Actionerd

Paradis du cinéma d'action

The Machine (2014)

Résumé : Pendant la Deuxième Guerre Froide, un chercheur (Toby Stephens, Die Another Day) parvient, avec l’aide d’une collègue (Caity Lotz, Arrow) qu’il a nouvellement embauché, à créer le premier androïde doté d’une conscience…

Critique : 

Dans le domaine du DTD, nous pouvons voir, en quelques exemplaires chaque semaine, des mauvais films, que même la présence qu’une ou deux vedettes sur le déclin ne peuvent sauver. Néanmoins, il arrive parfois, des petits bijoux, avec des acteurs plus ou moins connus, avec un budget mince ou inexistant. Et bien, The Machine fait partie de cette deuxième catégorie.

Tourné avec un budget avoisinant le million, The Machine est un vibrant hommage aux films de science-fiction des années 80. Si l’on devait le résumé simplement, nous pourrions dire qu’il est un mélange entre Blade Runner, Terminator, I Robot et Universal Soldier, et la saga Deus Ex si l’on parle de jeux vidéos. En effet, le scénario parvient, en pigeant ici et là, à créer un univers distinct et crédible en un sens, puisque nous pouvons concevoir que, dans un avenir proche, l’humain tentera de s’améliorer, quitte à se prendre pour Dieu.

Bien sur, qui dit un budget d’un million, dit contraintes monétaires favorisant un aspect cheap. Malgré un aspect «huis-clos» très important (la majorité du film se déroule au même endroit), quelques effets par-ordinateur douteux et un rythme parfois lent, le réalisateur Caradog W. James parvient à déjouer tous les pronostics en créant un divertissement de qualité, avec d’excellents effets visuels, en misant sur la cinématographie et les effets spéciaux physiques, lorsque c’est possible. Et c’est sans compter une trame sonore épatante, qui respire les années 80 et qui m’a rappelé, en un sens, la musique de la saga Mass Effect, ou du jeu vidéo Far Cry : Blood Dragon.

Dans les rôles titres, Toby Stephens et Caity Lotz sont magnifiques. Mais, entre les deux acteurs, c’est Lotz qui se démarque. Déjà qu’elle est «bad-ass» dans la série Arrow, dans The Machine, elle trouve un rôle qui lui permet d’exploiter à fond des talents d’actrice, de danseuse, d’adepte d’arts martiaux. Et si nous comptons sa beauté, nous avons là une candidate parfaite pour un rôle dans un futur Terminator ou un possible Expendabelles.

Par-contre, dans le rôle de l’antagoniste, Denis Lawson (Wedge de la première trilogie Star Wars) est plutôt confus dans un personnage qui l’est autant que lui. Parfois, on pourrait dire qu’il est comme un cheveu sur la soupe, ce qui est dommage car un meilleur antagoniste aurait permis d’amener le long-métrage à un autre niveau d’excellence.

En conclusion, The Machine est une agréable surprise. Il est presque un chef d’oeuvre, qui, parce qu’il hérite de certains défauts de son budget et de son scénario. Par-contre, il reste que The Machine fait partie des bons divertissements de 2014, ce qui vaut amplement le détour.

3.75/5


Directeur : Caradog W. James

Scénariste : Caradog W. James

Acteur : Toby Stephens, Caity Lotz, Denis Lawson, Sam Hazeldine, Pooneh Hajimohammadi

The Machine (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.9
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :