Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Outlaw (2007)

Résumé : Après être revenu d’Irak, un soldat (Sean Bean, The Lord of the Rings : The Fellowship of the Ring) se retrouve à la tête d’une milice de fortune, par l’agent de sécurité de son hôtel, qui avec l’aide d’un policier (Bob Hopkins, Who Framed Roger Rabbit) tente d’apporter la justice d’une façon violente…

Critique : 

Exploitant un courant de pensée largement utilisé par le 7e art, c’est-à-dire le fait de se faire justice soi-même par tous les moyens possibles, le long-métrage parvient à se planter en beauté. Pourtant, le scénario était bien construit, il n’est surement pas le meilleur scénario du monde, mais il parvient à effectuer le travail d’une façon convenable. Il parvient à rester dans le réalisme malgré l’extrémisme des situations et parvient à attaquer par la bande quelques sujets tabous comme le retour à la maison des soldats en période de guerre ou la violence de la société actuelle un peu comme le célèbre Fight Club («Un peu» dans le sens qu’ils sont des cousins germains de la fesse gauche!!). Les acteurs aussi se débrouillent bien, ce n’est pas là le problème, ceci étant possiblement dû au seul bon boulot du réalisateur.

Sean Bean nous livre une performance solide (Comme dans presque tous ses films, mais s’il meurt la plupart du temps…) dans le rôle d’un soldat dépassé par les évènements, souffrant du choc post-traumatique, en étant au bord de la folie et une bonne partie du casting l’est aussi. Ils interprètent avec brio des personnages qui sont eux aussi hantés par le passé, à leur manière. D’ailleurs, je me demande pourquoi Danny Dyer n’a pas eu une carrière de ce côté-ci de l’océan, il nous offre un bon spectacle, comme dans chacun des long-métrages le mettant en scène. Mais qu’est-ce qui fait de ce long-métrage un navet??? Réponse : C’est la réalisation…

La caméra bouge tellement, que nous finissons par avoir le tournis, et que par moments, nous pourrions penser que nous sommes dans un film amateur ou un documentaire. J’ai rien comme ce genre de plan, mais, en comparaison, un film avec de la mauvaise 3D, dans la salle d’un cinéma minable, offre moins d’effets nocifs sur mon esprit que ce Outlaw, dans un lecteur Blu-ray sur ma 32 pouces. Et c’est sans parler des incohérences, comme une fusillade avec des balles qui provoquent des étincelles lors d’une fusillade en forêt (???), qui plombent le rythme du final, sans faire de jeux de mots. À un point tel, que l’on se demande si le film est regardable après-tout…

2/5


Directeur : Nick Love

Scénariste : Nick Love

Acteur : Sean Bean, Danny Dyer, Lennie James, Sean Harris, Bob Hoskins

  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.8

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :