Actionerd

Paradis du cinéma d'action

Altered Carbon: Resleeved (2020)

Résumé : Sur la planète Latimer, Takeshi Kovacs doit protéger un tatoueur tout en enquêtant sur la mort d’un boss yakuza aux côtés d’un CTAC sans fioritures.

Critique : 

Après deux saisons assez fructueuses, la saga Altered Carbon a récemment connu un nouveau chapitre. Non, ce n’est pas une nouvelle saison de sa série télévisée, mais un animé de 75 minutes se déroulant des centaines d’années avant les événements de la première saison de la série du même nom. Une courte aventure dans le monde des yakuzas pour Takeshi Kovacs.

Sur la planète Latimer, Holly est pourchassée par des ninjas. Se réfugiant dans un club, elle est sauvée à la dernière minute par Takeshi Kovacs; un homme ayant été engagé par un certain Tanaseda pour protéger la gamine. L’enfant s’enfuit discrètement pour se faire encore poursuivre par des ninjas. Takeshi parvient à la rattraper pour découvrir qu’une policière du CTAC est également à la poursuite de Holly. Alors que les deux clans décident de faire équipe pour combattre ces individus masqués, Holly révèle son secret : elle a découvert un coup d’État dans un groupe de yakuzas pour laquelle elle travaille…

Altered Carbon: Resleeved est loin d’attendre la qualité des deux premières saisons de la série Altered Carbon. Ici, nous avons le droit à une histoire bien plus classique, bien plus simple. Il n’y a pas de réels revirements, alors que toutes les forces en présence ne servent qu’à deux choses : mourir ou survivre. Pire encore, si l’on ne fait que froncer des yeux, on remarque assez vite que le scénario d’Altered Carbon: Resleeved reprend point par point le scénario de The Wolverine. Une histoire qui était déjà peu remarquable à l’époque avec une conclusion composée d’un duel entre le héros et un gars dans un habit de samouraï géant. Désolé de vous dévoiler la fin du film de Netflix, mais la même chose arrive ici, et c’est tout aussi mauvais.

Au moins, Altered Carbon: Resleeved est assez court. Et il y a beaucoup d’action sanglante. L’oeuvre fait de son mieux pour nous garder engagés ces séquences. Elles sont bien chorégraphiées, alors qu’on profite totalement de l’absence de limites que l’animation peut apporter au cinéma d’action. Des armes à feu, des sabres, des feux d’artifice, des lassos… Tout nous est lancé à la figure pour donner cet aspect moderne et rétro typiquement asiatique. Avec sa durée de 70 minutes, Altered Carbon: Resleeved ne prend le temps de s’arrêter que pour nous expliquer les quelques détails de son histoire ou pour nous amener sur quelques flashbacks peu intéressants.

Hélas, tout l’aspect technique de l’oeuvre n’est pas au même niveau que les moments musclés qu’elle tente de nous présenter. Les deux réalisateurs d’Altered Carbon: Resleeved, Takeru Nakajima et Yoshiyuki Okada, ont choisi pour leur première réalisation un style visuel semblable aux jeux vidéos Borderlands. Durant l’action, c’est bien, mais durant les séquences plus tranquilles, on a parfois l’impression de visionner un jeu vidéo vieux d’une décennie. La trame sonore est assez quelconque aussi. Elle n’est pas mauvaise, mais elle n’est pas géniale non plus. C’est la même chose pour la distribution vocale, enfin la distribution anglophone en tout cas. Tout le long, on a l’impression d’entendre les restants d’un jeu vidéo n’ayant jamais vu le jour.

Altered Carbon: Resleeved est court et touchant. Cependant, le divertissement est criblé de défauts et son histoire n’est aucunement intéressante ou originale. À ne réserver qu’aux abonnés inconditionnels de la série Altered Carbon.


Réalisation : Takeru Nakajima, Yoshiyuki Okada

Scénario : Dai Satô, Tsukasa Kondo

Avec : Ray Chase, Doug Stone, Kaiji Tang, Chris Conner, Brittany Cox, Elizabeth Maxwell, Jamieson Price

Altered Carbon: Resleeved (2020)
2

Résumé

Altered Carbon: Resleeved est un prologue inutile, malgré quelques moments intéressants.

Sending
User Review
5 (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueueurs aiment cette page :