Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Kite (2014)

Résumé : Une jeune femme (India Eisley, Underworld : Awakening) poursuit, avec l’aide de l’ancien partenaire (Samuel L. Jackson, Pulp Fiction) de son père, son désir de vengeance en traquant ceux qui sont responsable de la mort de ses parents.

Critique : 

Les américains n’ont jamais été doués pour adapter les animes japonais (Merci Dragon Ball). C’est donc avec aucunes attentes que j’ai visionné Kite, surtout que David R. Ellis (Snakes on a Plane) est mort (Paix à son âme.) quelques jours avant le tournage, et qu’il a été remplacé à la dernière minute par un réalisateur sud-africain (Ralph Ziman, Jerusalema) avec peu d’expérience derrière la caméra.

Malheureusement Kite n’augmentera pas mon respect envers les adaptations américaines. D’abord, il y a une chose que nous devez comprendre : il y a deux films dans Kite. Les soixante-et-une premières minutes représentent un film d’action, avec un début, un milieu et une fin, où nous regardons une jeune fille tuer des méchants. Pour nous distraire du fait que nous regardons deux courts-métrages, le scénario nous laisse des indices sur la résolution du deuxième épisode. Le hic, c’est que j’ai tellement été ennuyé par la première partie qu’elle a semblé être beaucoup plus longue qu’en réalité. Donc, après une heure de temps réel, qu’il ne faut pas spoiler pas ne pas ruiner la possible surprise du dernier tiers, mon esprit n’en peut plus et doit arrêter le visionnement pour une demie journée.

Ensuite, nous arrivons à la deuxième partie qui est une longue séquence explicative en trois temps, qui nous explique des choses nous avons été capable de solutionner tout seul, comme un adulte, en utilisant des revers scénaristiques aussi improbables qu’impossibles. Donc, nous avons trente minutes à attendre une fin que nous savons déjà depuis une heure. Et puis,  il y a la trame sonore, qui est un mélange de musique électrique. Ce qui est bien avec la musique, parfois douteuse, du film, c’est que le compositeur a eu l’idée d’insérer ce qui semble être une sonnerie de cellulaire au-milieu d’un de ses morceaux. Malheureusement, personne n’était là pour répondre au téléphone.

La réalisation de Ziman n’aide pas à rendre le propos de Kite crédible. On ne peut pas dire qu’il est incompétent, puisque c’est faux. Il y a une certaine compétence et une certaine poésie dans la caméra de Ziman, sauf que cette dernière ne parvient pas à rendre le film palpitant pour le spectateur. Des scènes de combat qui sont trop chorégraphiées (Et mal chorégraphiées surtout.), des transitions chaotiques, pas assez de budget pour produire des effets par-ordinateur, qui sont très nombreux, une des gestions des acteurs déficiente, etc. Ce sont quelques exemples de petites bombes qui viennent plomber Kite, en-termes de réalisation bien sûr.

Puisque cette critique n’a pas encore abordé le jeu des acteurs. Dans le rôle titre, India Eisley est une bonne actrice, sauf qu’elle semble avoir quelques difficultés à rendre grâce au personnage, qui n’est qu’une pâle copie droguée de Hit-Girl, l’héroïne de la saga Kick-Ass. Samuel L. Jackson est également présent, dans un rôle mineur. Malheureusement, il n’avait pas beaucoup de matière à nous offrir un grand moment de cinéma, comme il le fait souvent et on pouvait même le sentir malheureux dans certaines scènes. Il était peut-être en deuil de David R. Ellis, mort quelques semaines avant le début du tournage, ou  il ne voulait peut-être plus faire partie de ce projet. Qui sait… Le reste du casting est très «bof bof», surtout les acteurs qui interprètent des voleurs de jeunes filles, qui sont à la limite de l’insupportable.

On ne peut pas savoir ce que ce long-métrage aurait été sous la direction de David R. Ellis. Néanmoins, sous la direction de Ralph Ziman, Kite représente une autre mauvaise adaptation d’anime Japonais. Et cela, c’est réellement dommage.

.25/5

Réalisation : Ralph Ziman

Scénario : Brian Cox

Avec : India Eisley, Callan McAuliffe, Samuel L. Jackson, Carl Beukes, Tanielle Powell, Deon Lotz, DeVille Vannik

Kite (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
1.4

En conclusion

Avec une certaine déception, il me faut admettre le visionnement de Kite a été un désastre. En ce qui me concerne, Kite n’est aucunement un long-métrage à recommander…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :