Linewatch (2008)

Résumé : Michael Dixon est un agent travaillant à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Le monde de Michael sera soudainement menacé par des secrets de son passé criminel.

Critique : 

Depuis qu’il a remporté un oscar en 1996, la carrière de Cuba Gooding Jr. a connu une pente descendante. Depuis cette date, l’acteur a principalement joué que dans des films sortant exclusivement en DVD. Dans l’ensemble, nous pouvons qualifier ces projets de mauvais films, mais quelques perles méritent d’être vues. Est-ce Linewatch réussit à dépasser la barre de la médiocrité? Ça, c’est une bonne question que l’on se pose pour le dixième anniversaire du long-métrage…

Michael Dixon (Cuba Gooding Jr., Jerry Maguire) est un garde-frontière ayant fui Los Angeles pour échapper à son passé de criminel. Au cours d’une opération policière avec son collègue, l’un des suspects le reconnait. Michael devra alors faire face au retour de son ancien gang dans sa vie. Et malheureusement, il devra, par la même occasion, tout faire pour protéger sa famille menacée par ceux-ci, même s’il doit retomber dans ses anciennes habitudes.

Ayant pour trame de fond, les droits et l’arrivée des immigrants illégaux aux U.S.A., le film de Kevin Bray (Walking Tall) aborde un sujet qui reste toujours d’actualité, dix ans plus tard. Les dossiers d’immigration et des gangs de rue font partie du quotidien des Américains, et Linewatch tente de partir de ces sujets pour créer un film d’action intelligent. Hélas, l’oeuvre souffre de nombreuses inégalités.

Dès le départ, les quinze premières minutes sont très pénibles à regarder. Oui, on peut y voir de jolis paysages et de jolis effets de caméra, mais elles ne sont aucunement intéressantes. Le scénario décide tout simplement de démarrer par la découverte de cadavres; un événement qui sera suivi par beaucoup de contemplation. Par la suite, Linewatch entre de plain-pied dans son conflit entre le personnage principal et un criminel connu sous le nom de Kimo. La dynamique entre les deux hommes est intéressante, alors que Michael est prêt à tout pour protéger sa famille.

C’est en partie causé par le scénario de David W. Warfield (Kill me Again) qui est beaucoup plus méthodique dans son approche et prend le temps de définir son récit avant de sombrer dans le monde de l’action. Cet aspect est presque relégué au second plan, ce qui empêche le film de devenir un DTV typique. À la place, Linewatch se transforme rapidement en un drame avec des scènes d’action. Cela rend la relation entre Michael et Kimo d’autant plus intéressante et cela permet au film d’éviter quelques clichés au passage. Néanmoins, Linewatch a un rythme un peu trop lent, avec plusieurs scènes qui durent plus longtemps qu’elles ne le devraient réellement. Le montage y est trop paresseux et certains dialogues n’ont pas la portée nécessaire pour supporter ces lenteurs…

Sur le plan technique, il faut dire que le réalisateur, bien que peu connu, nous offre un excellent résultat. En se basant sur Linewatch, il est dur de croire que l’homme a principalement bâti sa carrière à la télévision. Sa réalisation n’est peut-être pas très originale, mais elle permet d’instituer un certain climat de tension; tension qui est malheureusement amortie par une caméra granuleuse. Bien que traitée au second plan, l’action est assez généreuse et profite amplement par la lentille réaliste qu’utilise Bray. Nous sommes loin de Sicario, mais Linewatch se tire admirablement bien d’affaire pour un petit film américain.

En tête d’affiche, Cuba Gooding Jr. se débrouille relativement bien. Nous pouvons sentir que l’acteur est plus investi qu’à l’habitude; possiblement car il a entre les mains un scénario qui lui tient à cœur. Omari Hardwick (Power) interprète l’antagoniste principal, un rôle qu’il interprète assez bien. Hélas, le reste de son gang est bien plus intéressant, avec des êtres comme AMG ou Evan Ross (la saga Hunger Games) qui apportent une dose d’émotion et d’humour nécessaire au long-métrage. Soulignons que Dean Norris (Breaking Bad) et Sharon Leal (Boston Public) complètent la distribution de Linewatch.

Au final, on peut dire que ce film, malgré de bonnes intentions et un acteur principal inspiré, ne réussira pas à relever la réputation des films sortant directement en DVD. Linewatch reste malgré tout un bon petit divertissement qui ne vieillit pas d’un poil.


Réalisation : Kevin Bray

Scénario : David W. Warfield

Avec : Cuba Gooding Jr.,Omari Hardwick, Evan Ross, Dean Norris, Malieek Straughter, AMG, Sharon Leal, Omar Paz Trujillo, Chris Browning

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.