Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Iron Man (2008)

Résumé : Tony Stark (Robert Downey Jr., Sherlock Holmes) est un playboy milliardaire et fabriquant d’armes, par le biais de sa compagnie, Stark Industries. Kidnappé en Afghanistan, il se confectionne une armure artisanale afin de pouvoir échapper à ses ravisseurs. Lorsqu’il revient au pays, il décide de pousser son délire encore plus loin…

Critique : 

En 2008, personne ne se doutait que Marvel allait prendre d’assaut le grand écran avec plusieurs longs-métrage chaque année. Même la compagnie ne se doutait pas de l’ampleur que sa «révolution» cinématographique des dernières années. C’est pour démontrer ce fait que Actionerd débute sa rétrospective sur l’Univers Cinématographique Marvel avec la critique d’Iron Man, sorti en 2008!

Iron Man c’est l’histoire de Tony Stark (Robert Downey Jr., Sherlock Holmes), un milliardaire fabriquant des armes, est kidnappé lors d’un voyage de démonstration avec l’armée américaine. Utilisant son ingéniosité, il parvient à créer une armure de combat et il se sert de cette dernière pour s’échapper de ses assaillants. Une fois rentré au pays, Stark perfectionne sa nouvelle technologie sans savoir que plusieurs personnes sont également intéressés par cette technologie…

Contrairement à ce que la vaste majorité de la population cinématographique pense, Iron Man n’est pas un grand film, loin de là. En toute franchise, il me faut admettre que l’engouement généré à l’époque de sa sortie a toujours été un mystère pour moi. D’abord, le scénario des scénaristes de Cowboys & Aliens et de Punisher : War Zone suit le livre de la parfaite adaptation de super-héros à la lettre près, rendant le récit incroyablement prévisible et peu original, malgré l’identité «surprise» du véritable antagoniste de ce récit et malgré les dernières scènes assez surprenantes démontrant un minimum d’audace et excitant les geeks de ce monde.

Mais la plus grande insulte de ce texte, c’est de piger dans plusieurs films cultes (Spider-Man, Robocop 2…) pour tenter de nous divertir. Petit coquin… Cependant, nous pouvons nous «consoler» avec les nombreuses références aux comics Marvel, des références mises là pour exciter encore plus les geeks. SHIELD, Captain America, tous y passent, même ce bon vieux Mandarin, un antagoniste que l’on reverra dans le troisième volet de la saga et qui prouvera l’amateurisme relatif de Marvel Studios. C’est normal, après-tout, Iron Man est son premier long-métrage. La seule chose sauvant ce long-métrage du naufrage, c’est la présence de Tony Stark en lui-même qui est à Marvel, ce qui Bruce Wayne est à DC Comics. Heureusement, c’est Robert Downey Jr. qui s’occupe d’interpréter avec brio ce personnage. Nous pouvons vraiment dire que Downey Jr. a trouvé dans Iron Man le personnage de sa carrière. Terrence Howard (Prisoners) lui donne la réplique avec une certaine crédibilité, même si nous préférons son remplaçant, Don Cheadle (Ocean’s Eleven), dans les films suivants Iron Man). Jeff Bridges est également de la partie, un acteur de haut niveau, qui surprend, lui que l’on ne voyait pas (à l’époque) venir dans le genre héroïque, même avec un kilo de poils attachés à sa figure.

Pour sa part, Gwyneth Paltrow est sublime et offre une bonne performance, comme l’habitude. Le casting secondaire est composé de Shaun Toub (The Last Airbender), qui a une apparition très marquée et très mémorable, de Faran Tahir (Escape Plan), qui craint malheureusement, et de Clark Cregg (Agents de SHIELD), dont les apparitions dans l’univers Marvel sont toujours mémorables.

Malgré le manque d’ingéniosité du scénario et le fait que l’on s’ennuie grandement dans son long-métrage, Jon Favreau (Chef) fait un travail admirable à la réalisation. Favreau a su allier plusieurs éléments comme une trame sonore puissante, bien que peu inspirée, un bon montage, une bonne direction photo, un montage adéquat et d’excellents effets spéciaux, malgré que certains d’entre-eux sont terriblement hideux, pour en faire un tout totalement potable, parvenant même à camoufler les faiblesses du scénario aux yeux des cinéphiles puristes. Favreau y parvient avec ses rares scènes d’action, qui montrent le niveau technique de cet homme.

Bref, Iron Man n’est la claque que tous défendent. Il faut tout de même donner du crédit à ce long-métrage pour avoir engendré les graines de ce qui deviendra la plus grande entreprise (Pas dans le sens commercial / Marvel Studios / Walt Disney…) de l’histoire du cinéma depuis les monstres des studios Universal (Dracula, le loup-garou, etc.), qui ont dominé les salles obscures entre la Première et la Seconde Guerre Mondiale.

Sans être un ratage total, Iron Man est un long-métrage que l’on défend, que l’on aime, que l’on déteste. Ce film est parvenu à faire beaucoup d’argent et avec raison puisqu’Iron Man est le profil type du film d’été, du blockbuster américain. Tout est dans le contenant et rien n’est dans le contenu, ce qui est incroyablement dommage en quelque sorte…

3 / 5


Direction : Jon Favreau

Scénario : Mark Fergus, Hawk Ostby, Art Marcum, Matt Holloway

Avec : Robert Downey Jr., Terrence Howard, Jeff Bridges, Gwyneth Paltrow, Leslie Bibb, Shaun Toub, Faran Tahir, Clark Gregg, Bill Smitrovich, Sayed Badreya, Paul Bettany, Jon Favreau

Iron Man (2008)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.3

En conclusion

À l’image de son personnage principal, Iron Man est excentrique, extravagant, mais peu réfléchi… Néanmoins, on remerciera ce film pour nous avoir créer, par-accident, l’Univers Cinématographique Marvel. Merci Iron Man!!!

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :