Fury (2014)

Résumé : Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les membres d’équipage d’un tank sont forcés d’accueillir un nouveau soldat, alors qu’ils doivent s’enfoncer dans l’Allemagne Nazie.

Critique : 

Puant le réalisme à plein nez, Fury est le nouveau long-métrage de David Ayer (Sabotage). L’histoire, un véritable huis clos dans un tank, se déroule dans un laps de temps relativement court, moins de deux jours. D’entrée de jeu, il me faut admettre que ce choix scénaristique cause les principaux défauts de ce long-métrage. Puisque c’est une sorte de temps réel, au sens figuré bien sûr, nous avons le droit à toutes les scènes peu utiles du quotidien du soldat américain (comme uriner). Ces dernières sont rares, mais elles viennent gruger quelques secondes ici et là.

Également, puisque nous avons tous les moments vécus par l’équipage, nous devons suivre les cinq hommes faisant une halte après une bataille. ils prennent un repos, en mangeant chez deux Allemandes, et tout comme ses personnages, Fury prend une pause, littéralement. En toute sincérité, pendant quelques minutes, j’aurais pu faire une sieste. Si vous visionnez ce film, vous comprendrez lorsque cette scène va se dévoiler devant vos yeux, et ce pendant une éternité. Et honnêtement, ce film a un sérieux problème de rythme. Fury alterne des scènes méga-intenses et des scènes très relaxantes, même si c’est l’horreur de la guerre qui est transposé à l’écran. Le long-métrage joue au yo-yo avec nous, ce qui est normal puisqu’en tant que spectateur, on ne veut pas une overdose de scènes intenses ou de scènes relaxantes. Néanmoins, s’il avait évité des écarts aussi grands de cadence, le tout aurait gagné en cohésion.

En excluant le problème de rythme, Ayer fait un excellent travail à la réalisation. Il nous offre un véritable souci du détail qui transperce l’écran, en faisant de Fury, un des films les plus réalistes sur la Deuxième Guerre mondiale, ou sur la guerre tout court. Le tout est bien filmé, avec une crasse et magnifique en même temps, et certaines scènes d’action sont tout simplement sublimes, même si la bataille finale qui illisible par-moments. Aussi, l’utilisation de «munitions laser» (Des cartouches/obus qui lançaient une lumière verte ou rouge.) donnait presque un aspect «Star Wars» aux scènes de combat, ce qui est relativement troublant, considérant l’époque où se déroule l’intrigue.

Pour sa part, le casting du film est plutôt bien. Brad Pitt (Fight Club) est intense dans le rôle titre, même s’il n’est pas le personnage principal. Ce rôle est rempli par le soldat Ellison, joué par Logan Lerman (3:10 for Yuma), qui, pour notre grand plaisir, transporte Fury sur ses épaules, ce qui est normal puisque le scénario est conçu pour nous faire aimer que ce type. Dans les autres acteurs, Shia Labeouf (Transformers) nous offre la meilleure performance de sa carrière et Michael Pena (End of the Watch) est fort sympathique en tant que conducteur du tank. Le gros problème du casting, c’est Jon Bernthal, qui semble ressortir son personnage de Shane de The Walking Dead dans certaines scènes. Certes, son rôle dans Fury peut ressembler à celui qu’il avait dans la série culte, mais ce n’est pas une raison pour «se remettre» à tuer des zombies. Aussi, il faut noter que Jason Isaacs (The Patriot) vient faire un léger coucou, le temps de trois scènes.

Sans être le film de l’année, Fury reste un incontournable de l’automne 2014, pour notre plus grand plaisir…

4/5


Réalisateur : David Ayer

Scénario : David Ayer

Avec : Brad Pitt, Logan Lerman, Shia LaBeouf, Michael Peña, Jon Bernthal, Jason Isaacs, Scott Eastwood

Fury (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
4.1

En conclusion

Vous cherchez un bon film de guerre où des tanks roulent sur des corps et où des têtes explosent?? Si oui, précipitez-vous vers Fury…

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire