Aquaman (2018)

Résumé : Arthur Curry apprend qu’il est l’héritier du royaume sous-marin de l’Atlantis et qu’il doit faire un pas en avant pour diriger son peuple et devenir un héros pour le monde.
Critique : 
Bien qu’il a trébuché à de nombreuses occasions, l’univers cinématographique de DC Comics continue à tenter de percer l’intérêt populaire. Si ces longs-métrages eurent des succès financiers notoires, plusieurs critiques et cinéphiles se désolent à voir le studio Warner commettre de nombreuses erreurs pénibles. Avec Aquaman, nous avons le premier effort pour réaliser un coup de circuit, avec un effort soutenu sur toutes les bases possibles.
Et puisque ce n’est pas la première fois que nous voyons le personnage d’Aquaman sur le grand écran, le divertissement permet de jouer avec la notion du film « d’origine ». Oui, le divertissement débute par un flashback nous montrant la rencontre entre les parents d’Arthur Curry. Mais, au lieu d’alourdir son scénario avec l’acquisition des pouvoirs de notre héros, Aquaman lance dès les premiers instants son intrigue à notre figure alors que nous accompagnons le héros dans la quête d’un objet mythique pouvant sauver Atlantis et dans la tentative de détrôner son demi-frère du trône du royaume.
Cette philosophie apporte son lot de problèmes, mais Aquaman parvient à garder la tête haute. Le scénario frappe à la figure aussi violemment et aussi souvent d’un ouragan; avec des nouvelles idées et des concepts à explorer. Entre des moments où les personnages mangent des fleurs ou chevauchent des requins équipés d’armes laser, il y a des chutes et des changements drastiques de rythme. Un peu comme si nous étions devant un enfant surexcité qui parle sans cesse sauf pour ronfler entre deux monologues. Cela peut sembler étrange, pour en restant vague, Aquaman peut passer d’une scène d’action intense, à un moment dramatique, pour ensuite sauter à un humour bête avant de tomber dans un temps mort. Et ce pas nécessairement dans cet ordre…
Le rythme que tente d’imposer James Wan (The Conjuring) n’atteint jamais son apogée. Néanmoins, Aquaman ne devient jamais ennuyeux, grâce au jeu d’équilibrisme du scénario qui parvient à construire des personnages centraux établis, tout en leur fournissant des dialogues tirés des classiques des années 80. C’est d’ailleurs la meilleure façon d’aborder le divertissement. James Wan a tout simplement choisi de créer un classique de cette décennie, mais avec des technologies modernes et un réalisateur hyperactif. Nous avons même le droit à des séquences d’action très violentes, spectaculaires et remplies de destruction et d’explosions. Certaines d’entre elles sont définitivement parmi les meilleurs moments cinématographiques de l’année.
Pour conclure sur une différente note, il est impossible de passer à côté de Jason Momoa (Braven). L’acteur impose sa présence à l’écran avec un jeu parfait et une présence impressionnante durant les moments musclés. On peut dire la même chose d’Amber Heard (3 Days to Kill) qui obtient la chance d’explorer un rôle qu’elle a précédemment tenu dans Justice League. Heard parvient à créer un personnage qui n’est pas simplement une demoiselle de soutien. Si Momoa est le héros d’Aquaman, Heard est ni plus ni moins le cœur et l’âme du long-métrage.
Face à eux, Patrick Wilson (The Conjuring) se révèle être le meilleur adversaire de l’univers créé par DC Comics. L’acteur n’est pas enterré sous des montagnes d’effets numériques et il parvient à générer un antagoniste que l’on peut aimer et comprendre, jusqu’à un certain point. Finalement, il fut surprenant de croiser Dolph Lundgren (Creed 2) et Nicole Kidman (Australia) dans une production de ce genre. Les deux interprètes sont solides; même que l’on ressort surpris de l’importance du rôle de Lundgren et du nombre de minutes qu’il passe à l’écran.
Aquaman peut être stupide et confus. Mais il est tout de même le deuxième meilleur effort de DC Comics depuis des lustres – après Wonder Woman. Pour les admirateurs de ces bandes-dessinées et pour les nostalgiques des années 80, Aquaman reste un spectacle impressionnant et mémorable qu’il faut voir à tout prix sur un grand écran.


Réalisation : James Wan
Scénario : David Leslie Johnson-McGoldrick, Will Beall, Geoff Johns, James Wan
Avec : Jason Momoa, Amber Heard, Willem Dafoe, Patrick Wilson, Nicole Kidman, Dolph Lundgren, Yahya Abdul-Mateen II, Temuera Morrison, Michael Beach, Julie Andrews, John Rhys-Davies, Djimon Hounsou

Aquaman (2018)
4.3

Résumé

Aquaman est une bonne petite surprise. Son scénario manque peut-être d’incohérence et d’originalité, mais cela n’empêche pas Wan de créer un spectacle de haute voltige.

Sending
User Review
0 (0 votes)

Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *