Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Virtuosity (1995)

Résumé : Dans un futur proche, une entreprise travaille sur un prototype de jeux vidéos, opposant des vrais policiers à une intelligence artificielle, composée de plusieurs tueurs en série. Alors que l’intelligence artificielle parvient à s’échapper, les forces policières comptent sur un ancien policier, faisant partie des cobayes détenus, utilisés dans le perfectionnement du prototype, pour le capturer…

Critique : 

Curieux mélange entre Robo Cop et Terminator 2, Virtuosity est ce que l’on pourrait appeler une créature étrange, oubliée des années 80/90, comme tant d’autres films. À la base, le long-métrage parle principalement des jeux-vidéos, après-tout, l’antagoniste est un boss de jeux-vidéos, comme ceux que l’on retrouve à la fin d’un niveau. L’essence même de Virtuosity tourne autour du fait que Sid 6.7, se retrouve parachuté dans un monde réel, qui est différent du sien, et autour du fait que, dans l’amalgame de personnalités qui composent Sid, celle du tueur qui a tué la famille de Barnes (Washington) refait surface et tente de prendre le dessus sur les autres.

Ce qui donne quelques bonnes scènes, comme lorsque Sid pavane dans un marché, avec comme trame sonore les Bee Gees, avant de s’amuser à changer les chaînes de télévision, des appareils d’un magasin. Pour décrire le personnage de Sid, je pourrais y aller comme ceci : C’est le cerveau du Joker (celui de Heath Ledger), que l’on aurait bourré d’acide et que l’on aurait implanté dans le corps du T-1000 de Terminator 2.

D’ailleurs la faculté qu’a Sid de se régénérer à partir du verre, est plutôt intéressante, surtout que l’utilisation des effets par ordinateur, sans révolutionner le genre, sont plutôt efficaces. Le tout étant interprété en bon cabotinage, à la limite du génie, par Russell Crowe. Le reste du casting se débrouille relativement bien, et nous pouvons même remarquer Kaley Cuoco, dans son premier rôle au grand écran…

Sinon, le scénario est bien foutu, même si le spectateur aurait bénéficié de quelques explications supplémentaires et que le scénario aille jusqu’au bout de certaines idées qu’il propose. Par-contre, Virtuosity se dit être dans un futur, et si l’on exclut les premières minutes, le reste du long-métrage montre des scènes se déroulant dans un Los Angeles contemporain…

Brett Leonard, qui avait réalisé un autre film parlant des jeux vidéos quelques années plus tôt, nous offre une belle réalisation, même si certains choix restent discutables, principalement dans les scènes d’action.  Somme toute, Virtuosity est un bon film de science-fiction. Ce n’est pas un incontournable dans le genre. C’est plus un long-métrage que l’on pourrait qualifier de recommandable, ce que nous recommandons…

3/5


Directeur : Brett Leonard

Scénariste : Eric Bernt

Acteur : Denzel Washington, Russell Crowe, Kelly Lynch, Stephen Spinella, William Forsythe, Louise Fletcher, William Fichtner, Costas Mandylor, Kevin J. O’Connor, Kaley Cuoco

Virtosity (1995)
  • Acteurs
  • Musique
  • Réalisation
  • Scénario
  • Divertissement
3.5
Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :