Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Mask of Death (1996)

Résumé : Lorsqu’un agent du FBI (Billy Dee Williams, Star Wars) voit son opération de surveillance échouée par la mort du suspect (Lorenzo Lamas, Renegade), il demande à un policier blessé (Lorenzo Lamas) de subir une chirurgie plastique pour ressembler audit criminel et de s’infiltrer dans le monde criminel.

Critique : 

Réalisé par David Mitchell, un cinéaste canadien ayant débuté sa carrière avec Copper Mountain (Une infopub avec Jim Carrey en tant que personnage principal.), Mask of Death veut être une version «cheap», tournée rapidement, de Face/Off, le célèbre film de John Woo. Soyons honnêtes, lorsque j’emploie le terme «cheap», je suis poli. Pour être capable de se payer plusieurs décors et un ou deux cascades, Mitchell a été obligé de réduire les dépenses. Grâce à cela, nous avons la moustache la plus laide du cinéma contemporain, des poupées en guise de cascadeurs, des cascadeurs qui ne sont aucunement camouflés (Ce n’est pas la faute d’avoir essayé…), etc. Néanmoins, le prix «cheap» de la semaine appartient à la scène d’ouverture qui met en scène Billy Dee Williams, qui vole en hélicoptère, sauf que le réalisateur ne met pas d’efforts pour tenter de camoufler le fait que l’appareil volant n’a jamais quitté le sol…

Le scénario n’est pas très original, mais il parvient à bien implanter son univers et son histoire. Certes, certains dialogues sont plutôt stupides, mais puisque c’est une série B, nous pouvons pardonner. Le hic, c’est que Mask of Death se repose sur ses lauriers dès le départ et, après les trente premières minutes, le long-métrage devient répétitif et ennuyeux, non pas que les premiers instants étaient inoubliables, mais quand même… Au-moins, nous avons Lorenzo Lamas qui tente fort de s’imposer et, malgré quelques faiblesses de jeu, il y parvient tant que l’on ne fait pas une comparaison facile avec Jean-Claude Van Damne, qui a lui aussi interprété deux personnages différents dans quelques longs-métrages d’action. Rae Dawn Chong (Commando) qui lui donne la réplique est bien, sauf que c’est le dernier commentaire positif qu’il m’est possible de faire à propos du casting de Mask of Death.

Soyons honnêtes, la majorité du budget n’est pas allé dans le salaire des acteurs. Williams ne semble aucunement intéressé par Mask of Death et Tom Cavanagh (Ed, The Flash), qui était à l’époque peu connu, est en roue libre et les acteurs peu-connus (le reste des interprètes) sont relativement mauvais. À la réalisation, Mitchell est un véritable Yung et Yang. Les scènes qui sont plus «traditionnelles» ont le meilleur du réalisateur, ce qui, par-omission, veut aussi dire que les scènes d’action sont nulles. Le mélange des faux-raccords, au montage parfois étrange, les plans de caméra tout aussi louches et le manque de moyens pour offrir quelque chose de potable.

Sans espérer de Mask of Death, il me faut dire que mes espérances n’ont pas été déçues. C’est normal puisque j’en avais aucune, une attitude que je vous recommande grandement.

1.5*5


Réalisation : David Mitchell

Scénario : R.C. Rossenfier

Acteur : Lorenzo Lamas, Rae Dawn Chong, Conrad Dunn, Tom Cavanagh, Kevin McNulty, Billy Dee Williams

Mask of Death (1996)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
1.5

En conclusion

Mask of Death est un long-métrage relativement inconnu du public. Un conseil : Faites-en sorte que cela ne change pas.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :