Abraxas, Guardian of the Universe (1990)

Résumé : Abraxas (Jesse Ventura, Predator) poursuit sur Terre son ancien partenaire, Secundus, venu féconder une femme. Sa mission est un franc succès, malgré qu’il a désobéi à un ordre, celui de tuer la femme nouvellement enceinte. Cinq années plus tard, Secundus retourne sur Terre pour tuer cette demoiselle et lui reprendre son enfant. Abraxas devra tout faire pour l’arrêter et empêcher l’univers de sombrer dans le chaos.

Critique :

Véritable Terminator galactique auquel nous aurions mis un enfant pyrotélékinésique, ce film a le gros problème suivant : « j’arrive après un gros film et je reprends une bonne partie de sa trame scénaristique ». Au moins, sur papier seulement, la prémisse du film est plus attrayante que le film de Cameron; si si, je vous le jure. Par contre, tout le reste est mauvais… D’abord, les dialogues sont exécrables, si bien que nous pourrions dire que ceux-ci ont été écrits par le gouvernement dans un court-métrage sur l’importance des préservatifs et des pratiques sexuelles responsables tellement que ceux-ci semblent faux et forcés.

Ensuite, les acteurs ont un talent limité, trop limité. Au moins, Schwarzenegger apportait un certain charisme à son personnage avec son attitude et son apparence européenne, ce qui compensait. Ventura a le talent et la stature d’Arnold, mais n’a pas cette valeur ajoutée. Ajoutez à cela un costume étrange (imaginez Schwarzenegger avec une calvitie prononcée et un costume de Columbo sur le dos), et on est à la limite du ridicule avec un protagoniste aucunement crédible. Son vis-à-vis, Sven-Ole Thorsen (Gladiator) offre la meilleure performance de sa carrière (avec le seul grand rôle de celle-ci??) en étant un méchant effroyable et terrifiant, qui vole la vedette à Ventura. Il est évident qu’il n’aurait pas gagné l’Oscar avec cette performance, mais à défaut de mieux… Le reste de la distribution est médiocre, même si l’on se doit de noter le caméo hilarant de James Belushi (The Ghost Writer) en directeur scolaire incompétent, venu épauler sa femme, et actrice, qui interprète la demoiselle de l’intrigue, la Sarah Connor des pauvres.

Pour ce qui est du reste, le réalisateur tente réellement de faire du mieux qu’il peut, même si cela ne fonctionne pas réellement. Son scénario ne l’aide pas en mettant un tas de scènes inutiles comme celles avec les policiers s’interrogeant de la provenance possible des deux extraterrestres cybernétiques avec l’un d’entre eux qui se promènent avec un Uzi (?!?!?!?) et celles avec les supérieurs de Abraxas qui sont supposés d’être drôles et utiles à l’intrigue, mais qui, au final, viennent briser le rythme en bouffant une dizaine de minutes au long-métrage au passage. De plus, j’aimerais savoir qui est l’idiot responsable de la trame musicale du film, parce que de regarder un affrontement inutilement ralenti sous un air tribal de percussions africaines et latines ne fut pas la meilleure expérience de ma vie, sérieusement… En gros, ce film n’est juste qu’une œuvre mineure à réserver aux admirateurs de Terminator, enfin ceux qui ont l’esprit ouvert comme moi!!


Directeur : Damian Lee

Scénariste : Damian Lee

Acteur : Jesse Ventura, Sven-Ole Thorsen, Damian Lee, Marjorie Bransfield, James Belushi

A propos de Michaël Michaud 570 Articles
Cinéphile amoureux du cinéma de seconde zone et des films d'action.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.