Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Ticker (2001)

Résumé : Un policier de San Francisco (Tom Sizemore) doit demander l’aide d’un spécialiste en explosifs (Steven Seagal, Above the Law) pour arrêter un terroriste (Dennis Hopper, Easy Rider) ayant tué son partenaire.

Critique : 

Ce navet mettant en scène 3 vedettes déchues (2.5 pour être juste, car Seagal est peu présent à l’écran, surtout si l’on tient en compte le fait que sa doublure se bat à sa place…), est à éviter, royalement. D’abord, il fut tourné à la va-vite (12 jours), et c’est d’autant plus évident, surtout qu’il fut révélé que Hopper fut sur le plateau qu’une journée, sans même avoir rencontré les deux autres vedettes. Et sérieusement, je n’avais même pas besoin de me documenter sur le long-métrage pour m’en rendre compte…

Chacune de ses présences sont ridicules, surtout celles où il conduit une voiture. Parlant de scènes ridicules, il y a beaucoup de moments «philosophiques» de mauvais goût, provenant majoritairement de Seagal et du partenaire de Sizemore, même lorsque ce dernier est en train de mourir…

Pour sa part, le scénario accumule les clichés et les incohérences, car en plus des dialogues nanardesques de Seagal, nous avons du lourd. Comme le moment «flashback devant nous faire pleurer», qui nous montre la famille de Sizemore allant dans leur voiture, où se cache une bombe (sans aucune raison…) avant de se téléporter de l’entrée de la maison familiale à un terrain vague pour exploser. Jusque-là, rien de très choquant, mais la femme et l’enfant font au-revoir à quelqu’un, pas de façon normale, mais un peu comme des personnes sur un char allégoriques, lors de parades, ou le moment «WTF» lorsque Sizemore parle avec une sans-abri, et que cette dernière se pointe lorsqu’elle pense…

Ensuite, il faut dire que la réalisation d’Albert Pyun (Cyborg) est tout aussi ridicule. Il tente de nous faire croire que le long-métrage se déroule à San Francisco grâce à des gros titres blancs, alors que l’on voit des plaques de l’Illinois et de la Floride sur les voitures. Lors de la pré-production, il découvre que le méchant principal est Européen (de l’Irlande plus précisement), alors il nous met, dans une certaine proportion des présences de Hopper à l’écran, des chants vocaux (Irlandais???) inappropriés, pour ce genre de long-métrage, en fait pour n’importe quel genre de long-métrage… Et c’est sans parler du combat final, illisible avec la doublure de Seagal, des moments au ralenti comme lorsque les policiers arrêtent le complice de Hopper, de Dennis Hopper conduisant une voiture, sous fond vert visible malgré les images qui y sont ajoutées et des moments où l’on se demande «Comment est-ce possible??».

Comment se fait-il qu’une personne accepte de porter une bombe en bracelet offert par son «amoureux»?? Comment peut-on, après une explosion, se retrouver, assis sur le dossier de sa chaise, le dos adossé sur le siège de sa chaise, à avoir la tête du gars qui dormait?? J’ai tenté de réussir l’exploit avec une chaise, sans succès. (Sans explosions bien sûr, mais avec les mêmes mouvements…) Comment est-ce qu’un policier peut, être dans sa voiture, dans une opération de filature, et deux secondes plus tard, être dans un hélicoptère en plein vol?? Et, la question la plus importante, qu’est-ce que j’ai fait pour avoir eu l’idée de choisir ce film…

0/5


Directeur : Albert Pyun

Scénariste : Paul B. Margolis

Acteur : Tom Sizemore, Dennis Hopper, Steven Seagal, Jaime Pressly, Nas

  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
1.2

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :