Viking Siege (2017)

Résumé : Au cours d’une nuit de débauche, une bande de femmes en quête de vengeance complote pour massacrer un monastère rempli de moines corrompus qui vendent leurs êtres chers en tant qu’esclaves. Leur plan ne se concrétise pas quand une bande de Vikings en maraudage arrive avec une armée de démons vicieux, ressemblant à des arbres, à leur trousse.

Critique : 

Il me faut admettre que je n’avais aucune intention de vous parler de Viking Siege. Mais le fait qu’il a pris près d’un an pour débarquer en Amérique m’a intrigué, tout comme le fait que les critiques soient mitigées. Et par mitigées, c’est-à-dire qu’elles varient entre horriblement mauvaises et géniales. Malgré tout, un soir de février, Viking Siege fut ma location VOD du jour…

Des religieux se gavent de boissons alcoolisées servies par des femmes en tenues légères. Néanmoins, ces dernières sont des guerrières en quête de vengeance et elles sont prêtes à tout pour assouvir leur vengeance. Leurs plans seront compromis par l’arrivée d’un groupe de guerriers vikings en quête d’un toit. Et leurs plans seront de nouveaux compromis lorsque ces femmes devront affronter des arbres-démons venus de l’espace aux trousses des Vikings.

Viking Siege est un mélange parfait entre The Room et From Dusk Till Dawn. Le mélange est parfait, mais indigeste. Le divertissement que l’on peut en tenir équivaut à votre niveau d’intoxication. Sous les effets d’alcool ou de drogues, l’oeuvre vous sera agréable. Mais pour quelqu’un de sein d’esprit et de lucide, Viking Siege est MAUVAIS, sur tous les niveaux possibles.

Si le long-métrage ne se prenait pas au sérieux, on pourrait en tirer une expérience plus jouissive. Hélas, tous les choix du cinéaste Jack Burton transportent son premier long-métrage dans des zones étranges et hideuses où un homme nu urine en public. Le pire dans cette dernière phrase, c’est que ce n’est pas une figure de style, mais une scène se déroulant dans le premier tiers de Viking Siege. On passe la majorité du temps à regarder des personnages tourner en rond dans les mêmes pièces tandis que des figurants déguisés avec des bouts d’arbres dansent autour d’une auberge.

Parler de Viking Siege est plus un travail qu’un plaisir. Le long-métrage ne fait que présenter des personnages qui attendent qu’un bateau arrive au lever au Soleil; avant qu’une armée de démons spatiaux débarque. Lorsque le tout n’est pas pollué par des mauvais plans des caméras ou des zooms transcendants l’espace-temps, on a le droit à quelques scènes d’action. Elles permettent d’ajouter du rythme et de faire avancer un peu le divertissement. Et même là, rien n’a guère de substance. Les costumes des monstres sont hideux (à l’exception de l’arbre principal) et les combats sont incroyablement mous. Viking Siege tombe à plat même durant ces moments là. Même quand il décide de proposer un duel entre un spécialiste est arts martiaux et un arbre spatial…

Je ne suis pas fier de cette critique. À l’image de son matériel d’origine, elle est sans substance et décousue de toutes pièces. Cependant le message qu’il faut retenir, c’est qu’il ne faut pas visionner Viking Siege


Réalisation : Jack Burton

Scénario : Philip Dyas, Alastar Kirton

Avec :  Michelle McTernan, Sarah Driver, James Groom, Adam McNab, Jamie O’Hara, Michael Geary, Alan Booty, Phil Deguara,
Rosanna Hoult

Viking Siege (2017)
0.1

Résumé

Il y a des films qui font des miracles avec leur petit budget. Viking Siege fait, malheureusement, l’opposé…

Envoi
Note des visiteurs
0 (0 votes)

Écrit par Michaël Michaud

Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

View all posts by Michaël Michaud →

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.