The Ruthless (2019)

Résumé : Un adolescent rebelle grandit pour devenir l’un des criminels les plus ambitieux de Milan pendant les années d’or de la Mafia durant les années 1980.
Critique : 
La semaine dernière, Netflix a lancé en Amérique une incursion dans la criminalité italienne avec The Ruthless. Le divertissement prend une approche très narrative pour nous montrer la montée en puissance d’un bandit de la rue, pour ensuite nous montrer sa chute. Un concept souvent utilisé qui prend une tourne bien trop narrative…
Fils d’un homme sévère, Santo Russo est forcé à passer un certain en prison pour un crime qu’il n’a pas commis lorsque son père refuse d’accepter sa libération. En prison, il apprendra les ficelles de la criminalité italienne. Avec l’aide de deux amis de longue date, il se spécialise dans les braquages une fois qu’il est libre. Mais rapidement, il se découvrira un abat du gain bien plus important. Si important qu’il se lance dans le kidnapping et dans le trafic de drogues…
De façon assez intéressante, The Ruthless commet l’erreur de son personnage principal. L’œuvre, ainsi que notre tueur connaissent des débuts assez prometteurs. Mais avant le générique de fin, le tout se transforme en une déception qui tombe en ruines, à l’image de Santo Russo. À la base, on peut sentir que The Ruthless tente de rendre hommage au classique de Martin Scorsese, Goodfellas.
The Ruthless reprend la majeure partie du scénario du chef d’œuvre de 1990. Il change quelques éléments pour coller aux environnements italiens, mais le tout reste du pareil au même. Sauf que The Ruthless parvient en réalité à être la copie d’une copie. Il n’y a rien dans le périple de Santo Russo que l’on n’a pas déjà vu. Le divertissement tente de se sauver de ce constat avec le charme de Russo et de son interprète principal, Riccardo Scamarcio (John Wick: Chapter 2). Néanmoins, le film utilise une narration pour nous raconter la vie du criminel.
Une narration qui est tout simplement trop présente. On pourrait presque être devant un documentaire. Près du deux tiers des dialogues sont en réalité la voix de Riccardo Scamarcio qui résume la vie du personnage qu’il tient à l’écran. Rien n’est exploré en détail, car ce procédé se vit comme une longue page Wikipédia qui nous est lue. Un choix d’autant plus discutable que The Ruthless ne parvient même pas à suivre la propre logique de sa narration en nous montrant des éléments inconnus du gangster et que le troisième tiers a trop d’ambitions pour ce que le film peut réellement se permettre.
Sinon, il reste que le long-métrage est une œuvre respectable. Il n’est pas terriblement ennuyeux, car il maitrise suffisamment bien ce récit que l’on a vu sur nos écrans à de multiples reprises. Riccardo Scamarcio est parfait dans le rôle principal et il est solidement accompagné par Sara Serraiocco (Counterpart) et par Marie-Ange Casta (Des vents contraires). Que ce soit en commettant un crime ou avec les deux femmes de sa vie, Santo Russo a quelques bons moments. Des moments qui viennent trancher avec le récit qui a parfois tendance à s’étirer.
The Ruthless a un bon film de caché, quelque part au milieu de l’œuvre que l’on a entre les mains. Hélas, l’ensemble est trop commun et la narration est trop présente pour que l’on puisse réellement apprécier le film. Surtout qu’il a de bien meilleurs films de gangsters sur Netflix


Réalisation : Renato De Maria
Scénario : Renato De Maria, Valentina Strada, Federico Gnesini
Avec :  Riccardo Scamarcio, Sara Serraiocco, Alessio Praticò, Alessandro Tedeschi, Marie-Ange Casta, Sara Cardinaletti

The Ruthless (2019)
2

Résumé

The Ruthless est facilement oubliable, surtout qu’il nous ressert une histoire que l’on a vu un bon millier de fois.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire