Actionerd

Paradis du cinéma d'action

A Good Man (2014)

Résumé : Un homme (Victor Webster, Continuum) travaille pour un gangster afin de rembourser une dette familiale et pour protéger des proches. Mais son univers chamboule lorsqu’un homme (Steven Seagal, Above the Law) déménage près de sa demi-sœur (Iulia Verdes, Zero Theorem).

Critique :

Et oui, A Good Man n’est pas un film qui met en vedette Steven Seagal, mais un film comprenant Steven Seagal. Je dois vous annoncer ce fait dès le départ, puisque c’est une motion importante. Malgré quelques artifices, l’intrigue du film suit Webster. Même si je n’ai aucun problème avec cet aspect, on doit constater que les scènes avec Webster sont bien plus intéressantes que celle avec Seagal.

Pourtant, nous avons Keoni Waxman (A Dangerous Man) à la réalisation, un réalisateur d’expérience, se «spécialisant» dans les films sortant en vidéo et incluant plusieurs films avec Steven Seagal (Parmi les meilleurs de sa carrière en DVD) et épisodes de la série True Justice (Série ayant aussi Seagal au casting). Il est habitué à travailler avec l’acteur et il parvient dans A Good Man à extirper le meilleur de l’acteur, même si cela implique à utiliser un montage étrange, des prises de caméra à ras le sol et des scènes pourrait générer des malaises dans votre foyer. (Un personnage principal se fout à poil et se frotte sur Seagal qui est assis, vêtu de son manteau de cuir, en ayant l’air d’être constipé, comme si ce dernier était en pleine défécation (En train de faire caca pour ceux qui n’avaient pas compris.). Et lorsque nous tombons sur les scènes avec Webster, la réalisation de Waxman devient fluide, un peu plus énergique, ce qui rend les combats bien plus intéressants.

La transition entre les deux styles de réalisation nous donne l’impression de manger des légumes, puis du gâteau, puis des légumes, puis du gâteau, puis du gâteau aux légumes, puis des légumes, puis du gâteau, etc. Après quelques scènes, le tout est à la limite de l’indigestion. Déjà que l’histoire du film n’est pas très palpitante. A Good Man prend 50 minutes (Incluant 20 longues minutes de flashbacks) à décoller et à prendre son rythme de croisière.

Lorsque nous sommes rendus dans la seconde moitié, ‘histoire devient assez intéressante, avec quelques twists qui sont peu visibles. Par-contre, A Good Man manque cruellement de moyens. Des fois, nous avons l’impression que le réalisateur voulait faire quelque chose avec certaines scènes, mais, puisqu’il n’avait pas assez d’argent, ils font autre chose, même si cela n’est pas toujours joli.

Parlant de manque de moyens, il faut admettre que certains décors ont à chier, littéralement, que le premier plan de A Good Man tente de nous convaincre qu’une photo d’hélicoptère est un vrai hélicoptère en chair et en acier, que certains acteurs sont mauvais/amateurs et que le chien semblait plus intéressé à regarder son maître qu’à jouer son rôle d’acteur canin. Pour les acteurs «expérimentés», Seagal est sympathique malgré son charme de loutre, Webster est très convainquant et Tzi Ma (Rush Hour) semble être peu intéressé à être dans le film.

1.5/5


Réalisation : Keoni Waxman

Scénario : Keoni Waxman

Acteur : Victor Webster, Steven Seagal, Iulia Verdes, Ron Balicki, Tzi Ma, Massimo Dobrovic

  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.7

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :