Glass (2019)

Résumé : L’agent de sécurité David Dunn utilise ses capacités surnaturelles pour suivre Kevin Wendell Crumb, un homme perturbé qui a vingt-quatre personnalités.

Critique : 

M. Night Shyamalan est un cinéaste que je respecte à défaut d’aimer. L’homme a du talent, chose qu’il prouve constamment, malgré la qualité parfois discutable. En 2019, après deux décennies à la concevoir, M. Night Shyamalan a l’opportunité de conclure une épopée mettant initialement en vedette Bruce Willis (Die Hard) et Samuel L. Jackson (Pulp Fiction). Et il le fait avec Glass, un long-métrage qui ne fera pas unanimité…

Peu de temps après l’éclosion de la bête, David Dunn continue de travailler dans le domaine de la sécurité et profite de ses temps libres pour traquer ce mythe. Continuant de terroriser des jeunes femmes, Kevin Crumb se cache dans les allées sombres de Philadelphie, permettant à l’une de ses personnalités, la bête, de kidnapper quelques écolières. Tôt ou tard le destin des deux hommes se croisera lorsqu’une psychologue tente d’étudier leurs pouvoirs, en compagne d’un homme de verre, dans un hôpital psychologique.

Aucune surprise en vue dans cette critique de Glass qui tente d’approfondir avec un nouvel angle le monde des superhéros. Un monde qui est en explosion à Hollywood. Sous cet angle, Glass parvient à se démarquer de la masse. Le divertissement touche à des thèmes inédits et va dans des directions inattendues. L’œuvre se positionne d’ailleurs avec ses thèmes comme une suite parfaite à Unbreakable et à Split, pour conclure sa trilogie.

Glass est définitivement un film plus cérébral et plus adulte, à l’image des autres films. Cela veut également dire que nous ne sommes pas devant un film d’action. Le long-métrage nous permet d’explorer le trio de personnages principaux et décide de baser son intrigue sur ceux-ci; plutôt que sur leurs capacités. C’est peut-être causé par un manque de moyens financiers. Une idée qui germe depuis le visionnement de Glass. Le film n’a pas réellement de moments spectaculaires et le grand affrontement final manque de panache. Le tout nous est montré de façon si intime qu’il est parfois difficile les personnages dans la plus grosse scène de l’oeuvre.

Un fait que M. Night Shyamalan camoufle tant bien que mal avec les nombreux rebondissements finaux. Encore là, restons vagues mais la conclusion de Glass risque de décevoir plusieurs spectateurs. Surtout que les derniers instants vont tellement dans un champ gauche, que l’on a l’impression de suivre la fin d’un tout autre film. Sinon, le cinéaste propose une bonne réalisation. Malgré quelques moments chaotiques, M. Night Shyamalan continue dans sa lancée et propose un aspect technique assez joli, avec plusieurs styles et plusieurs genres qui se mélangent parfaitement. À l’exception quelques de moments nauséeux, filmés avec ce qui semble être une GoPro.

Pour une seconde fois, James McAvoy (X-Men: Apocalypse) domine avec ses personnalités multiples qui jaillissent de l’écran. Qui sait, un jour l’acteur aura peut-être un Oscar; surtout qu’il réussit à exhiber une bonne vingtaine des personnalités de Kevin Dunn en moins de deux heures. Pour sa part Samuel L. Jackson est toujours aussi divertissant bien qu’il passe la moitié du temps dans un état végétatif. Sinon, Bruce Willis retrouve la forme pendant quelques scènes, mais Glass le relègue plus souvent qu’autrement au second plan. Le film ne permet pas à l’acteur, qui reste souvent en retrait, de se démarquer avec ne serait-ce qu’une seule scène magistrale.

Glass est un film intéressant; il est clairement le meilleur volet de la trilogie. Bien qu’il ne conclut pas nécessairement de la bonne façon son histoire, il permet néanmoins à James McAvoy de voler à nouveau la vedette, en utilisant à bon escient les multiples personnalités de son personnage.


Réalisation : M. Night Shyamalan

Scénario : M. Night Shyamalan

Avec : James McAvoy, Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Anya Taylor-Joy, Sarah Paulson, Spencer Treat Clark, Charlayne Woodard

Glass (2019)
3.8

Résumé

L’histoire d’Unbreakable se conclut avec un ultime volet peu de surprises et de déceptions.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Michaël Michaud

Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.