Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Let's Be Cops (2014)

Résumé : Deux amis vont à une fête déguisée en policiers. Lorsque cette dernière se révèle être un échec, les deux hommes décident de garder le costume et de s’éclater en ville, ce qui attire l’attention des policiers et des gangsters…

Critique : 

Lorsque  le réalisateur de The Girl Next Door, une de mes comédies favorites, revient en salles après une diète de 10 ans, composée de téléfilms et d’une comédie à l’eau de roses, je dois admettre que j’ai quelques attentes, ne serait-ce que pour voir si Luke Greenfield sera capable de me divertir et me faire rire à nouveau avec Let’s Be Cops.

Il faut dire que Let’s be Cops a une prémisse intéressante : deux losers qui décident de devenir policiers pour le plaisir d’être flic. Et lorsque le long-métrage reste sur cette idée, c’est là qu’il est le meilleur. Le film est intéressant et parvient à faire rire le public, en général. Et en disant public, je dois m’exclure, puisque je n’ai pas ri de la soirée. Tous les gags sont prévisibles et certains sont usés, mais bon la salle de cinéma riait à fond, il faut croire qu’il y a un public pour ce genre de blagues.

Mais, rendu à la moitié du film, Let’s Be Cops se révèle sous son vrai jour, un autre clone de 21 Jump Street. Certes, avec le succès de ce jour, il était clair que nous allions avoir d’autres films avec la même histoire, sauf que 2014 a projeté sur les écrans Ride Alone, 22 Jump Street, et maintenant, Let’s Be Cops. Et être le troisième chronologiquement, n’aide pas à dissimuler le sentiment de déjà vu  et de prévisibilité. Surtout que certaines scènes proviennent littéralement de 21 Jump Street, mais avec un contexte et un humour différent, comme la scène de drogues, de vomis et d’effets secondaires, pour ceux qui auraient vu ce film. Et c’est sans parler des coïncidences qui sont (trop) fréquentes, ce qui fait qu’au final, il y a tellement de fils blancs dans l’intrigue que l’on pourrait faire une boule de fil et «tricoter» un gilet avec le tissu…

Dans les rôles titres, si Jake Johnson (21 Jump Street) est plutôt ennuyeux, après-tout si n’a pas le personnage pour s’éclater, Damon Wayans Jr. (The Other Guys) a réellement du plaisir avec son personnage, haut en couleurs, qui nous offrent les meilleurs moments comiques du film, qui sont principalement situés dans les scènes où Wayans partage l’écran avec Keegan-Michael Key (The Lego Movie). Aussi, il faut souligner que Johnson et Wayans ont une belle chimie à l’écran. Pour ce qui est d’Andy Garcia (Ocean’s Eleven), il n’est que dans trois scènes, mais il offre une belle performance avec le temps qui lui est accordé.

À la réalisation, Greenfield n’est pas très inspiré, même si je retrouve le réalisateur que j’aimais dans une scène remarquable, où Wayans présente son jeu vidéo et, qu’en parallèle, une fusillade se produit avec un autre personnage. Et sans vouloir spoiler, puisqu’elle se situe vers la fin, j’ai trouvé que cette scène est ingénieuse, divertissante et a un message «anti-violence» fort agréable, même si, habituellement, je déteste ce genre de discours imposé.

Mais une scène ne sauve pas le film, qui m’a ennuyé pendant 90 minutes et qui a été incapable de me faire glousser un rire. Après-tout, que pouvais-je espérer d’une comédie avec des acteurs (secondaires) de 21 Jump Street, une histoire semblable à 21 Jump Street, une sortie en salle proche de celle de 22 Jump Street?? Peu de choses malheureusement…

1.5/5


Réalisateur : Luke Greenfield

Scénario : Luke Greenfield, Nicholas Thomas

Avec : Jake Johnson, Damon Wayans Jr., Andy Garcia, Nina Dobrev, Rob Riggle, Keegan-Michael Key, James D’Arcy

Let's Be Cops (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.5

Summary

Une comédie qui ne se force pas à nous faire rire, voici ce qu’est Let’s Be Cops… Il va peut-être vous divertir, mais il m’est impossible de vous le recommander.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :