Triple Frontier (2019)

Résumé : Cinq anciens soldats des forces spéciales prévoient de dépouiller de son argent comptant un chef de cartel de la drogue. Son domicile est situé dans la jungle amazonienne à la triple frontière entre le Pérou, le Brésil et la Colombie. Les problèmes surviennent après le lancement de leur plan…

Critique : 

Cette semaine, la plateforme Netflix nous permet de plonger dans le monde des cartels de drogue sud-américain. Triple Frontier est une superproduction avec une distribution cinq étoiles. Un pari risqué surtout qu’en termes de divertissement explosif, Netflix n’a pas le même succès qu’avec ses séries télévisées ou avec ses acquisitions planétaires. Au moins dirons-nous, Triple Frontier est un pas dans la bonne direction…

Après avoir passé les trois dernières années au Brésil à chercher le moyen d’arrêter un seigneur de la drogue nommé Lorea, Santiago a perdu sa vision de la justice. Épuisé de la corruption, Santiago rentre en Amérique pour persuader ses anciens collègues de le rejoindre dans le but de voler 75 millions de dollars dans l’enceinte de la jungle de Lorea. En les attirant avec d’énormes sommes d’argent, Santiago organise une attaque-surprise, pour mener à bien un vol, qui entraînera rapidement des complications qui menaceront de faire dérailler l’ensemble du plan.

Triple Frontier est un excellent film. Durant sa première moitié, nous sommes collés devant notre écran en suivant cinq hommes qui sont loin des machines à tuer. Le divertissement prend le temps d’explorer la surface de ce qui compose ces héros de l’ombre pour ensuite les lancer dans la jungle où on se retrouve dans une de guerre à la sauce « Call of Duty ». Le scénario développement ces êtres. On comprend d’où ils viennent, leurs démons ainsi que les enjeux personnels qui les poussent à enfreindre la loi pour réaliser un dernier grand coup.

Et puis la seconde moitié survient et c’est là que Triple Frontier pique du nez. Tel un hélicoptère qui a des difficultés à faire son envol, l’oeuvre décide soudainement d’abrutir nos héros pour étirer sa durée. Une série de décisions stupides qui auront des conséquences plus que néfastes pour ce groupe de personnages et pour nous les spectateurs. Dès là, le scénario montre plusieurs de ses faiblesses. La dernière heure sert presque de remplissage.

L’histoire va dans des directions imprévisibles, ce qui serait génial si le tout était exécuté à la perfection. L’oeuvre rate la cible d’un cheveu seulement; un écart suffisant pour ennuyer certains spectateurs comme moi. D’autres n’y verront que du feu, prétextant l’avarice et la folie humaine qui dictent les actions de ces soldats. Une interprétation qui est valable, même si cela ne retire pas au fait que Triple Frontier ne sait pas quand s’arrêter.

Heureusement, c’est surtout sur le plan technique que Triple Frontier excelle. J.C. Chandor (All is Lost) apporte avec lui une vision assez froide du cinéma d’action. Il mise sur de longs plans et sur aucune superficialité. À l’image de ses personnages, il parvient à instaurer un côté réalisme à la chose. Il est excellent pour créer des moments de tension et lorsque des balles sont tirées, il nous plonge directement dans le conflit; ce que peu de cinéastes ne réussissent. Et c’est sans oublier la direction photographie et le choix des décors qui permettent une véritable immersion dans l’Amérique du Sud, un peu comme Sicario avec la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Dans le rôle principal, Oscar Isaac (Star Wars: The Last Jedi) livre une solide performance. Son personnage est le moins développé de l’ensemble, ce qui ne l’empêche pas de se débarquer à de nombreuses occasions. Ses quatre compagnons d’aventure (Ben Affleck (Justice League), Charlie Hunnam (Sons of Anarchy), Pedro Pascal (Narcos) et Garrett Hedlund (Mudbound)) sont tous aussi solides. De plus on sent que les acteurs se donnent vraiment à fond dans l’action, ce qui est déjà un plus en soi. Celle déception, Triple Frontier n’a réellement d’antagoniste. Chandor tente d’utiliser Reynaldo Gallegos (Rambo) à cet escient mais le pauvre acteur n’est présent que pour une minute ou deux.

Dans l’ensemble, Triple Frontier est un film d’action techniquement parfait. Le scénario laisse un peu à l’abandon ses acteurs durant la seconde moitié, tandis qu’ils tournent en rond dans la jungle. C’est dommage il y avait un véritable classique du genre de caché, quelque part dans cette forêt de Colombie.


Réalisation : J.C. Chandor

Scénario : Mark Boal, J.C. Chandor

Avec : Ben Affleck, Oscar Isaac, Charlie Hunnam, Garrett Hedlund, Pedro Pascal, Adria Arjona, Reynaldo Gallegos

Triple Frontier (2019)
3.5

Résumé

Triple Frontier est une œuvre divertissante qui charmera un bon nombre d’entre-vous, même s’il ne sait pas comment conclure avec brio ses péripéties.

Envoi
Note des visiteurs
0 (0 votes)

Écrit par Michaël Michaud

Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

View all posts by Michaël Michaud →

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.