The Jurassic Games (2018)

Résumé : Dans un futur proche, dix condamnés à mort sont forcés de participer à un jeu en réalité virtuelle les forçant à combattre leurs congénères ainsi que des dinosaures.

Critique :

Depuis sa sortie en 1993, Jurassic Park est rapidement devenu un classique du cinéma qui a accidentellement créé un bon nombre de rejetons; des films voulant imiter le succès de Steven Spielberg en incorporant des dinosaures à leur scénario. Aujourd’hui, la tendance se fait encore sentir alors que The Jurassic Games reprend essentiellement la prémisse des Battle Royale et des The Hunger Games de ce monde et en ajoutant des tyrannosaures rex.

L’objectif principal de The Jurassic Games est de nous présenter des criminels endurcis qui s’entre-tuent tout en se faisant dévorer par des dinosaures dans une réalité virtuelle où le gagnant obtiendra sa liberté. Bien entendu, nous avons un héros nommé Anthony. Un homme que l’on annonce comme étant le coupable innocent du meurtre de sa femme. Dans l’ensemble, l’histoire se tient bien avec un mélange parfait entre action et horreur et entre le jeu et l’événement télévisuel qui en découle. Oui, car nous regardons en réalité une émission diffusée aux quatre coins du globe, dans un studio qui a des airs d’entrepôt désaffecté – faute de budget.

La majorité du temps, l’histoire est palpitante avec des revirements de situations inattendus et un rythme soutenu. Il est tout simplement jouissif de visionner des criminels corrompus se faire dévorer par des dinosaures géants et The Jurassic Games le comprend parfaitement; même s’il se sent obligé d’introduire un antagoniste psychotique dans le jeu, afin que les bêtes ne soient pas le principal adversaire de notre protagoniste. Néanmoins, le long-métrage a l’étrange tendance de diluer ses forces dans des sous-intrigues peu utiles qui ne servent que de distractions. D’entrée de jeu, nous abordons le fait que notre héros est innocent, du moins aux yeux de ses enfants et que la diffusion de l’émission est mise en péril par un groupe terroriste; des éléments qui ne sont aucunement exploités sauf dans la conclusion bordélique du film.

Une chose est sûre, c’est que The Jurassic Games fut réalisé avec un petit budget. Les décors sont assez pauvres et les effets spéciaux sont très mauvais. Deux éléments que le film justifie amplement par sa prémisse qui comprend un studio de télévision et univers créé par un jeu en réalité virtuelle. Ryan Bellgardt (Gremlin) a une bonne présence derrière la caméra, parvenant à nous livrer quelques bonnes idées en termes d’action et d’horreur, tout en maximisant les moyens qu’il a entre les mains. Il est évidemment incapable de rivaliser avec les Jurassic World de ce monde, mais d’un point de vue visuel, The Jurassic Games figure dans ce qu’il y a de meilleur en termes de film de monstres à petit budget.

Néanmoins, un domaine où le divertissement se plante royalement, c’est dans sa distribution. Les acteurs ont l’allure de leurs personnages et parviennent à les rendre « crédibles » jusqu’à ce qu’ils ouvrent la bouche. Adam Hampton (Gremlin) est simplement incapable de porter le film sur ses épaules, alors que nous avons souvent l’impression qu’il disparaît dans le décor. Tout comme Katie Burgess (Gremlin), qui n’est tout simplement pas menaçante, elle qui joue une psychopathe s’appelant ironiquement Joy… Même le seul acteur connu de The Jurassic Games, Ryan Merriman (Final Destination 3) est incroyablement fade lui qui est l’animateur de la populaire émission télévisée. Et c’est à peu près la même chose avec le reste de la distribution qui varie entre le moyen et le très mauvais.

The Jurassic Games est évidemment une tentative pour surfer sur la vague du prochain Jurassic Park. Son histoire joue sur les mêmes notes que les Ready Player One et les Battle Royale de ce monde, mais ne parvient pas à créer un monde suffisamment crédible pour marquer nos esprits. Cela n’empêche pas qu’il y a de pires façons de se divertir, surtout si l’on a envie de regarder des gens se faire dévorer par des dinosaures.


Réalisation : Ryan Bellgardt

Scénario : Ryan Bellgardt, Galen Christy

Avec : Adam Hampton, Katie Burgess, Ryan Merriman, Cate Jones, Luke Wyckoff, Erika Daly, Kyle Penington, Rett Terrell

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.