Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Extraction (2013)

Résumé : Une équipe de la CIA est chargée d’évader un prisonnier d’une prison ultra-secrète. Lorsque l’opération tourne mal, le dernier survivant (Jon Foo, Tekken) se voit forcer de procéder à l’extraction du prisonnier s’il veut sortir en vie de cet endroit…

Critique : 

Réalisé avec un faible budget (un peu plus d’un million), Extraction est ce que l’on peut appeler, la réplique américaine au film The Raid. (Puisque Dreed a été conçu avant The Raid, malgré leur date de sortie respective.) Sans toutefois être une copie, Extraction mise sur un développement des personnages plus approfondis, même si tout a déjà été vu et revu des dizaines de fois, tout comme il mise sous une sous-intrigue avec les personnages qui restent à la base militaire (Danny Glover, Sean Astin et Joanne Kelly). Cette histoire de taupe diversifie l’intrigue, mais au prix de ralentir. Peut-être que c’était une façon de camoufler le manque de budget en étirant la sauce, qui sait…

Pour ce qui est des scènes d’action, il faut (presque) louanger la volonté du réalisateur qui parvient à filmer des scènes d’une façon légèrement vintage, sans caméra branlante ou avec des plans larges comme une scène de bagarre se déroulant sur deux paliers d’un escalier sans marches, comme pour un fauteuil roulant. Bien qu’il est peu concevable que Tony Giglio (Scénariste et assistant-réalisateur pour quelques long-métrages de Paul W.S. Anderson) devienne un être respectable dans le cinéma d’action, mais il a une certaine maîtrise dans le domaine du ralenti. Ceux-ci, au nombre de trois ou quatre, sont un pur délice. 

Imaginez la scène suivante : Mercy Callo (Jon Foo) lance une grenade contre des gardes de la prison. La caméra, fixée à la grenade, suit l’objet, en alternant des plans des gardes, qui sont visiblement surpris de recevoir une garde à la figure, et des plans de Foo bondissant sur ses opposants armé d’un simple couteau, le tout sur Ode to Joy de Beethoven. Voilà un de ces ralentis.

Dans le personnage principal, Foo est plutôt bien. Un acteur honnête qui se révèle être un excellent combattant/cascadeur. Le prisonnier sous les traits de Falk Hentschel (Knight and Day) est un personnage très intéressant et interprété de façon délicieuse par l’acteur. Les acteurs restants sont plutôt sympathiques dans leur rôle. Par-contre, n’espérez pas beaucoup de Vinnie Jones, la présence de l’acteur se limite à son bureau de gardien où il se drogue et à un combat final réglé en deux coups de poing. Néanmoins, la fin laisse présager une possible suite, qui j’espère sera aussi mémorable que ce long-métrage qui est l’un des meilleurs films d’un million de dollars qu’Hollywood a produit durant ce millénaire…

3.75/5


Direction : Tony Giglio

Scénario : Tony Giglio

Acteur : Jon Foo, Falk Hentschel, Vinnie Jones, Joanne Kelly, Sean Astin, Danny Glover

Extraction (2013)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.4

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :