Actionerd

Paradis du cinéma d'action

I Am Vengeance (2018)

Résumé : Lorsque John Gold, ancien soldat devenu mercenaire, apprend le meurtre de son meilleur ami, il part en mission pour découvrir ce qui s’est passé. Ce qu’il découvre, c’est une conspiration sinistre et il s’attaque au cas par cas des responsables.
Critique : 
Cela fait des lustres que Gary Daniels (Fist of the North Star) n’a pas été l’objet d’une soirée de divertissement. Plus tôt cette année, l’acteur a été la seconde tête d’affiche d’I Am Vengeance, un film d’action britannique qui a connu un certain succès dans le monde du VOD, à un point tel qu’une suite est déjà en chantier. Néanmoins, I Am Vengeance est surtout l’occasion pour Stu Bennett, un ancien lutteur de la WWE, de prouver son statut de vedette du cinéma d’action en affrontant le légendaire Gary Daniels
Le divertissement débute alors que John Gold parvient à libérer une jeune femme des mains de ses ravisseurs. De retour chez lui, un message sur sa boite vocale lui annonce la mort de l’un de ses amis et de sa famille. Gold voyage alors à Devotion; une ville perdue dans le fond de l’île britannique où un commando d’anciens soldats d’élite fait la pluie et le beau temps. Au fur et à mesure que Gold poursuit son enquête, une confrontation face à Hatcher et ses hommes devient inévitable…
I Am Vengeance a, plus l’instant, une note assez faible sur les différentes plateformes en ligne. En visionnant l’œuvre écrite et réalisée par Ross Boyask (Warriorness) se vit comme un hommage hybride entre le cinéma d’action américain et la belle heure des westerns. Le mélange n’est pas sans défauts, alors que l’appréciation d’I Am Vengeance devient presque un droit réservé aux plus raffinés. Alors que le scénario semble valser entre Commando et un classique de John Wayne. C’est un brin dommage puisque si vous n’appréciez pas l’offre que vous propose Boyask, le visionnement de son film ne se justifie que par le duel entre Bennett et Daniels, qui ne survient que dans les derniers instants d’I Am Vengeance.
Heureusement, d’un point de vue personnel, le film parvient à être un excellent divertissement. I Am Vengeance n’est pas le film de l’année, mais son approche britannique du cinéma américain rend le film unique, bien qu’en théorie nous pouvons le comparer aux Taken de ce monde. Nous avons ici de vengeance standard qui, grâce à ses quelques rebondissements et à la spécificité de son univers, offre quatre-vingt-dix minutes jouissives.
Cependant, les deux piliers du succès d’I Am Vengeance sont, sans le moindre doute, Stu Bennett et Gary Daniels. Le premier obtient en quelque sorte sa première chance véritable de prouver qu’il est capable de tenir un premier rôle avec succès. Bien qu’il n’a pas le charme de Dwayne Johnson ou la carrure de John Cena, Bennett aura, sans l’ombre d’un doute, plusieurs excellents films d’action d’ici plusieurs décennies. L’acteur n’offre pas son meilleur, mais il démontre qu’il a les capacités de porter un film sur ses épaules, en plus d’être parfait durant les séquences d’action.
Face à lui, Gary Daniels nous propose une performance dramatique assez impeccable, en plus d’être un méchant plus-que-parfait. Et ce malgré une moustache digne d’un acteur pornographique à la retraite… Daniels a également sa meilleure performance physique depuis des années, alors que le duel entre ce dernier et Bennett est mémorable. Il nous faut remercier Boyask pour ce combat. D’ailleurs le cinéaste nous propose un tout assez efficace. Les autres séquences d’action sont efficaces et bien chorégraphiées, et Boyask a dans l’ensemble une belle caméra. La seule réelle complainte envers Boyask demeure son scénario qui comprend un personnage inutile dont le but principal est de parler dans une oreillette et d’introduire, possiblement, la suite actuellement en tournage.
I Am Vengeance est un film d’action simple, parfait pour les nostalgiques du cinéma des années 80. Même si peu de gens vont tomber en amour avec l’œuvre de Boyask, il reste qu’I Am Vengeance est un incontournable de l’année 2018.


Réalisation : Ross Boyask
Scénario : Ross Boyask
Avec : Stu Bennett, Fleur Keith, Alan Calton, Gary Daniels, Keith Allen, Wayne Gordon, Anna Shaffer

I Am Vengeance (2018)
4

Résumé

I Am Vengeance est une belle surprise qui permet à Gary Daniels d’obtenir une nouvelle chance de briller dans un film d’action.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

0 thoughts on “I Am Vengeance (2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :