Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Karmouz War / No Surrender (2018)

Résumé : Trois jeunes égyptiens viennent à la rescousse d’une femme attaquée  par des soldats britanniques. L’un de ces soldats, le neveu du gouverneur militaire d’Alexandrie, est envoyé dans une prison de la région. Lorsque l’armée débarque devant l’établissement, le directeur de la prison n’aura d’autre choix que de se tenir debout face à l’envahisseur.
Critique : 
Karmouz War DVDScott Adkins (The Expendables 2) continue à avoir une carrière très intéressante. Aujourd’hui, on le retrouve dans le film de 2018 Karmouz War, renommé en Amérique No Surrender. Par contre Adkins n’est pas la vedette du divertissement, tenant plutôt un rôle de soutien, dans une fresque digne des grosses productions américaines.
Des Égyptiens parviennent à sauver une jeune violée des griffes de soldats britanniques, dont l’armée occupe le pays depuis un certain temps. Le général Youssef EL Masry est responsable du poste de police chargé d’enquêter sur cette affaire. Alors que tous les individus sont dans son bâtiment, un représentant de l’armée britannique débarque pour exiger qu’ils soient livrés à l’armée. Voulant protéger les bons samaritains, ainsi que la pauvre victime, Youssef refuse sans se douter que l’homme à la tête de l’armée est l’oncle de l’un des assaillants et qu’il est prêt à attaquer le poste de police avec tous les soldats et les chars d’assaut qu’il faudra…
Tout d’abord, il faut noter l’horrible travail du distributeur ITN Distribution. Pour rendre Karouz War accessible à un public nord-américain, il a tout simplement sorti une version en DVD, sans menu de chapitres, sous-titres ou suppléments (sauf une bande-annonce). Une version qui ne comprend pas la version originale du film, mais une version avec un doublage anglophone de mauvaise qualité, sauf pour certains acteurs dont on a – étrangement – conservé les dialogues originaux. Ce qui fout le bordel au niveau du son qui va dans toutes les directions, entre les bruitages du film original et ceux inventés pour cette édition. Les deux trames sonores font de certaines scènes dans une lutte constante pour dominer l’autre. Pour y trouver un comparatif, il ne faut que penser au cinéma asiatique des années 70 et 80… Ou à un mauvais film pour adultes…
Cela fait plusieurs dialogues étranges ou des phrases loufoques ne viendront pas tacher cette critique. Deux maux qui affectent Karmouz War à de nombreuses reprises. Et c’est terrible. Karmouz War est l’un des meilleurs films de 2019 à être sorti au Canada. Le divertissement reprend une trame narrative revue et corrigée par plusieurs, comme John Carpenter dans Assault on Precinct13. On suit un policier et ses hommes qui doivent faire équipe avec des civils et quelques criminels afin d’empêcher une armée entière d’entrer dans un poste de quartier. Il y a suffisamment de nuances pour éviter que le tout ne devienne répétitif.
On peut assister à un criminel récidiviste que Youssef envoie hors de la prison pour mettre sa famille en sureté. Ou on peut assister à un soulèvement populaire alors que la population soutient notre héros et est même prête à mourir dans un carnage sanglant. Karmouz War mise sur l’émotion pour délivrer son message. Il y a aussi un argument sur le patriotisme et sur moralité humaine qui apporte une dimension plus profonde à une histoire autrement assez classique et éprouvée. Grâce à un excellent interprète principal, on devient comme lui et nous sommes alors remplis d’une rage envers les horreurs qu’a subie la gamine. Face à Youssef, le méchant général britannique parvient également à soutirer quelques bonnes scènes, malgré une présence trop faible à notre goût.
Et pour le tout premier film égyptien à faire partie de ma bibliothèque, Karmouz War impressionne. Cette production rivalise avec Hollywood et la Chine en termes de grandeur et de richesse visuelle. Certaines scènes souffrent de l’ambition de son réalisateur qui voit un peu trop grand; comme la bataille finale un peu confuse. Mais dans l’ensemble, Karmouz War dégage l’esthétique et l’audace du cinéma d’action des années 80. Il ne tente pas d’imiter le genre ou de le reproduire. Peter Mimi fait tout simplement de son mieux, comme d’autres cinéastes célèbres ont fait avec Commando ou Predator. Le long-métrage ne sera à aucun moment un classique comparable à ces derniers, mais il m’était impossible de passer à côté de l’effort mis dans cette oeuvre.
Pour ce qui est de Scott Adkins… L’acteur n’est présent que pour dix minutes. C’était évidant dès les premiers instants du film et la majorité des mauvaises langues font se plaindre qu’Adkins n’est pas suffisamment présent et détester Karmouz War. L’acteur britannique ne fait qu’interpréter un prisonnier de guerre que les méchants lancent à la figure de notre héros tel un chien enragé. Un chien qui déchaine toutes ses capacités physiques, qui a le meilleur combat du film et qui est capable de sauter par-dessus un cheval pour donner un coup de pied au visage de son cavalier. Que demander de plus…
Karmouz War / No Surrender est la surprise de ce printemps et possiblement l’un des meilleurs films de 2019. Le divertissement nous transporte dès les premières minutes dans une histoire d’honneur et justice qui nous secoue du début à la fin. Mais par pitié, évitez de vous procurer la version nord-américaine du film….


Réalisation : Peter Mimi
Scénario : Mohamed ElSobky, Peter Mimi
Avec : Amir Karara, Ghadah Abdulrazeq, Ahmed el-Sakka, Scott Adkins, Rogina, Mayan El Sayed, Bayyumi Fuad

Karmouz War / No Surrender (2018)
4.5

Résumé

Karmouz War est un excellent film provenant d’un pays souvent boudé par les cinéphiles occidentaux.

Sending
User Review
4 (2 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :