Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Undisputed 2: Last Man Standing (2006)

Résumé : Chambers est envoyé dans une prison russe après qu’il soit faussement accusé de trafic de drogue.
Critique : 
Il est inutile de nier qu’Undisputed 2: Last Man Standing eut l’effet d’une bouffée d’air frais dans le monde du DTV en 2006. Le film d’action prenait un long-métrage de boxe assez générique pour y reprendre le concept en y ajoutant les meilleurs membres du cinéma d’action occidental de l’époque. Et pourtant, Undisputed 2: Last Man Standing est le film le plus faible de la quadrilogie…
George Chambers n’est plus l’ombre du boxeur qu’il a été jadis. Après le tournage d’une publicité ratée afin d’en tirer un peu d’argent, Chambers rentre à son hôtel sans se douter du piège qu’il l’attend. Des criminels se cachent dans sa chambre et parviennent à faussement accuser l’athlète de trafic de drogue. Le boxeur est envoyé dans une prison contrôlée par une organisation criminelle ayant à cœur un combat entre Chambers et leur champion local, Yuri Boyka…
Undisputed 2: Last Man Standing est très certainement un excellent divertissement. Néanmoins, contrairement aux autres volets de la saga, le long-métrage comporte quelques défauts qui ne survivent pas au passage du temps. Undisputed 2: Last Man Standing commet sa première erreur en reprenant grossièrement le moule et la trame narrative du premier Undisputed. Nous y voyons encore Chambers être accusé d’un crime et être envoyé en prison où il tentera de ne pas se mêler de la population locale pour ensuite être obligé se combattre un combattant pénitencier. Et à nouveau, nous pouvons sentir une envie mal camouflée d’explorer plus en détail le méchant du film, plutôt que son héros.
La seule différence majeure réside dans le fait que Chambers n’est plus l’antagoniste, mais le protagoniste du récit. Undisputed 2: Last Man Standing se vit comme une tentative manquer de faire un long-métrage sur Yuri Boyka. L’histoire du personnage est nettement plus intéressante du côté du bad guy. Il y a très certainement un excellent Undisputed 2 de caché sous le film qu’on a entre les mains. Mais dès que la caméra se tourne vers Chambers, le long-métrage sombre dans le n’importe quoi générique. Boyka n’apparait que pour quelques scènes, surpassant à chaque instant le charisme de Chambers qui revit essentiellement la même histoire que le précédent volet de la populaire franchise.
Heureusement, Undisputed 2: Last Man Standing se comporte bien mieux sur le plan technique. La saga est reconnue pour ses séquences d’action, et Isaac Florentine (Close Range) est le principal responsable de cette réputation. Profitant de la qualité de ses interprètes, le cinéaste nous livre des combats excitants et brutaux. Florentine est sur de lui, et son excès de confiance envers son talent et les deux acteurs principaux permet à Undisputed 2: Last Man Standing d‘avoir des scènes d’action se situant parmi les meilleures de l’industrie. Par contre, le long-métrage est celui qui vieillit le moins bien de la franchise, avec une influence marquée de la série 24 sur la réalisation de Florentine.
Même s’il est un excellent acteur, Michael Jai White (Spawn) est « étrangement » mauvais. D’un point de vue personnel, George Chambers est possiblement l’un des plus mauvais rôles de Jai White. L’acteur est parfait durant les combats, mais peine à être le moindrement convainquant dans les scènes nécessitant la moindre émotion. Face à lui, Scott Adkins (The Expendables 2) est parfait en tant que Yuri Boyka, nous offrant sa première version du rôle qui marquera sa carrière à jamais. Notons que Ben Cross (Star Trek) et que Eli Danker (24: Legacy) sont également de la partie dans des rôles secondaires.
Malgré d’excellentes scènes d’action, Undisputed 2: Last Man Standing est le volet le plus faible de la saga Undisputed. En se contentant d’être prudent, le divertissement est incapable d’arriver à se démarquer au travers d’une franchise pourtant remarquable…


Réalisation : Isaac Florentine
Scénario : Boaz Davidson, James Townsend, David N. White
Avec : Michael Jai White, Scott Adkins, Ben Cross, Eli Danker, Mark Ivanir, Ken Lerner

Undisputed 2: Last Man Standing (2006)
2.7

Résumé

Malgré de bons combats, déception est de mise avec Undisputed 2: Last Man Standing

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :