Actionerd

Paradis du cinéma d'action

The Expendables 3 (2014)

Résumé : Devant faire face à un ancien membre des Expendables nommé Stonebanks (Mel Gibson, Mad Max), Barney Ross (Sylvester Stallone, Rocky) décide une équipe de jeunes loups pour traquer et retrouver ce Stonebanks.

Critique : 

Troisième volet de la saga d’action «épique», The Expendables 3 remet le couvert, mais cette fois-ci en étant orienté vers les jeunes adolescents en étant 13 ans et plus. D’emblée, il faut dire que cette classification n’endommage le film qu’en surface. Certes, les moments où la censure est évidente, mais ce n’est pas le pire défaut du film.

D’abord, le scénario a plusieurs problèmes pouvant sortir le spectateur de son intrigue. Premièrement, l’histoire reprend un défaut présent dans The Expendables 2 : elle est plus petite, moins épique. Dans The Expendables, les héros combattaient un agent de la CIA et un dictateur sur une île qui terrorisaient les insulaires. Dans The Expendables 2, les héros combattaient un trafiquant d’armes qui forçaient les habitants de quelques villages à être des esclaves dans sa mine. Ici, les héros combattent Mel Gibson et c’est tout…

Le pire, c’est que Stallone (en tant que scénariste) tente de camoufler cet aspect en empilant des icônes par-dessus des icônes, mais soyons honnêtes : Jet Li (Hero) n’est présent que pour une minute, Robert Davi (Die Hard) fait un coucou pour une scène, Antonio Banderas (Desperado) n’est présent que pour le final, Ford (Star Wars) et Schwarzenegger (Terminator) font des 30 secondes ici et là… Et c’est sans oublier que les vraies icônes se font tasser par des jeunes au beau mieux du long-métrage. On tente d’effectuer un autre camouflage en tentant de faire du développement de personnages, mais au nombre d’acteurs présents dans le film, on aimerait pouvoir sauter ces moments qui arrivent comme un cheveux sur de la soupe (Exemple : Le fait que Schwarzenegger et Li sont homosexuels, un élément d’intrigue présent dans un malaise de quelques secondes.) Au final, le seul personnage principal reste Stallone, comme à l’habitude, après-tout il faut justicier son salaire de 15 millions…

Des millions qui auraient pu être utiliser pour camoufler la pauvreté du budget alloué à autre chose que les salaires. Ce n’est pas normal que certains effets par-ordinateur semblaient être aussi vieux que les acteurs. J’avoue exagérer un peu, mais même des détails qui seraient habituellement camouflés par le CGI, comme les acteurs qui ne se battent pas réellement, ne sont même pas retouchés. Pour une comparaison rapide, Expendables 2, le combat entre Stallone et JCVD étaient, majoritairement fait par des doublures, qui étaient modifiés numériquement, pour ressembler aux acteurs, voire même des «acteurs» qui étaient complètement faits par-ordinateur, ce qui n’est pas trop visible, tant que l’on ne met pas le film sur pause. Ici, on ne se donne même pas la peine de tenter de camoufler les doublures, qui n’ont clairement pas le physique des acteurs. Pour les septiques, regardez la bande-annonce…

Même en prenant en compte cet aspect, il faut admettre que Patrick Hughes (Red Hill) n’était pas l’homme de la situation. En dehors de trois scènes d’action (Les deux premières et le grand final), il est un mauvais réalisateur. Entre ces séquences, je dois admettre avoir sombré dans l’ennui. Un bon nombre des plans de caméra sont étranges, il y a des faux-raccords à la pelle, les acteurs dorment au gaz… À l’exception de Snipes (Blade), de Banderas, qui est ici en freestyle (littéralement), et de Gibson (Mad Max), qui est bon comme à l’habitude. Blague à part, sa façon de monter des marches dans le film est étrange, comme s’il était constipé en ayant un mal de dos. Habituellement, ce n’est pas un détail que je remarque, mais vu que j’ai trouvé cela involontairement drôle, j’ai juger bon de vous en parler.

En conclusion, The Expendables 3 est un film décevant. Sans être mauvais, il ne répond pas aux attentes, aussi petites (ou grandes) qu’elles pouvaient être. Peut-être est-il bon de conclure cette franchise sur cette note..

3/5


Réalisateur : Patrick Hughes

Scénario : Sylvester Stallone, Creighton Rothenberger, Katrin Benedikt

Avec : Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Antonio Banderas, Wesley Snipes, Dolph Lundgren, Mel Gibson, Harrison Ford, Arnold Schwarzenegger, Kellan Lutz, Terry Crews, Ronda Rousey, Kelsey Grammer, Randy Couture, Glen Powell, Robert Davi

The Expendables 3 (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.7

Summary

Même s’il reste un bon divertissement, The Expendables 3 n’est pas le genre de film à recommander à tout le monde. Si vous savez dans quoi vous vous embarquez, vous aurez une chance de l’apprécier, sinon, vous allez peut-être le détester…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :