Actionerd

Paradis du cinéma d'action

The Maze Runner (2014)

Résumé : Thomas se réveille au milieu d’un labyrinthe, peuplée par des créatures nocturnes et par un groupe de jeunes hommes, subissant le même sort que lui…

Critique : 

Dès les premières scènes, j’observe deux chèvres, seules au milieu d’un terrain vague. Ces dernières sont entourées par une trentaine d’hommes âgés entre 12 et 18 ans, qui sont à une période de la vie où leurs hormones sont au plafond. Ces hommes vivent à cet endroit depuis trois ans et n’ont toujours pas mangé les chèvres, devinez pourquoi!! Après-tout, il n’y a pas de filles disponibles pour la procréation…

Mais sérieusement, c’est une idée qui m’a traversé l’esprit pendant une bonne trentaine de minutes, parce que c’était la seule chose qui m’intéressait. Le seul élément de The Maze Runner qui m’importait était le labyrinthe. Les personnages ne sont pas importants, puisque nous avons l’élu, le «militaire» violent, le «p »tit gros», le noir qui meurt en premier (C’est le seul spoiler présent dans cette critique), l’asiatique qui se sort toujours indemne des situations périlleuses (Merci Walking Dead), etc.

La prémisse est intéressante, mais The Maze Runner se focalise trop sur les personnages humains, pendant les deux premiers tiers. À un moment, dans cette section  du récit, une fille débarque dans ce «paradis» masculin, sauf que cela ne change rien dans le récit. Soit que c’était une tentative en vain d’attirer en salles la gente féminine, soit les personnages du film forniquent réellement avec les chèvres… Le dernier tiers change le ton et se veut explicatif, sauf qu’il nous offre trop d’explications. Par-exemple, au lieu d’offrir des réponses à des questions que le spectateur moyen aura en visionnement The Maze Runner, le long-métrage offre des réponses à des questions qui ne seront pas posées par le dit spectateur. Après-tout, c’est important d’avoir un sequel, comme le mentionne, presque littéralement un personnage dans l’une des dernières scènes.

À la réalisation Wes Ball est plutôt bon. Il donne une véritable esthétique au long-métrage et il sait comment manipuler la caméra, malgré que certaines scènes d’action souffrent d’un manque de visibilité. The Maze Runner manque aussi de moyens. Ball a suffisamment de talent pour cacher le statut de mini-blockbuster de l’oeuvre (34 millions de budget). Cependant, il est dommage que sa meilleure séquence (Une course au milieu des «lames») n’ait pas eu l’argent pour créer des effets par ordinateur mieux foutus.

Au final, The Maze Runner est un long-métrage qui a une bonne idée. Le problème, c’est qu’il n’a pas l’intelligence pour exploiter correctement cette idée…

2.5/5


Réalisation : Wes Ball

Scénario : Noah Oppenheim, Grant Pierce Myers, T.S. Nowlin

Acteur : Dylan O’Brien, Aml Ameen, Ki Hong Lee, Blake Cooper, Thomas Brodie-Sangster, Will Poulter, Dexter Darden, Kaya Scodelario, Patricia Clarkson, Don McManus

The Maze Runner (2014)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
2.8

En conclusion

Attendez la sortie en DVD/Blu-ray/VOD pour visionner The Maze Runner, puisque si vous n’êtes pas un jeune adolescent, vous risquez de vous ennuyer au pays des hommes et des chèvres…

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :