-tête à résoudre. C’est une excellente idée sur le papier. Miles Chapman (Escape Plan) ne fait que malheureusement pimenter son scénario avec de la science-fiction; plutôt que de créer une histoire intéressante. Escape Plan 2: Hades se résume à un enchaînement de combats et n’a rien d’un long-métrage sur l’évasion d’une prison futuriste comme Chapman semblait annoncer avec sa prémisse de base.

Derrière la caméra, Steven C. Miller (Extraction) continue à être un cinéaste solide pour EFO Films. Miller est un réalisateur de choix pour le studio et leur partenariat continue ici. Miller y trouve définitivement le plus gros film de sa carrière. Il continue à livrer son style alliant un certain flair et une mise en scène solide avec un montage un peu trop excessif. Cette tactique n’est pas réellement appropriée pour un film comme Escape Plan 2, mais Miller est suffisamment solide pour que produit final ne soit pas si médiocre. Le budget du film est un facteur corrosif, alors que tout l’argent du film est dépensé chez ses deux vedettes secondaires, et non sur les effets spéciaux ou sur une prison qui n’ait pas l’air d’un entrepôt.

Dans le rôle principal, Xiaoming Huang (Ip Man 2) livre une interprétation honnête, malgré ses faiblesses évidentes à communiquer en anglais. Comme mentionné plus haut, Sylvester Stallone est de retour comme un personnage secondaire, avec un rôle en arrière-plan glorifié par une poignée de scènes d’action. Ce fut très certainement un choix de carrière uniquement motivé par l’argent pour l’acteur sélectionné aux Oscars. Même chose pour Dave Bautista (Guardians of the Galaxy) qui n’a qu’un caméo glorifié de quelques minutes. Jesse Metcalfe (Dallas), 50 Cent (Set Up), Wes Chatham (The Expanse) et Titus Welliver (Lost) font également partie de la distribution d’Escape Plan 2: Hades, dans des rôles secondaires.

Escape Plan 2: Hades est un produit inférieur et décevant. Le long-métrage n’est jamais particulièrement réussi, mais il n’est jamais mauvais non plus. Il se situe dans une zone grise où nous voyons un Sylvester Stallone pataugeant dans des eaux autrefois réservées à Bruce Willis et à Steven Seagal, avec un rôle secondaire dans un DTV assez oubliable…


Réalisation : Steven C. Miller

Scénario : Miles Chapman

Avec : Xiaoming Huang, Sylvester Stallone, Dave Bautista, Jesse Metcalfe, 50 Cent, Wes Chatham, Titus Welliver, Jaime King

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.